Sortir à Lyon
Partager cet article :

Angel Olsen, retour en majesté avec un grand millé­sime

Angel Olsen sur la scène de l'Epicerie moderne.
Angel Olsen de retour avec All the good times.

Dix ans que nous la suivons, inlas­sa­ble­ment, et qu’elle ne cesse de nous épous­tou­fler par sa grâce. Elle vient de livrer, en juin dernier, son sixième album, Big Time, et bonne nouvelle : c’est son meilleur, et de loin. Après ses échap­pées, très réus­sies au demeu­rant, du côté du rock’n’­roll – qui a oublié Forgi­ven/Forgot­ten ou Shut Up Kiss Me ? – ou du côté de la pop baroque, sur le monu­men­tal quatrième album All Mirrors notam­ment, la voilà de retour à ses racines coun­try, avec un pur son de Nash­ville et des compo­si­tions écla­tantes. Dès les premières mesures d’All the Good Times, on est trans­porté de l’autre côté de l’At­lan­tique et l’on sent bien que notre reine est en grande forme. Elle enfonce le clou direct avec le deuxième titre, la chan­son éponyme, qui n’est rien de moins que la plus belle chan­son d’amour de l’an­née. Alors oui, on vous voit, les grin­cheux, l’an­née n’est pas finie, gna gna gna, mais fran­che­ment il va falloir se lever tôt pour écrire une plus belle décla­ra­tion d’amour que ce Big Time-là. Angel Olsen est de retour, chers amis, et c’est un grand millé­sime. A.Q.

Angel Olsen + Tomber­lin. Samedi 1er octobre à 20h30. De 16 à 20 €. www.epice­rie­mo­derne.com

M. se rêve encore plus grand en tour­née

Qui aime M ? Il saute. Il court. Il joue de la guitare avec les dents et enflamme les salles partout où il passe, comme Fourvière encore l’été dernier. Chaque concert de M, alias Matthieu Chedid alias M, est une performance. Toujours très généreux sur scène, le chanteur sait comm...

Black Lilys, le groupe lyon­nais qui cartonne à Londres

Ils déambulent sur Camden Street, la veille d’un concert à Londres, lorsqu’on les appelle pour discuter de New Era, leur nouvel album. L’une raconte d’une voix chaleureuse les tourments d’un disque marqué par un confinement séparés, l’autre, plus en retrait mais non moins sensibl...

Orel­san en plein dans la crise de matu­rité

Même les rappeurs finissent par se faire des cheveux blancs. On a le sentiment qu’il a toujours été là, mais Orelsan est déjà un vieux dans le « rap game », en témoigne cette mèche décolorée qu’il arbore depuis peu. Et si les horloges tournent, le rappeur sait en tirer parti pour...