Sortir à Lyon
Partager cet article :

Black Lilys, le groupe lyon­nais qui cartonne à Londres

Black Lilys, le groupe lyonnais frère et soeur au Club Transbo à Villeurbanne.
Camille et Robin Faure alias les Black Lilys.

Ils déam­bulent sur Camden Street, la veille d’un concert à Londres, lorsqu’on les appelle pour discu­ter de New Era, leur nouvel album. L’une raconte d’une voix chaleu­reuse les tour­ments d’un disque marqué par un confi­ne­ment sépa­rés, l’autre, plus en retrait mais non moins sensible, détaille les nouveaux rythmes et l’ori­gine du duo. Ce tandem lyon­nais qui cartonne outre-Manche, ce sont Camille et Robin Faure, alias Black Lilys, unis dans la vie par les liens du sang. « On a commencé à faire de la musique ensemble après avoir perdu notre mère, presque comme un prétexte pour se décou­vrir l’un l’autre. Ça nous a rapi­de­ment dépassé, on n’avait pas du tout prévu de conti­nuer à en faire aujourd’­hui, mais on s’est laissé porter », racontent-ils d’une même voix. Écou­ter leur disco­gra­phie, toute jeune et déjà si affir­mée, c’est embarquer pour un voyage quelque part au Nord de l’Eu­rope : une mélan­co­lie pluvieuse en terres anglaises ou une épopée viking en Norvège, ponc­tuées d’échap­pées tradi­tion­nelles islan­daises. 

Sous l’in­fluence de Wood­kid, The XX ou London Gram­mar

Si leur premier album, Boxes, sorti en 2018, se voulait « plus intros­pec­tif », New Era a déployé des ailes qu’il nous tarde de décou­vrir sur scène. Influen­cés par le travail de percus­sions d’un certain Wood­kid, les Black Lilys ont pris du coffre, accom­pa­gnés d’un violon­cel­liste et d’un batteur atypique qui joue sur des bambous. Quand on les compare à The XX, Bon Iver, London Gram­mar ou encore Björk ? « Ce sont des réfé­rences qui nous plaisent », sourit Robin. « On adore les contrastes dans notre musique, on peut passer de quelque chose de très intense à quelque chose de beau­coup plus épuré et inti­miste », pour­suit-il. Contrasté est un mot qui leur va bien. Pour Camille, « cet album parle de nos batailles person­nelles, de l’hy­per­sen­si­bi­lité dans un monde avec d’énormes combats qui nous dépassent. Parfois on se sent puis­sant et acteur, et parfois complè­te­ment démuni. C’est ce qu’on a voulu racon­ter ». La scène du Transbo les a connus en 2016 en première partie du so british Pete Doherty. C’est désor­mais à eux que revient la tête d’af­fiche, et quelque chose nous dit que ça ne va pas s’ar­rê­ter là.

Black Lilys + Lara Taska, concert pop-folk. Le jeudi 24 novembre à 20h au Trans­bor­deur à Villeur­banne. Gratuit avant 20h, puis 8€.

Kae Tempest, le concert hip hop qu’il vous faut

La première fois qu'on a entendu son album The Line is A Curve, ça a été le coup de foudre. Artiste britannique à la croisée des genres, Tempest a d'abord été Kate, poète et figure du théâtre anglais avant de devenir Kae, quand son spoken word s'est teinté du meilleur du hip-hop....

M. se rêve encore plus grand en tour­née

Qui aime M ? Il saute. Il court. Il joue de la guitare avec les dents et enflamme les salles partout où il passe, comme Fourvière encore l’été dernier. Chaque concert de M, alias Matthieu Chedid alias M, est une performance. Toujours très généreux sur scène, le chanteur sait comm...

Orel­san en plein dans la crise de matu­rité

Même les rappeurs finissent par se faire des cheveux blancs. On a le sentiment qu’il a toujours été là, mais Orelsan est déjà un vieux dans le « rap game », en témoigne cette mèche décolorée qu’il arbore depuis peu. Et si les horloges tournent, le rappeur sait en tirer parti pour...