Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’expo du bout du monde

Pendant long­temps, Sebas­tião Salgado a photo­gra­phié les hommes, les conflits, l’exode, marquant les esprits avec ses repor­tages en noir et blanc au Rwanda ou dans les mines d’or du Brésil. Puis il a fini par vaciller, fati­gué d’être témoin de tant de violence. Bien décidé à arrê­ter la photo­gra­phie, il reprend avec sa femme, Lélia, la ferme fami­liale située dans le centre du Brésil et entre­prend de replan­ter plus de deux millions d’arbres sur les terres défo­res­tées. Peu à peu, la forêt revit, les animaux comme les jaguars et les caïmans réap­pa­raissent et Sebas­tião reprend goût à la vie. C’est alors que naît son projet Gene­sis : « Aller voir ce qu’il y a de plus pur sur la terre  ». En faisant des recherches, le photo­graphe découvre que 46 % de la planète « ressemble encore aux origines  ». Mada­gas­car, Antar­c­tique, îles Gala­pa­gos ou Sibé­rie, le voilà parti dans les endroits les plus recu­lés de la planète, à la recherche de paysages intacts et de tribus ances­trales.

Aux origines du monde

C’est ce travail qui a occupé huit ans de sa vie que le Brési­lien a présenté à la Sucrière, juste avant l’ar­rêt des acti­vi­tés, dans une expo­si­tion qui voyage depuis main­te­nant sept ans… et qui est reprise et prolon­gée à partir du 3 juin pour notre plus grand bonheur. Phoques tour­nant leurs yeux ronds comme des billes vers l’objec­tif, peau luisante des céta­cés, paysage de feu ou de glaces, ses photos sont saisis­santes de beauté, magni­fiées par le noir et blanc chromé, presque argenté des tirages. S’il est un très bon portrai­tiste, immor­ta­li­sant des guer­riers papous ou les dernières femmes à plateau du monde, sa science de la lumière et de la compo­si­tion est sans égale dans le trai­te­ment des paysages, mettant chaque détail en relief. Les esprits chagrins pour­ront repro­cher au photo­graphe ses images trop léchées façon Natio­nal Géogra­phique, en noir et blanc chromé. Reste que leur force est indé­niable. Il ne faut d’ailleurs pas hési­ter à prendre du recul face aux grands tirages pour en saisir toute la puis­sance.

Gene­sis de Sebas­tião Salgado, à partir du 3 juin et jusqu’à fin juillet à la Sucrière, Lyon 2e. Du mercredi au dimanche de 10h à 17h. Fermé les lundis et mardis.

Atten­tion : pas de billet­te­rie sur place, réser­va­tion en ligne obli­ga­toire, capa­cité limi­tée à un tiers. Port du masque obli­ga­toire. Gel hydro-alcoo­lique à dispo­si­tion. Temps de visite à respec­ter : 1h. Entrée toutes les 30 minutes.

De 8 à 13€. lasu­criere-lyon.com

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

L’im­por­tant, c’est d’en rire

Si on ne peut plus danser à des concerts ou aller sculpter son corps à sa salle de sport, heureusement, on peut encore rire. Ou presque. L’Espace Gerson a dû annuler son traditionnel festival d’humour, mais bien décidée à chouchouter nos zygomatiques et réconforter nos esprits ch...

Rendez-vous en terre incon­nue

Cet automne, le musée des Confluences nous emmène au cœur duMakay, un refuge naturel à l’ouest de Madagascar, constitué decanyons et de forêts inexplorées qui abritent des espèces inconnues.Dans une scénographie reprenant la forme labyrinthique de sagéologie, on suit les traces d...