Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’expo du bout du monde

Pendant long­temps, Sebas­tião Salgado a photo­gra­phié les hommes, les conflits, l’exode, marquant les esprits avec ses repor­tages en noir et blanc au Rwanda ou dans les mines d’or du Brésil. Puis il a fini par vaciller, fati­gué d’être témoin de tant de violence. Bien décidé à arrê­ter la photo­gra­phie, il reprend avec sa femme, Lélia, la ferme fami­liale située dans le centre du Brésil et entre­prend de replan­ter plus de deux millions d’arbres sur les terres défo­res­tées. Peu à peu, la forêt revit, les animaux comme les jaguars et les caïmans réap­pa­raissent et Sebas­tião reprend goût à la vie. C’est alors que naît son projet Gene­sis : « Aller voir ce qu’il y a de plus pur sur la terre  ». En faisant des recherches, le photo­graphe découvre que 46 % de la planète « ressemble encore aux origines  ». Mada­gas­car, Antar­c­tique, îles Gala­pa­gos ou Sibé­rie, le voilà parti dans les endroits les plus recu­lés de la planète, à la recherche de paysages intacts et de tribus ances­trales.

Aux origines du monde

C’est ce travail qui a occupé huit ans de sa vie que le Brési­lien a présenté à la Sucrière, juste avant l’ar­rêt des acti­vi­tés, dans une expo­si­tion qui voyage depuis main­te­nant sept ans… et qui est reprise et prolon­gée à partir du 3 juin pour notre plus grand bonheur. Phoques tour­nant leurs yeux ronds comme des billes vers l’objec­tif, peau luisante des céta­cés, paysage de feu ou de glaces, ses photos sont saisis­santes de beauté, magni­fiées par le noir et blanc chromé, presque argenté des tirages. S’il est un très bon portrai­tiste, immor­ta­li­sant des guer­riers papous ou les dernières femmes à plateau du monde, sa science de la lumière et de la compo­si­tion est sans égale dans le trai­te­ment des paysages, mettant chaque détail en relief. Les esprits chagrins pour­ront repro­cher au photo­graphe ses images trop léchées façon Natio­nal Géogra­phique, en noir et blanc chromé. Reste que leur force est indé­niable. Il ne faut d’ailleurs pas hési­ter à prendre du recul face aux grands tirages pour en saisir toute la puis­sance.

Gene­sis de Sebas­tião Salgado, à partir du 3 juin et jusqu’à fin juillet à la Sucrière, Lyon 2e. Du mercredi au dimanche de 10h à 17h. Fermé les lundis et mardis.

Atten­tion : pas de billet­te­rie sur place, réser­va­tion en ligne obli­ga­toire, capa­cité limi­tée à un tiers. Port du masque obli­ga­toire. Gel hydro-alcoo­lique à dispo­si­tion. Temps de visite à respec­ter : 1h. Entrée toutes les 30 minutes.

De 8 à 13€. lasu­criere-lyon.com

L’expo de l’été : le laby­rinthe des songes à Villeur­banne

C’est l’exposition événement de cet été qui se prolongera jusqu’à l’automne. En plus de réaliser les films les plus contemplatifs du cinéma (lire notre critique de Cemetery of splendour), errant à la lisière du royaume des morts et de celui des vivants, Apichatpong Weerasethakul ...

La chapelle de l’Île Barbe s’ex­pose

Profitez-en, c’est l’une des rares fois où vous pourrez visiter l’intérieur rénové de la chapelle de l’île Barbe. Depuis 2019, celle-ci ouvre deux fois par an ses portes au public avec des expositions organisées par Françoise Souchaud. Rien de subversif nous apprend cette dernièr...

Cuisine romaine au temps de Lugdu­num

Le saviez-vous ? Le musée Lugdunum est gratuit le premier dimanche du mois ! ça tombe bien : ce 4 juillet est le dernier jour pour profiter de l'exposition sur la cuisine romaine. Miam. On a tous en tête les repas gargantuesques des scènes de banquets romains croqués dans ...

Les gale­ries, c’est beau et c’est gratuit !

Vous pensez que les galeries ne sont pas faites pour vous ? C’est justement cette image inaccessible que cherche à effacer l’événement « Osez les galeries ». Derrière cette initiative se trouve une vingtaine de galeries d’art contemporain de la Presqu’île de Lyon. Après une premi...