Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Mairie coupe les jambes à la danse

C’est fini pour les Ateliers de la Danse au musée Guimet. Sans préavis ni concer­ta­tion, la mairie de Lyon vient d’an­non­cer qu’elle annu­lait le projet, qui se substi­tuait déjà à la promesse d’une nouvelle Maison de la danse à Confluence.  Le motif ? Un déra­page budgé­taire, « multi­plié par huit en cinq ans, de 5 à 40 millions  », selon l’adjointe à la Culture Natha­lie Perrin-Gilbert. Objec­tion, Votre Honneur : on est surpris de décou­vrir la conver­sion de l’al­liance EELV-LFI à la rigueur gestion­naire, mais on est surtout étonné d’un tel amateu­risme. Les 5 mill­lions cités ne corres­pondent en effet qu’aux frais d’études, le projet fina­lisé ayant toujours été chif­fré autour de 26 millions (donc 31 millions en tout, et 7 de la Drac, c’est-à-dire l’Etat), ce qui n’a rien à voir… S’il y a bien eu des problèmes tech­niques d’adap­ta­bi­lité de ce bâti­ment vieux de 1886, lieu, notam­ment acous­tiques, le coût supplé­men­taire ne corres­pond en rien à ce que la mairie présente pour se justi­fier. Elle jure par ailleurs vouloir conti­nuer de faire de la danse une prio­rité, mais une prio­ri­té… pour plus tard, “à mi mandat”. Comme disait la grand-mère de leur amie Martine Aubry, « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup« . Car les Ateliers Guimet compre­naient trois salles (une grande salle de 500 places, un studio et un foyer), plus les nouveaux ateliers du service archéo­lo­gique, dont la muni­ci­pa­lité ne dit plus mot. Monter en 3 ans un projet de toute pièce « dans le 8e, à proxi­mité de la Maison de la danse« , qui comprend rési­dence d’ar­tistes, répé­ti­tions et salle de spec­tacle de 500 places , relève pour le moins de l’ab­né­ga­tion. Sans comp­ter qu’en­tre­te­nir trois lieux diffé­rents au lieu de les regrou­per en un seul (le musée Guimet, dont il faudra bien faire quelque chose, les bureaux et ateliers du musée archéo­lo­gique, et le nouveau lieu de créa­tion pour la danse), pour­rait bien coûter au moins aussi cher à terme, si ce n’est plus…

L’aban­don, premier acte de la nouvelle muni­ci­pa­lité

Projet de maquette pour la grande salle de 500 places aux Ateliers Guimet (en haut, le studio).

C’est surtout le pire des signal envoyé au meilleur des arts à Lyon. La danse, grâce à Guy Darmet puis aujourd’­hui Domi­nique Hervieu, consti­tue une partie de l’âme de cette ville, et a fait beau­coup pour son ouver­ture, et pas seule­ment à travers la formi­dable recon­nais­sance du mouve­ment hip hop, de Mourad Merzouki jusqu’au Pocke­mon Crew. Elle corres­pond en prime à toutes les valeurs défi­nies par les Verts de Grégory Doucet et la Gauche de Natha­lie Perrin-Gilbert : diver­sité, égalité homme-femme, métis­sages, accueil des compa­gnies émer­gentes du monde entier, travail avec les amateurs et avec les quar­tiers… Mais elle reste le parent pauvre des subven­tions face aux (très) nombreux théâtres, dont la plupart sont autre­ment moins variés (quelle est la dernière fois que vous avez vu un acteur noir sur scène ?). Bref, s’en prendre en urgence et d’abord à la danse (comme déjà avec Jean-Claude Gallotta en son temps à Grenoble), c’est un signal poli­tique détes­table envoyé à la popu­la­tion la plus variée, celle qui parti­cipe aux défi­lés comme celle qui va voir Amala Dianor ou Mourad Merzouki. Commen­cer par enter­rer un projet de danse à Lyon est de la dernière bêtise, surtout lorsqu’on dit en faire une prio­rité : il eut été plus heureux d’at­tendre d’an­non­cer un nouveau projet plutôt que de se préci­pi­ter pour détruire celui qui n’était même pas encore réalisé. Drôle d’ap­pé­tit pour les gestes d’un pouvoir unila­té­ral et auto­ri­taire. Il n’y a que les actes qui comptent. Et le seul qui existe aujourd’­hui, c’est l’aban­don. On veut bien faire un crédit de bonne volonté au nouveau maire de Lyon. Mais alors il va falloir qu’il se mette rapi­de­ment au travail s’il veut tenir sa parole d’un lieu de créa­tion et de diffu­sion digne de ce nom pour la danse à mi-mandat. Chiche.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Cannes à Lyon !

Rentrée. Le festival de Cannes devait débuter ce mardi 12 mai. Il n'aura donc pas lieu à Cannes, c'est désormais officiel. Thierry Frémaux devrait néanmoins annoncer une sélection de films labélisés « Cannes 2020 » début juin, date à laquelle il annonce parfois le prix Lumière et...

Plat de résis­tance

Théâtre politique. C’était le spectacle d’ouverture du festival d’Avignon, avec un rôle de patriarche créé sur mesure pour Jacques Weber qui n’avait jamais joué dans le Cour d’honneur. On ne sait pas comment le grand plateau au mobilier blanc étalé sur des dizaines de mètres à Av...