Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’expo gratuite des chefs-d’oeuvre de la pein­ture italienne

L'Ucly expose les reproductions des chefs-d'oeuvre de la peinture italienne.
Bellini, Jeune femme à sa toilette.

Il faudra passer les portiques de sécu­rité et se faufi­ler entre les groupes d’étu­diants pour les contem­pler, mais le voyage vaut le détour. Après avoir consa­cré une rétros­pec­tive aux photo­gra­phies du repor­ter Yann Arthus-Bertrand, l’UCLY met – litté­ra­le­ment – en lumière trente-six chefs d’oeuvre de l’art italien. Repro­duc­tions gran­deur nature rétro-éclai­rées des pein­tures origi­nales dissé­mi­nées dans les musées du monde entier, elles occupent de leurs traits sereins la verrière ainsi qu’une partie de l’an­cienne prison Saint-Paul. On est accueillis par La nais­sance de Vénus de Bottic­celli, puis guidés dans une analyse compa­ra­tive entre les grands maîtres, de Cara­vage à Michel-Ange en passant par Léonard de Vinci, Bellini ou Le Tinto­ret. À l’étage, une gale­rie de portraits raffi­nés suit les courbes de la tour ; de nuit, ils se reflètent dans les fenêtres, comme un joli clin d’oeil à la réno­va­tion archi­tec­tu­rale du lieu.

Amor sacro e amor profano du Titien. (1514)

Femmes peintres oubliées

« Cette expo­si­tion est aussi l’oc­ca­sion de redé­cou­vrir des femmes peintres, ce qui n’est pas si courant » intro­duit Anna Pastore, direc­trice de l’Ins­ti­tut Cultu­rel Italien de Lyon, en préam­bule de la visite guidée. Devant Vénus et Cupi­don, on se remé­more que loin des conven­tions du XVIe siècle à Bologne, Lavi­nia Fontana, en plus d’avoir mis au monde onze enfants, était une des artistes les plus renom­mées d’Eu­rope. Fait rare, son mari est même devenu son assis­tant. On retrouve aussi Judith et sa servante, peintes par la pion­nière Arte­mi­sia Genti­les­chi en 1612, qui repré­sente cet épisode de la Bible où deux femmes déca­pitent le géné­ral Holo­pherne pour proté­ger leur ville assié­gée. Un symbole de liberté et du courage de la condi­tion fémi­nine, l’ar­tiste étant une des rares femmes ayant réussi à deve­nir célèbre et respec­tée dans un monde éminem­ment mascu­lin. Du côté du manié­risme, c’est La partie d’échecs de la mila­naise Sofo­nisba Anguis­sola qui nous rappelle l’im­mense talent des oubliées de l’His­toire de l’art.

Voyage vers la beauté des chefs d’oeuvre de l’art italien, expo­si­tion collec­tive de repro­duc­tions avec l’Insti­tut Cultu­rel italien. De 9h à 18h (sauf le dimanche) jusqu’au 31 mars au campus Saint-Paul de l’UCLy, Lyon 2e. Entrée gratuite.

Avec KRAKEN, Les Subs inau­gurent la plus grande terrasse de la ville

  Les Subs ont inauguré la plus grande terrasse de la ville (500 places) au pied d’une oeuvre monumentale pas comme les autres, le Kraken, dont les tentacules de plus de 15 mètres de haut passent même par-dessus le bâtiment originel des Subsistances. Fruit de l’imagination des...

Deux moi, le dernier Klapisch gratuit sur France 2

Depuis Chacun cherche son chat (1996), comme pas mal d'auteurs, Cédric Klapisch fait peu ou prou à peu près toujours le même film : un portrait de groupe mâtiné de ce qu'on appelle « l'air du temps ». En plus d'un chat perdu, on retrouve ses qualités (et un peu ses défauts) dans ...

Le saviez-vous ? William Klein a 90 ans !

Lors d'une exposition dans le monde d'avant, la galerie est noire de monde. Une étudiante des Beaux-Arts un peu trop fan perd ses nerfs et provoque un début de bagarre. William Klein a oublié son appareil, se rue sur le Leica d'un spectateur médusé et se met à déclencher. Catheri...