Sortir à Lyon

Montrez ce drapé que je ne saurais lais­ser tomber

Pein­ture clas­sique. Il y a sans doute un peu trop de plis dans la très foison­nante expo­si­tion du Musée des Beaux-Arts consa­crée au « Drapé » : « Pratiques d’ate­liers », « jet de la drape­rie  » ou encore « anato­mie de la drape­rie »… Les inti­tu­lés de chaque salle, curieu­se­ment surplom­bées de para­graphes « I.4 » ou « II.1.1 » comme à l’école, peuvent parfois paraître assez redon­dants. Mais l’am­pleur du travail de recherche recèle évidem­ment des merveilles pour l’es­prit foui­neur que l’opu­lence n’ef­fraie pas. Outre les salles consa­crées à Ingres ou Gustave Moreau, on pourra décou­vrir de grands incon­nus (Cosimo Gambe­rucci ou Pierre Le Tellier, neveu de Pous­sin). Dommage que la ques­tion érotique et/ou poli­tique soit un peu trop évacuée dans les vidéos consa­crées à la danse (l’ou­vrage « Cache-sexe » de Sylvie Aube­nas et Philippe Comar aurait pu former un heureux complé­ment). Mais les dernières salles à l’étage valent à elles seules le détour, d’une « étude de panta­lon » de Fernand Léger au lavis à l’encre d’Al­brecht Dürer qui annonce déjà au XVe siècle la moder­nité des œuvres au stylo-bille d’un Jan Fabre, jusqu’à une pure merveille : L’homme dans les draps, petit bijou d’éro­tisme se déclen­chant aux seuls replis de l’étoffe, orches­trés par une main invi­sible, finis­sant par former en ombres proje­tées le profil fantasmé de l’homme né de son imagi­na­tion. Magni­fique. L.H.

Drapé. Jusqu’au 8 mars au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Tlj sf mardi de 10h à 18h, ven de 10h30 à 18h. De 7 à 12 €. mba-lyon.com

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Et au milieu coule une fontaine

Balade. Plic-ploc, c’est le cliquetis de l’eau qui coule sonnant comme musique de fond sur la balade du Sentier de l’eau. Au départ de Collonges-au-Mont-d’or, cette petite boucle de 1 h 30 suit le cours de l’eau à l’époque où elle ne coulait pas au bout de tous les robinets. La b...

Eins, zwei, drei, cinéma gratuit !

Pas besoin d’avoir fait Allemand LV1 pour se faire une toile au Festival du film allemand en plein air du Goethe Institut. Les films projetés sont sous-titrés en français, ce qui permet même aux non-germanophones de découvrir les derniers succès du cinéma germanique, comme Ce gar...