Sortir à Lyon
Partager cet article :

Orel­san en plein dans la crise de matu­rité

Orelsan en tournée) la Halle Tony Garnier.
Orelsan en tournée sous le ciel de la Halle Tony Garnier.

Même les rappeurs finissent par se faire des cheveux blancs. On a le senti­ment qu’il a toujours été là, mais Orel­san est déjà un vieux dans le « rap game », en témoigne cette mèche déco­lo­rée qu’il arbore depuis peu. Et si les horloges tournent, le rappeur sait en tirer parti pour remettre les pendules à l’heure. Avec son dernier album, Civi­li­sa­tion, le caen­nais en profite même pour se renou­ve­ler, sans renier ce qui a fait son charme : l’au­to­dé­ri­sion, les réfé­rences cultu­relles et les punchlines bien placées : « On sait pas gérer nos émotions donc on les cache, on ne sait pas gérer nos rela­tions donc on les gâche ». Dans son premier album Perdu d’Avance sorti en en 2009, le normand mal dégrossi dres­sait une ode à la défaite et aux losers. Une écri­ture singu­lière et nova­trice dans un univers marqué par les codes de la viri­lité triom­phante. Depuis, Orel­san a connu les succès commer­ciaux et les critiques (pas de notre part). Ce qui ne semble en rien enta­cher son désir de toujours faire « du rap pour les gens normaux ». Depuis sa sortie, son dernier album est un carton plein.

Orelsan en tournée sous le ciel de la Halle Tony Garnier.
Orel­sans sous le ciel de la Halle Tony Garnier. (photos © Alice Moitié)

Féroce et vulné­rable
Il a gardé cette écri­ture féroce et cruelle qui a fait son succès. Mais le rappeur se cache moins, avec des textes sur la peur de la pater­nité, la dépres­sion, le temps qui passe.  Son dernier album est égale­ment moins centré sur lui-même et le normand ancre ses textes dans un univers social jusqu’à présent délaissé : une mani­fes­ta­tion qui dégé­nère, les médias de masse, ou la montée de l’ex­trême-droite. La roue tourne, les modes passent mais Orel­san rappelle que par les temps qui court il est toujours loin devant : « J’veux voir mes fans gran­dir avec moi, j’leur vendrai jamais n’im­porte quoi, j’veux pas deve­nir une erreur de jeunesse que tu regrettes quand tu gran­di­ras ». N’al­lez pas le croire sur parole, sa venue à la Halle est la bonne occa­sion pour véri­fier qu’il s’est trompé.

Orel­san. Mardi 15 novembre à 20h à la Halle Tony Garnier, Lyon 7e. De 40 € en fosse à 65 € carré Or.

M. se rêve encore plus grand en tour­née

Qui aime M ? Il saute. Il court. Il joue de la guitare avec les dents et enflamme les salles partout où il passe, comme Fourvière encore l’été dernier. Chaque concert de M, alias Matthieu Chedid alias M, est une performance. Toujours très généreux sur scène, le chanteur sait comm...

Black Lilys, le groupe lyon­nais qui cartonne à Londres

Ils déambulent sur Camden Street, la veille d’un concert à Londres, lorsqu’on les appelle pour discuter de New Era, leur nouvel album. L’une raconte d’une voix chaleureuse les tourments d’un disque marqué par un confinement séparés, l’autre, plus en retrait mais non moins sensibl...

On a vu la dernière tour­née de The Cure

30 tubes et quelques nouveaux titres pour The Cure en tournée à la Halle Tony Garnier. Avec un Robert Smith à la voix intacte, baignant dans sa légende gothique. On vous raconte le show en photos. Lundi soir à la Halle Tony Garnier, on y était. Des guitares qui cachent toute l...