Sortir à Lyon

Aux origines du monde

Photo­gra­phie. Pendant long­temps, Sebas­tião Salgado a photo­gra­phié les hommes, les conflits, l’exode, marquant les esprits avec ses repor­tages en noir et blanc au Rwanda ou dans les mines d’or du Brésil. Puis il a fini par vaciller, fati­gué d’être témoin de tant de violence. Bien décidé à arrê­ter la photo­gra­phie, il reprend avec sa femme, Lélia, la ferme fami­liale située dans le centre du Brésil et entre­prend de replan­ter plus de deux millions d’arbres sur les terres défo­res­tées. Peu à peu, la forêt revit, les animaux comme les jaguars et les caïmans réap­pa­raissent et Sebas­tião reprend goût à la vie. C’est alors que naît son projet Gene­sis : « Aller voir ce qu’il y a de plus pur sur la terre  ». En faisant des recherches, le photo­graphe découvre que 46 % de la planète « ressemble encore aux origines  ». Mada­gas­car, Antar­c­tique, îles Gala­pa­gos ou Sibé­rie, le voilà parti dans les endroits les plus recu­lés de la planète, à la recherche de paysages intacts et de tribus ances­trales.

Noir et blanc chromé

C’est ce travail qui a occupé huit ans de sa vie que le Brési­lien présente à la Sucrière, dans une expo­si­tion qui voyage depuis main­te­nant sept ans. Phoques tour­nant leurs yeux ronds comme des billes vers l’objec­tif, peau luisante des céta­cés, paysage de feu ou de glaces, ses photos sont saisis­santes de beauté, magni­fiées par le noir et blanc chromé, presque argenté des tirages. S’il est un très bon portrai­tiste, immor­ta­li­sant des guer­riers papous ou les dernières femmes à plateau du monde, sa science de la lumière et de la compo­si­tion est sans égale dans le trai­te­ment des paysages, mettant chaque détail en relief. Les esprits chagrins pour­ront repro­cher au photo­graphe ses images trop léchées façon Natio­nal Géogra­phique, reste que leur force est indé­niable et il ne faut d’ailleurs pas hési­ter à prendre du recul face aux grands tirages pour en saisir toute la puis­sance. La nouvelle expo­si­tion popu­laire à ne pas manquer pour remon­ter aux origines du monde, même si les tarifs de La Sucrière sont toujours un peu trop élevés. Caro­line Sicard

Gene­sis de Sebas­tião Salgado, jusqu’au dimanche 10 mai à la Sucrière, Lyon 2e. Tous les jours de 10h à 18h, jusqu’à 19h les week-ends et pendant les vacances scolaires. De 8 à 13€. L’ex­po­si­tion devrait être prolon­gée cet été. lasu­criere-lyon.com

Four­vière ressus­cite Pomme le 7 juillet!

La chanteuse lyonnaise Pomme est en plein boum, même si elle a vu sa grande tournée 2020 s'arrêter net avec le confinement. Que nenni : elle devait faire l'ouverture musicale des Nuits de Fourvière le 3 juin dernier, et sera finalement, comme nous l'avions déjà indiqué, sur la sc...

Emma­nuelle Devos embaume « Les Parfums »

Comédie. Dans l’entretien qu’elle nous avait accordé en mars (à lire << ici >>), Emmanuelle Devos exprimait son ras le bol de jouer dans des films tristes… Pari réussi avec Les Parfums, petite comédie légère et subtile qui fonctionne grâce à son duo d’acteurs et à l’originalité d...

Pif, paf, pof, Robin reprend ses sketches

Elle a déjà tout piqué à Pierre Palmade, avant de se fâcher avec lui comme elle s'est fâchée avec à peu près tout le monde. Muriel Robin a ensuite joué à la star qu'elle n'est pas sur les plateaux télé pour expliquer à quel point elle n'aimait pas monter seule sur scène pour fair...

Le retour de Fred­die : One night of Queen !

Cuir-moustache Sans elle, Freddie Mercury serait resté Farrokh Bulsara et n’aurait jamais intégré le panthéon tant convoité des chanteurs moustachus, aux côtés de Georges Brassens et de Jean Ferrat. Directement inspirée du style de la communauté gay de San Francisco, la stachm...