Sortir à Lyon

On a vu l’expo Picasso, courez-y !

Prolon­gée jusqu’en janvier 2021, l’expo-événe­ment consa­crée à Picasso est ouverte ! Elle tient toutes ses promesses, revi­si­tant les trésors d’une œuvre à l’ima­gi­na­tion sans limite autour d’un thème on ne peut plus esti­val : Baigneuses et baigneurs. Courez-y !

Pablo Picasso, Les Baigneuses, Biar­ritz, été 1918.

Picasso passait tous ses étés au bord de la mer. Nous, on n’a qu’à plon­ger dans les 150 œuvres présen­tées au musée des Beaux-Arts de Lyon pour se retrou­ver au milieu des « baigneuses et baigneurs  », pour se retrou­ver dans les ciels bleus et les corps étranges du peintre le plus inven­tif du XXe siècle. En quelques clins d’oeil très bien choi­sis, l’ex­po­si­tion montre l’in­fluence majeure de Picasso sur la pein­ture : les débuts de Fran­cis Bacon et le baiser denté des Figures au bord de la mer (1931), annonçant les futures silhouettes déchar­nées du peintre britan­nique, comme le lien avec le primi­tif ou la compo­si­tion clas­sique de Manet, jusqu’aux influences contem­po­rai­nes… de 2019. Remon­tant le temps de façon chro­no­lo­gique en plusieurs séquences limpides réamé­na­gées pour accueillir des spec­ta­teurs dans le respect des nouvelles normes de distan­cia­tion sociale, l’ex­po­si­tion est surtout une formi­dable occa­sion de revi­si­ter l’oeuvre de Picasso à travers nombre d’oeuvres rares et pour­tant emblé­ma­tiques de l’in­ven­tion sans limite d’un peintre. Picasso a toujours su être vision­naire et expé­ri­men­tal, en restant popu­laire. La Baigneuse de la collec­tion Jacque­line Delu­bac du musée fait ici face à deux autres tableaux grand format en miroir dont l’ex­tra­or­di­naire Grande baigneuse au livre, qui vous donnera envie de lire dans les posi­tions les plus incon­grues cet été… ou la Baignade de 1937 (ci-dessous), dans laquelle on peut imagi­ner au second plan l’ar­tiste en voyeur des deux jeunes filles, comme en témoigne le reste de l’ex­po­si­tion, des photos de famille inédites, captu­rant la silhouette bovine et bron­zée de l’ar­tiste sur les plages, jusqu’aux nombreux dessins, véri­tables trésors de son imagi­na­tion sans limite.

La Baignade, 1937, avec au second plan l’ar­tiste en voyeur…

Picasso dans La Course

Crayon magique aux trois couleurs qui fera le bonheur des enfants petits et grands, fusain, encres et craie ou crayon graphite qu’on retrouve y compris sur ses grandes toiles, les « petits » formats de cette expo­si­tion en font aussi la richesse, comme Les Baigneuses de 1918 à Biar­ritz (en début de texte), toile d’été presque naïve assez atypique dans l’oeuvre du peintre, ou La Course (en haut de page), merveille de mouve­ment et de vita­lité sous un ciel radieux. Bref, une expo­si­tion aussi limpide que foison­nante, four­millant de décou­vertes en restant acces­sible à tous. La première d’en­ver­gure à Lyon consa­crée à Picasso depuis 1953, dont le musée rappelle en fin de parcours qu’elle fut la toute première en France consa­crée à un peintre encore large­ment contesté, devenu depuis le plus célèbre des peintres du XXe siècle. L.H.

Picasso, baigneuses et baigneurs. Du 15 juillet 2020 au 3 janvier 2021.

Le musée est ouvert tous les jours sauf mardi et jours fériés de 10h à 18h, vendredi de 10h30 à 18h. Atten­tion nombre de places limité, réser­ver votre billet en ligne. De 8 à 13 €. Réser­vez vitre venue << ici >>.

Crédits : Les Baigneuses, Biar­ritz, 1918 : Paris, Musée natio­nal Picasso – Paris. © Succes­sion Picasso 2020. Photo © RMN-Grand Palais (Musée natio­nal Picasso – Paris) / Sylvie Chan-Liat

La Baignade, 12 février 1937. Venise, Peggy Guggen­heim collec­tion, Venice ; The Solo­mon R. Guggen­heim Foun­da­tion, New York. © Succes­sion Picasso 2020. Image © Peggy Guggen­heim Museum

Amour et rock’n’­roll en Russie

On a un instant l'impression d'assister à un film de beatnik de l'Est avec caméra en steadycam qui suit ses personnages en train de s’ennuyer. On s'aperçoit qu'il s'agit d'une fausse piste lorsqu'apparaissent les griffonnages eighties sur l’image elle-même, comme une mini-comédie...

24 ans, toujours prolo…

Passé par la réalisation TV depuis 2015 et son Crazy Amy,, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépassant désormais les personnages d'inadaptés régressifs auxquels se limitaient un peu trop ses premiers films. Co-scénariste dans son propre rôle, Pe...

Dardenne éden

Ils ont révolutionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l'épaule collée à la nuque de ses personnages, utilisée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beaucoup à Rosetta (1999), Palme d'or qui sonnait comme une déflagration dans le cinéma contemporain. Il...

Beaux-arts et balade à Cham­béry

Il y a bien un musée qui est rouvert : celui de Chambéry, et vous pouvez en prime vous balader dans les jardins de la maison de Jean-Jacques Rousseau......

Montrez ce drapé que je ne saurais lais­ser tomber

Peinture classique. Il y a sans doute un peu trop de plis dans la très foisonnante exposition du Musée des Beaux-Arts consacrée au « Drapé » : « Pratiques d'ateliers », « jet de la draperie » ou encore « anatomie de la draperie »... Les intitulés de chaque salle, curieusement sur...