Sortir à Lyon
Partager cet article :

Aux origines du monde

Photo­gra­phie. Pendant long­temps, Sebas­tião Salgado a photo­gra­phié les hommes, les conflits, l’exode, marquant les esprits avec ses repor­tages en noir et blanc au Rwanda ou dans les mines d’or du Brésil. Puis il a fini par vaciller, fati­gué d’être témoin de tant de violence. Bien décidé à arrê­ter la photo­gra­phie, il reprend avec sa femme, Lélia, la ferme fami­liale située dans le centre du Brésil et entre­prend de replan­ter plus de deux millions d’arbres sur les terres défo­res­tées. Peu à peu, la forêt revit, les animaux comme les jaguars et les caïmans réap­pa­raissent et Sebas­tião reprend goût à la vie. C’est alors que naît son projet Gene­sis : « Aller voir ce qu’il y a de plus pur sur la terre  ». En faisant des recherches, le photo­graphe découvre que 46 % de la planète « ressemble encore aux origines  ». Mada­gas­car, Antar­c­tique, îles Gala­pa­gos ou Sibé­rie, le voilà parti dans les endroits les plus recu­lés de la planète, à la recherche de paysages intacts et de tribus ances­trales.

Noir et blanc chromé

C’est ce travail qui a occupé huit ans de sa vie que le Brési­lien présente à la Sucrière, dans une expo­si­tion qui voyage depuis main­te­nant sept ans. Phoques tour­nant leurs yeux ronds comme des billes vers l’objec­tif, peau luisante des céta­cés, paysage de feu ou de glaces, ses photos sont saisis­santes de beauté, magni­fiées par le noir et blanc chromé, presque argenté des tirages. S’il est un très bon portrai­tiste, immor­ta­li­sant des guer­riers papous ou les dernières femmes à plateau du monde, sa science de la lumière et de la compo­si­tion est sans égale dans le trai­te­ment des paysages, mettant chaque détail en relief. Les esprits chagrins pour­ront repro­cher au photo­graphe ses images trop léchées façon Natio­nal Géogra­phique, reste que leur force est indé­niable et il ne faut d’ailleurs pas hési­ter à prendre du recul face aux grands tirages pour en saisir toute la puis­sance. La nouvelle expo­si­tion popu­laire à ne pas manquer pour remon­ter aux origines du monde, même si les tarifs de La Sucrière sont toujours un peu trop élevés. Caro­line Sicard

Gene­sis de Sebas­tião Salgado, jusqu’au dimanche 10 mai à la Sucrière, Lyon 2e. Tous les jours de 10h à 18h, jusqu’à 19h les week-ends et pendant les vacances scolaires. De 8 à 13€. L’ex­po­si­tion devrait être prolon­gée cet été. lasu­criere-lyon.com

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Villeur­banne rayonne !

En attendant que Roselyne, nouvelle ministre, ressorte son stock de masques et relance un milieu culturel sinistré, il y a ceux qui ne désarment pas, même s'ils ont été les plus touchés. Le secteur qu'on appelle "musiques actuelles" au ministère de Roselyne est sans doute celui q...

Bob Wilson magni­fie Le Messie à Genève

C'est la première œuvre du répertoire anglais à n'avoir jamais quitté l'affiche, jouée tous les ans en Angleterre depuis sa création en 1742, comme l'œuvre symbole de la nation britannique. Écrite en moins d'un mois selon l'habileté habituelle de son compositeur, Le Messie n'a po...