Sortir à Lyon
Partager cet article :

Usines Fagor-Brandt : vraie friche, fausse culture !

Le problème avec les lieux éphé­mères, c’est que par défi­ni­tion, ils ne durent pas. Rien n’est plus à la mode que la réha­bi­li­ta­tion de friches, et l’in­ves­tis­se­ment par des bobos dit culti­vés des lieux ouvriers. Le résul­tat est souvent beau du point de vue archi­tec­tu­ral, enthou­sias­mant du point de vue de la prog’ (Nuits Sonores, dernière Bien­nale de la danse…) comme aux usines Fagor Brandt à Lyon 7e, victimes d’un imbro­glio récem­ment dont les poli­tiques (de tous bords) ont le secret, entre Ville et Métro­pole. Restera, restera pas un lieu cultu­rel. Après avoir failli deve­nir un dépôt TCL, fina­le­ment le lieu restera cultu­rel jusqu’en novembre 2023. Certes… Tant mieux pour les événe­ments – cultu­rels, donc – qui pour­ront se dérou­ler d’ici là, mais voilà qui ne change rien sur le fond.

L’usine a bon fond

En fait, la friche a un statut par défi­ni­tion bâtard qui par défi­ni­tion permet à chacun de faire mine de faire des choses sans pour­tant jamais les péren­ni­ser. Un peu comme nous quand on prend des bonnes réso­lu­tions à la rentrée. En fait, elle permet souvent à des inves­tis­seurs privés de trou­ver des auto­ri­sa­tions publiques et à l’in­ves­tis­se­ment public… de se repo­ser sur les initia­tives privées, tout en faisant mine de les orga­ni­ser. Alors qu’il n’en est rien. Un marché de dupe qui s’ap­pelle souvent “parte­na­riat”, par exemple entre médias et collec­ti­vi­tés, et qui se conclut la plupart du temps par ce qu’il risque d’ar­ri­ver aux usines Fagor-Brandt même fin 2023 : un retour au marché. Ce serait bien que la culture aussi soit affaire de déve­lop­pe­ment durable et pas de simple monnaie d’échange au gré des besoins écono­miques du moment des struc­tures publiques, comme les friches l’ont toujours été, sous tous les mandats, quelles que soient leurs couleurs. La poli­tique est affaire d’en­ga­ge­ment, dans le temps. Pas d’une quin­zaine pour diver­tir les bobos des villes dans des lieux si grands quand ils sont vidés des gens qu’ils ne côtoient jamais. A quand la créa­tion d’un véri­table lieu cultu­rel – quel qu’il soit ? Depuis l’aban­don de la réha­bi­li­ta­tion du musée Guimet (dont on ne sait toujours pas ce qu’il va deve­nir), espé­rons que le nouveau projet des Ateliers de la Maison de la danse dans le 8e soit de ceux-là : établi et financé en consé­quence, pour long­temps.

Photo : Brice Robert.

Culture : la double peine passe+­masque

Pourquoi, à passe-sanitaire égal, peut-on tomber le masque dans les bars et restaurants et pas dans les salles de spectacle ? Malheureusement, on ne voit aucune explication légitime à cet état de fait des deux poids deux mesures qui touchent une nouvelle fois les salles de cinéma...

Pourquoi Opéra et TNP sont-ils (toujours) occu­pés ?

En France, on adore l’occupation... tout au moins dans les théâtres. Après les grèves, multiples au fil des ans, dans les centres dramatiques - les bien nommés - comme à l’opéra, voici donc aujourd’hui près de 70 scènes publiques occupées en France, dont le TNP ou l’Opéra de Lyon...

Taver­nier, la vie et rien d’autre

Il y a des titres qui résonnent plus que d’autres, comme celui d’un des grands films de Tavernier, après un an que nous voilà cloîtrés par la pandémie... Dans un de ses derniers entretiens, accordé à Arte il y a à peine quelques semaines pour parler du western qu’il aime, Bertran...

La tartuf­fe­rie des salles de spec­tacle

Nous aussi, on y a cru. On vous avait concocté un numéro de décembre truffé des belles expos, des beaux films, de spectacles même et de vacances sous la neige. On pensait que c'était ça, sauver Noël (à lire ici pour vous détendre). Que nenni. Macron et son Mini-moi Castex en ont ...