Sortir à Lyon
Partager cet article :

Wood­sto­wer, le meilleur festi­val elec­tro de l’été

Vald au festival Woodstower.
Vald sera sur la scène de Miribel-Jonage pour bien finir l'été.

Après une édition 2021 marquée par les restric­tions, voilà l’éco-festi­val lyon­nais enfin de retour dans toute sa splen­deur, avec ses quatre scènes, son camping, son village, sa plage et sa program­ma­tion ultra festive gorgée de rap et d’élec­tro… Qui dit retour de la fête dit retour du tata­poum, avec un volet techno tout bonne­ment ahuris­sant cette année. Wood­sto­wer muscle son jeu… et nous donne­rait presque hâte d’être déjà fin août !

Vald, le retour du roi


Avant d’en venir à cette prog élec­tro parti­cu­liè­re­ment costaude, un petit tour par la sélec­tion rap, véri­table marque de fabrique du festi­val depuis quelques années. L’édi­tion 2022 ne déroge pas à la règle et sera même l’oc­ca­sion d’as­sis­ter au grand retour de Vald, cette fois sur la « main stage », six ans après son passage très remarqué sur la petite scène de la Butte, où il s’était produit lors de l’édi­tion 2016. Un beau symbole pour le festi­val et une belle marque de fidé­lité aussi, de la part de celui qui est désor­mais au sommet du rap français et qui vient de sortir un très réussi nouvel album, le quatrième, sobre­ment inti­tulé V, même s’il a passé l’été à s’em­brouiller avec Booba à La Rochelle. Mieux vaut qu’il se concentre sur sa musique : il est d’ailleurs déjà certi­fié disque d’or. Et si les orga­ni­sa­teurs de Wood­sto­wer avaient eu du nez en 2016 en program­mant Vald alors qu’il n’avait encore presque rien sorti, il y a fort à parier qu’ils en ont encore un peu aujourd’­hui. Alors on leur fait confiance et on creuse aussi parmi les noms écrits en plus petit, au milieu et en bas de l’af­fiche. Il y aura cette année encore une ribam­belle de « newco­mers » à décou­vrir, parmi lesquels la sensa­tion de l’an­née Benja­min Epps ou encore le jeune kicker Luv Resval, sans oublier de nombreux talents régio­naux comme Eddy Woogy et Li$on. Qui sera au niveau de Vald dans six ans ? L’ave­nir nous le dira mais on aura peut-être quelques indices au sortir de ces cinq jours de festi­val. Enfin, impos­sible de pas mention­ner la présence de l’ex­cellent Jazzy Bazz, décou­vert avec l’En­tou­rage et qui ne cesse, depuis, de nous épater à chaque nouvel album. Une valeur sûre à ne manquer sous aucun prétexte.

Luv Resval.

Tata­poum de haut vol


Mais il n’y a pas que le rap dans la vie. Il y a la teuf aussi, et elle revient en force. Techno indus, techno mélo­dique, house, italo disco, élec­tro hybride ou bien groo­vy… Les musiques élec­tro­niques sont mises à l’hon­neur cette année à Wood­sto­wer avec pas moins d’une ving­taine d’ar­tistes à clas­ser dans ces caté­go­ries. Atten­tion, c’est du lourd puisqu’on retrou­vera parmi eux Vita­lic, Maceo Plex, Paula Temple, 999999999 et le monstre sacré Paul Kalk­bren­ner. Lui, c’est la star abso­lue, le boss final du game. Après près de trente ans de carrière et des pres­ta­tions aux quatre coins du monde, le DJ berli­nois est toujours à fond et ses perfor­mances live ne déçoivent jamais. Avec ses récents remixes d’Invi­sible du marseillais N’To (pour démar­rer en douceur) ou celui de Te Quiero de Stro­mae, il a dans sa besace le genre de grosses cartouches suscep­tibles d’en­flam­mer le public et d’em­por­ter la soirée dans une autre dimen­sion. Sans oublier le « tube » Sky And Sand, qui fait toujours son petit effet, ou encore sa dernière produc­tion person­nelle, Si Soy Fuego portée par un irré­sis­tible kick percus­sif et une vibe mini­male, presque tribale. Rien que d’y penser, on tape déjà un peu du pied… A.Q.

Festi­val Wood­sto­wer avec Paul Kalk­bren­ner, Vald, Jazzy Bazz, Benja­min Epps, Luv Resval, Maya Kama­ty… Du mercredi 24 au dimanche 29 août. Pass jour­née de 34,50€ à 37,50€, week-end 62,10€, festi­val 118,50€. Gratuit le dimanche 29. Grand-Parc Miri­bel-Jonage.

Kae Tempest, le concert hip hop qu’il vous faut

La première fois qu'on a entendu son album The Line is A Curve, ça a été le coup de foudre. Artiste britannique à la croisée des genres, Tempest a d'abord été Kate, poète et figure du théâtre anglais avant de devenir Kae, quand son spoken word s'est teinté du meilleur du hip-hop....

M. se rêve encore plus grand en tour­née

Qui aime M ? Il saute. Il court. Il joue de la guitare avec les dents et enflamme les salles partout où il passe, comme Fourvière encore l’été dernier. Chaque concert de M, alias Matthieu Chedid alias M, est une performance. Toujours très généreux sur scène, le chanteur sait comm...

Black Lilys, le groupe lyon­nais qui cartonne à Londres

Ils déambulent sur Camden Street, la veille d’un concert à Londres, lorsqu’on les appelle pour discuter de New Era, leur nouvel album. L’une raconte d’une voix chaleureuse les tourments d’un disque marqué par un confinement séparés, l’autre, plus en retrait mais non moins sensibl...