Sortir à Lyon
Partager cet article :

Usines Fagor-Brandt : vraie friche, fausse culture !

Le problème avec les lieux éphé­mères, c’est que par défi­ni­tion, ils ne durent pas. Rien n’est plus à la mode que la réha­bi­li­ta­tion de friches, et l’in­ves­tis­se­ment par des bobos dit culti­vés des lieux ouvriers. Le résul­tat est souvent beau du point de vue archi­tec­tu­ral, enthou­sias­mant du point de vue de la prog’ (Nuits Sonores, dernière Bien­nale de la danse…) comme aux usines Fagor Brandt à Lyon 7e, victimes d’un imbro­glio récem­ment dont les poli­tiques (de tous bords) ont le secret, entre Ville et Métro­pole. Restera, restera pas un lieu cultu­rel. Après avoir failli deve­nir un dépôt TCL, fina­le­ment le lieu restera cultu­rel jusqu’en novembre 2023. Certes… Tant mieux pour les événe­ments – cultu­rels, donc – qui pour­ront se dérou­ler d’ici là, mais voilà qui ne change rien sur le fond.

L’usine a bon fond

En fait, la friche a un statut par défi­ni­tion bâtard qui par défi­ni­tion permet à chacun de faire mine de faire des choses sans pour­tant jamais les péren­ni­ser. Un peu comme nous quand on prend des bonnes réso­lu­tions à la rentrée. En fait, elle permet souvent à des inves­tis­seurs privés de trou­ver des auto­ri­sa­tions publiques et à l’in­ves­tis­se­ment public… de se repo­ser sur les initia­tives privées, tout en faisant mine de les orga­ni­ser. Alors qu’il n’en est rien. Un marché de dupe qui s’ap­pelle souvent “parte­na­riat”, par exemple entre médias et collec­ti­vi­tés, et qui se conclut la plupart du temps par ce qu’il risque d’ar­ri­ver aux usines Fagor-Brandt même fin 2023 : un retour au marché. Ce serait bien que la culture aussi soit affaire de déve­lop­pe­ment durable et pas de simple monnaie d’échange au gré des besoins écono­miques du moment des struc­tures publiques, comme les friches l’ont toujours été, sous tous les mandats, quelles que soient leurs couleurs. La poli­tique est affaire d’en­ga­ge­ment, dans le temps. Pas d’une quin­zaine pour diver­tir les bobos des villes dans des lieux si grands quand ils sont vidés des gens qu’ils ne côtoient jamais. A quand la créa­tion d’un véri­table lieu cultu­rel – quel qu’il soit ? Depuis l’aban­don de la réha­bi­li­ta­tion du musée Guimet (dont on ne sait toujours pas ce qu’il va deve­nir), espé­rons que le nouveau projet des Ateliers de la Maison de la danse dans le 8e soit de ceux-là : établi et financé en consé­quence, pour long­temps.

Photo : Brice Robert.

Quand le public boude les films art et essai

Où est passé le public des films art et essai ? C’est ce que se demande le syndicat de la critique de cinéma, qui n’est pourtant pas la dernière à les promouvoir… Son bilan est édifiant sur l'année écoulée : si les films art et essai n’ont jamais autant trustés les sorties ciné (...

La vérité sur les coupes de subven­tions dans la culture

Quand la mairie de Lyon a choisi de couper 500 000 euros à l'Opéra de Lyon l'année dernière, on n'a pas beaucoup entendu la petite intelligentsia culturelle lyonnaise... Soit. Quand la Région de la Laurent Wauquiez fait la même chose aujourd'hui pour une somme strictement identiq...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...