Sortir à Lyon
Partager cet article :

Montrez ce drapé que je ne saurais lais­ser tomber

Pein­ture clas­sique. Il y a sans doute un peu trop de plis dans la très foison­nante expo­si­tion du Musée des Beaux-Arts consa­crée au « Drapé » : « Pratiques d’ate­liers », « jet de la drape­rie  » ou encore « anato­mie de la drape­rie »… Les inti­tu­lés de chaque salle, curieu­se­ment surplom­bées de para­graphes « I.4 » ou « II.1.1 » comme à l’école, peuvent parfois paraître assez redon­dants. Mais l’am­pleur du travail de recherche recèle évidem­ment des merveilles pour l’es­prit foui­neur que l’opu­lence n’ef­fraie pas. Outre les salles consa­crées à Ingres ou Gustave Moreau, on pourra décou­vrir de grands incon­nus (Cosimo Gambe­rucci ou Pierre Le Tellier, neveu de Pous­sin). Dommage que la ques­tion érotique et/ou poli­tique soit un peu trop évacuée dans les vidéos consa­crées à la danse (l’ou­vrage « Cache-sexe » de Sylvie Aube­nas et Philippe Comar aurait pu former un heureux complé­ment). Mais les dernières salles à l’étage valent à elles seules le détour, d’une « étude de panta­lon » de Fernand Léger au lavis à l’encre d’Al­brecht Dürer qui annonce déjà au XVe siècle la moder­nité des œuvres au stylo-bille d’un Jan Fabre, jusqu’à une pure merveille : L’homme dans les draps, petit bijou d’éro­tisme se déclen­chant aux seuls replis de l’étoffe, orches­trés par une main invi­sible, finis­sant par former en ombres proje­tées le profil fantasmé de l’homme né de son imagi­na­tion. Magni­fique. L.H.

Drapé. Jusqu’au 8 mars au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Tlj sf mardi de 10h à 18h, ven de 10h30 à 18h. De 7 à 12 €. mba-lyon.com

L’Ukraine comme vous ne l’avez jamais vue par Philippe Schul­ler

C’est un simple hasard, ou un signe surgi du passé, qui fait « hello, souvenez-vous ». Va savoir. Le début de l’exposition de Philippe Schuller percute de plein front l’actualité. On entame en effet la visite par un reportage réalisé il y a 30 ans en Ukraine. Le pays venait de qu...

Quand Susan Kare réin­ven­tait le Macin­tosh avec Steve Jobs

L'expo démarre par une petite photo d'elle qui en dit long : des cheveux blonds, des yeux rieurs, et un large sourire sur un visage lumineux. Ce portrait de Susan Kare date de 2014 et en ouvre un autre, celui de son travail. Pensée comme un kaléidoscope, la première rétrospective...

Magique, la nouvelle expo des vacances à voir à Confluences

Lyon serait-elle le berceau de la magie ? La notion est si vaste qu'elle dépasse bien largement la confluence entre Rhône et Saône, mais Hippolyte Léon Denizard Rivail - plus connu sous le nom d'Allan Kardec (mais pas de tout le monde) - y a tout de même fondé le spiritisme en 18...