Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’expo du bout du monde

© Sebastiao Salgado

Pendant long­temps, Sebas­tião Salgado a photo­gra­phié les hommes, les conflits, l’exode, marquant les esprits avec ses repor­tages en noir et blanc au Rwanda ou dans les mines d’or du Brésil. Puis il a fini par vaciller, fati­gué d’être témoin de tant de violence. Bien décidé à arrê­ter la photo­gra­phie, il reprend avec sa femme, Lélia, la ferme fami­liale située dans le centre du Brésil et entre­prend de replan­ter plus de deux millions d’arbres sur les terres défo­res­tées. Peu à peu, la forêt revit, les animaux comme les jaguars et les caïmans réap­pa­raissent et Sebas­tião reprend goût à la vie. C’est alors que naît son projet Gene­sis : « Aller voir ce qu’il y a de plus pur sur la terre  ». En faisant des recherches, le photo­graphe découvre que 46 % de la planète « ressemble encore aux origines  ». Mada­gas­car, Antar­c­tique, îles Gala­pa­gos ou Sibé­rie, le voilà parti dans les endroits les plus recu­lés de la planète, à la recherche de paysages intacts et de tribus ances­trales.

Aux origines du monde

C’est ce travail qui a occupé huit ans de sa vie que le Brési­lien a présenté à la Sucrière, juste avant l’ar­rêt des acti­vi­tés, dans une expo­si­tion qui voyage depuis main­te­nant sept ans… et qui est reprise et prolon­gée à partir du 3 juin pour notre plus grand bonheur. Phoques tour­nant leurs yeux ronds comme des billes vers l’objec­tif, peau luisante des céta­cés, paysage de feu ou de glaces, ses photos sont saisis­santes de beauté, magni­fiées par le noir et blanc chromé, presque argenté des tirages. S’il est un très bon portrai­tiste, immor­ta­li­sant des guer­riers papous ou les dernières femmes à plateau du monde, sa science de la lumière et de la compo­si­tion est sans égale dans le trai­te­ment des paysages, mettant chaque détail en relief. Les esprits chagrins pour­ront repro­cher au photo­graphe ses images trop léchées façon Natio­nal Géogra­phique, en noir et blanc chromé. Reste que leur force est indé­niable. Il ne faut d’ailleurs pas hési­ter à prendre du recul face aux grands tirages pour en saisir toute la puis­sance.

Gene­sis de Sebas­tião Salgado, à partir du 3 juin et jusqu’à fin juillet à la Sucrière, Lyon 2e. Du mercredi au dimanche de 10h à 17h. Fermé les lundis et mardis.

Atten­tion : pas de billet­te­rie sur place, réser­va­tion en ligne obli­ga­toire, capa­cité limi­tée à un tiers. Port du masque obli­ga­toire. Gel hydro-alcoo­lique à dispo­si­tion. Temps de visite à respec­ter : 1h. Entrée toutes les 30 minutes.

De 8 à 13€. lasu­criere-lyon.com

La nuit des musées fait son tapage nocturne gratuit

Pour la nuit de samedi, tout est gratuit ! Le musée des Confluences met en place une programmation spéciale autour de dons exposition Magique ! . Magiciens et illusionnistes interviendront dans une mystérieuse forêt plantée pour l’occasion. On pourra assister aux hologrammes fant...

L’Ukraine comme vous ne l’avez jamais vue par Philippe Schul­ler

C’est un simple hasard, ou un signe surgi du passé, qui fait « hello, souvenez-vous ». Va savoir. Le début de l’exposition de Philippe Schuller percute de plein front l’actualité. On entame en effet la visite par un reportage réalisé il y a 30 ans en Ukraine. Le pays venait de qu...

Quand Susan Kare réin­ven­tait le Macin­tosh avec Steve Jobs

L'expo démarre par une petite photo d'elle qui en dit long : des cheveux blonds, des yeux rieurs, et un large sourire sur un visage lumineux. Ce portrait de Susan Kare date de 2014 et en ouvre un autre, celui de son travail. Pensée comme un kaléidoscope, la première rétrospective...

Magique, la nouvelle expo des vacances à voir à Confluences

Lyon serait-elle le berceau de la magie ? La notion est si vaste qu'elle dépasse bien largement la confluence entre Rhône et Saône, mais Hippolyte Léon Denizard Rivail - plus connu sous le nom d'Allan Kardec (mais pas de tout le monde) - y a tout de même fondé le spiritisme en 18...