Sortir à Lyon

L’[édito] « Le Galo­pin de Piccoli »

Le jour où j’ai rencon­tré Michel Picco­li…

C’était en 1997. Alors qu’il jouait au TNP, Piccoli était venu présen­ter son premier film comme réali­sa­teur, Alors voilà, au Cinéma Opéra, où je travaillais alors comme cais­sier béné­vole. Il était arrivé en début d’après-midi pour revoir Jour­nal d’une femme d’une chambre, en riant aux éclats du fond de la salle, rare acteur à ne pas être gêné de se voir sur un écran, s’ou­bliant tota­le­ment pour mieux rire de son person­nage de bour­geois salace ridi­cule, croqué par Bunuel, un de ses doubles de cinéma. C’est tout le mystère Piccoli : un immense acteur aux choix toujours moti­vés, radi­caux voire inti­mi­dants, et une person­na­lité aussi discrète que décom­plexée, vivant dans l’ins­tant Les Choses de la vie. En sortant du film de Bunuel avant de présen­ter le sien, il était d’ailleurs resté un long moment sur le trot­toir du cinéma à discu­ter avec les quidams, s’in­té­res­sant beau­coup plus à la psycho­lo­gie ou à la vie quoti­dienne du premier passant qui s’ar­rê­tait pour discu­ter, que pour mettre en valeur un métier qu’il préfé­rait pratiquer que faire valoir. Un géant du cinéma discret, presque secret, et pour­tant avenant, aussi atten­tif qu’in­sai­sis­sable. Insai­sis­sable et extra­va­gant, exac­te­ment comme l’était son film, Alors voilà, (tout un programme de porte ouverte vers l’in­connu), avec au géné­rique une des plus fidèles comé­diennes de sa troupe intime, Domi­nique Blanc. Avant d’al­ler retrou­ver le fidèle hôtel où il séjour­nait à chaque fois qu’il jouait au TNP en promet­tant le meilleur pot-au-feu de la ville, il était allé prendre un verre avec la petite bande du cinéma, dans une bras­se­rie bran­chée derrière la fontaine des Terreaux. A peine entré, il avait déjà remarqué de son œil coquin un nu fémi­nin accro­ché au mur, avant de comman­der un « galo­pin » devant un serveur médusé, aussi embêté de ne pas savoir qu’il s’agit de la moitié d’un demi que de « ne pas le trou­ver sur la machine »… Pour un homme autant épris de liberté que Piccoli, ne pas pouvoir servir la moitié d’un demi à cause d’une « machine » reve­nait à peu près à se foutre de sa gueu­le… Farceur déli­cat, il avait épar­gné le serveur pour mieux faire appe­ler « la patronne, mais nue comme sur le tableau ! ». Avec un sourire carnas­sier volé à un film de Ferreri ! Je crois qu’il a fini par l’ob­te­nir… Salute ! L.H.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Les verts rasent gratis

« Le temps est venu ». Voilà ce qu'on peut lire – modestement – sur le site d'Europe Ecologie Les verts qui, comme Aznavour, se voient déjà en haut de l'affiche, flattés par des sondages favorables qui ne valent pas tripette... Passons vite sur une parenthèse politique qui n'a pa...

Brigitte Giraud, la ques­tion humaine

Lecture. Elle a toujours eu les mots pour exprimer au plus près le deuil ou les drames familiaux. Brigitte Giraud (auteure de Jour de Courage en septembre dernier chez Flammarion, disponible en version numérique), vient de publier un beau texte sur Libération qui pourrait faire l...