Sortir à Lyon
Partager cet article :

Faut-il aller voir Clara Luciani ?

Clara Luciani était une blitz­krieg musi­cale à elle toute seule. Son album Sainte-Victoire avait trans­formé cette jolie brune au physique andro­gyne en nouvelle coque­luche de la chan­son française. Elle avait su trou­ver l’in­gré­dient en plus pour réveiller des chan­sons qui auraient pu être trop sages, comme elle savait manier les mots, cise­lant des paroles simples et effi­caces dans lesquelles elle se dépeint aussi bien comme une grande amou­reuse qu’une guer­rière remet­tant en ques­tion les diktats fémi­nins. Malheu­reu­se­ment à force de courir trop vite avec un deuxième album avant tout destiné à four­nir de la soupe pour les NRJ music awards, sa belle voix grave de contralto se dissout dans les ryth­miques Bontempi en boucle en guise de disco avarié. Et ce n’est pas parce qu’elle ose pronon­cer le mot “cul” sur son single au milieu  de paroles à l’eau de rose bien savon­née, qu’elle va retrou­ver les tripes de ses débuts. Espé­rons que sur scène elle retrouve un peu de son âme, même si ses appa­ri­tions au design vintage cali­bré relèvent main­te­nant plus du produit commer­cial asep­tisé.

Jeudi 6 octobre à 20h à la Halle Tony Garnier, Lyon 7e. De 36 à 55 €.

M. se rêve encore plus grand en tour­née

Qui aime M ? Il saute. Il court. Il joue de la guitare avec les dents et enflamme les salles partout où il passe, comme Fourvière encore l’été dernier. Chaque concert de M, alias Matthieu Chedid alias M, est une performance. Toujours très généreux sur scène, le chanteur sait comm...

Black Lilys, le groupe lyon­nais qui cartonne à Londres

Ils déambulent sur Camden Street, la veille d’un concert à Londres, lorsqu’on les appelle pour discuter de New Era, leur nouvel album. L’une raconte d’une voix chaleureuse les tourments d’un disque marqué par un confinement séparés, l’autre, plus en retrait mais non moins sensibl...

Orel­san en plein dans la crise de matu­rité

Même les rappeurs finissent par se faire des cheveux blancs. On a le sentiment qu’il a toujours été là, mais Orelsan est déjà un vieux dans le « rap game », en témoigne cette mèche décolorée qu’il arbore depuis peu. Et si les horloges tournent, le rappeur sait en tirer parti pour...