Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Mairie coupe les jambes à la danse

C’est fini pour les Ateliers de la Danse au musée Guimet. Sans préavis ni concer­ta­tion, la mairie de Lyon vient d’an­non­cer qu’elle annu­lait le projet, qui se substi­tuait déjà à la promesse d’une nouvelle Maison de la danse à Confluence.  Le motif ? Un déra­page budgé­taire, « multi­plié par huit en cinq ans, de 5 à 40 millions  », selon l’adjointe à la Culture Natha­lie Perrin-Gilbert. Objec­tion, Votre Honneur : on est surpris de décou­vrir la conver­sion de l’al­liance EELV-LFI à la rigueur gestion­naire, mais on est surtout étonné d’un tel amateu­risme. Les 5 mill­lions cités ne corres­pondent en effet qu’aux frais d’études, le projet fina­lisé ayant toujours été chif­fré autour de 26 millions (donc 31 millions en tout, et 7 de la Drac, c’est-à-dire l’Etat), ce qui n’a rien à voir… S’il y a bien eu des problèmes tech­niques d’adap­ta­bi­lité de ce bâti­ment vieux de 1886, lieu, notam­ment acous­tiques, le coût supplé­men­taire ne corres­pond en rien à ce que la mairie présente pour se justi­fier. Elle jure par ailleurs vouloir conti­nuer de faire de la danse une prio­rité, mais une prio­ri­té… pour plus tard, “à mi mandat”. Comme disait la grand-mère de leur amie Martine Aubry, « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup« . Car les Ateliers Guimet compre­naient trois salles (une grande salle de 500 places, un studio et un foyer), plus les nouveaux ateliers du service archéo­lo­gique, dont la muni­ci­pa­lité ne dit plus mot. Monter en 3 ans un projet de toute pièce « dans le 8e, à proxi­mité de la Maison de la danse« , qui comprend rési­dence d’ar­tistes, répé­ti­tions et salle de spec­tacle de 500 places , relève pour le moins de l’ab­né­ga­tion. Sans comp­ter qu’en­tre­te­nir trois lieux diffé­rents au lieu de les regrou­per en un seul (le musée Guimet, dont il faudra bien faire quelque chose, les bureaux et ateliers du musée archéo­lo­gique, et le nouveau lieu de créa­tion pour la danse), pour­rait bien coûter au moins aussi cher à terme, si ce n’est plus…

L’aban­don, premier acte de la nouvelle muni­ci­pa­lité

Projet de maquette pour la grande salle de 500 places aux Ateliers Guimet (en haut, le studio).

C’est surtout le pire des signal envoyé au meilleur des arts à Lyon. La danse, grâce à Guy Darmet puis aujourd’­hui Domi­nique Hervieu, consti­tue une partie de l’âme de cette ville, et a fait beau­coup pour son ouver­ture, et pas seule­ment à travers la formi­dable recon­nais­sance du mouve­ment hip hop, de Mourad Merzouki jusqu’au Pocke­mon Crew. Elle corres­pond en prime à toutes les valeurs défi­nies par les Verts de Grégory Doucet et la Gauche de Natha­lie Perrin-Gilbert : diver­sité, égalité homme-femme, métis­sages, accueil des compa­gnies émer­gentes du monde entier, travail avec les amateurs et avec les quar­tiers… Mais elle reste le parent pauvre des subven­tions face aux (très) nombreux théâtres, dont la plupart sont autre­ment moins variés (quelle est la dernière fois que vous avez vu un acteur noir sur scène ?). Bref, s’en prendre en urgence et d’abord à la danse (comme déjà avec Jean-Claude Gallotta en son temps à Grenoble), c’est un signal poli­tique détes­table envoyé à la popu­la­tion la plus variée, celle qui parti­cipe aux défi­lés comme celle qui va voir Amala Dianor ou Mourad Merzouki. Commen­cer par enter­rer un projet de danse à Lyon est de la dernière bêtise, surtout lorsqu’on dit en faire une prio­rité : il eut été plus heureux d’at­tendre d’an­non­cer un nouveau projet plutôt que de se préci­pi­ter pour détruire celui qui n’était même pas encore réalisé. Drôle d’ap­pé­tit pour les gestes d’un pouvoir unila­té­ral et auto­ri­taire. Il n’y a que les actes qui comptent. Et le seul qui existe aujourd’­hui, c’est l’aban­don. On veut bien faire un crédit de bonne volonté au nouveau maire de Lyon. Mais alors il va falloir qu’il se mette rapi­de­ment au travail s’il veut tenir sa parole d’un lieu de créa­tion et de diffu­sion digne de ce nom pour la danse à mi-mandat. Chiche.

Usines Fagor-Brandt : vraie friche, fausse culture !

Le problème avec les lieux éphémères, c’est que par définition, ils ne durent pas. Rien n’est plus à la mode que la réhabilitation de friches, et l’investissement par des bobos dit cultivés des lieux ouvriers. Le résultat est souvent beau du point de vue architectural, enthousias...

Culture : la double peine passe+­masque

Pourquoi, à passe-sanitaire égal, peut-on tomber le masque dans les bars et restaurants et pas dans les salles de spectacle ? Malheureusement, on ne voit aucune explication légitime à cet état de fait des deux poids deux mesures qui touchent une nouvelle fois les salles de cinéma...

Pourquoi Opéra et TNP sont-ils (toujours) occu­pés ?

En France, on adore l’occupation... tout au moins dans les théâtres. Après les grèves, multiples au fil des ans, dans les centres dramatiques - les bien nommés - comme à l’opéra, voici donc aujourd’hui près de 70 scènes publiques occupées en France, dont le TNP ou l’Opéra de Lyon...

Taver­nier, la vie et rien d’autre

Il y a des titres qui résonnent plus que d’autres, comme celui d’un des grands films de Tavernier, après un an que nous voilà cloîtrés par la pandémie... Dans un de ses derniers entretiens, accordé à Arte il y a à peine quelques semaines pour parler du western qu’il aime, Bertran...