Sortir à Lyon

« Masca­rade ! » L’[édito] de Luc Hernan­dez

On voudrait nous faire croire qu’on peut courir 10m derrière un joggeur mais qu’on ne pour­rait pas assis­ter à un concert avec un masque à 10m d’un trom­pet­tiste ?

Que mon froma­ger pouvait rester ouvert (la laite­rie Gilbert, miam) mais pas un libraire ?

Qu’on peut lais­ser 15 enfants dans une même salle pendant 4h ou même une jour­née mais qu’on ne pour­rait pas être 10 pour assis­ter à un one man show à distance de la scène ?

Alors puisque le ridi­cule du Minis­tère de la culture ne tue pas, même du Coro­na­vi­rus, et que Franck Ries­ter est encore en vie, heureu­se­ment pour lui, plutôt que d’obli­ger tous les festi­vals à repor­ter pour des raisons avant tout écono­miques (trans­fé­rer les subven­tions 2020 à 2021 sans frais, en mettant s’il le faut tout le monde au chômage), on peut imagi­ner de nombreuses mani­fes­ta­tions cultu­relles en toute sécu­rité : un réci­tal salle Molière, par exemple du pianiste lyon­nais François Dumont qu’on adore, pour une centaine de personnes dissé­mi­nées entre l’or­chestre et le balcon avec leurs masques ; un one woman show de Cécile Giroud à Gerson pour une quin­zaine de personnes (y aura la queue à l’en­trée mais pas plus qu’au super­mar­ché) ; des lectures sous les arbres au Parc de la Tête d’Or en lais­sant les spec­ta­teurs à 10m de l’ac­trice ou de l’ac­teur (Domi­nique Blanc ? C’est le moment de rêver !) ; un happe­ning d’un petit groupe espacé de musi­ciens de l’Au­di­to­rium ou de l’ONL sur les parvis de leurs insti­tu­tions respec­tives, en lais­sant le public toujours à 10m, pour ne pas mettre en péril le fragile équi­libre nerveux de monsieur Casta­ner…

Sans parler d’une inté­grale Béla Tarr à l’Ins­ti­tut Lumière ou à La Fourmi (il n’y a jamais eu plus de 10 personnes dans une salle pour voir un film de Béla Tarr, alors…). Bref, arrê­tons ce prin­cipe de précau­tion déli­rant et sacri­fi­ciel qui consiste à mettre tout le monde au chômage cultu­rel jusqu’en août 2021.

Si la situa­tion écono­mique ne sera certes pas viable avant un certain temps pour les lieux cultu­rels, une chose est sûre : ce n’est pas en inter­di­sant tout et en ne faisant rien qu’on fera reve­nir le public un jour dans les salles. Surtout si on lui explique comme on est en train de le faire qu ce sont des lieux terri­ble­ment conta­mi­nant. Imagi­ne­rait-on lais­ser les bars et restau­rants au chômage jusqu’en août 2021 ?

Alors il est grand temps de prendre des initia­tives dès que possible – Exit sera toujours là pour les accom­pa­gner – et que ce gouver­ne­ment qui se prétend libé­ral (quand ça l’ar­range) laisse enfin un peu de liberté aux acteurs cultu­rels, comme il en accorde aux grandes surfaces de luxe pour ouvrir dès le 11 mai et vendre des jeans indis­pen­sables à 300 €…

Créons enfin de la vie, dans le respect des gestes barrières bien sûr, qui, rappe­lons-le, sont là pour proté­ger des virus, pas pour mettre des barrières entre les gens, surtout quand il s’agit de l’es­sen­tiel : des émotions humaines.

Satire dans tous les sens

Comédie politique. Gary Zimmer (Steve Carell), conseiller politique Démocrate, reçoit en plein dans sa face et son costume sur mesure, la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Il est d’autant plus déprimé qu’il s’est fait humilier par son homologue Républicaine, l’esth...

Les petites scènes dégou­pillent !

Scènes alternatives. ça ne se voit pas encore mais ça frémit et ça bouge dans beaucoup de lieux culturels : l'espace Gerson et d'autres cafés-théâtres attendent enfin que les politiques leur permettent de travailler dans les mêmes conditions que d'autres lieux : il suffit de jete...