Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’art de la récup’ subver­sive

De la styliste britan­nique Vivienne West­wood, on retient surtout la période punk, quand elle habillait les Sex Pistols et impri­mait des T-shirts à message qui faisaient scan­dale. Ce qu’on sait moins, c’est que cette auto­di­dacte s’est forgé une connais­sance ency­clo­pé­dique de l’his­toire de la mode à force de fréquen­ter les musées, n’ayant de cesse de puiser son inspi­ra­tion dans les siècles passés. C’est cet angle qu’a choisi le musée des Tissus pour porter un regard origi­nal sur Vivienne West­wood, d’au­tant plus que les pièces sont issues de la collec­tion privée d’un ancien colla­bo­ra­teur de la créa­trice, Lee Price, Londo­nien installé à Lyon. Bien plus grande que la précé­dente expo­si­tion Yves Saint Laurent, la visite se déroule sur tout le rez-de-chaus­sée du musée des Tissus, avec une scéno­gra­phie recréant pour chaque collec­tion l’uni­vers d’une époque qui a inspiré la Britan­nique. Les vête­ments sont mis en regard avec des costumes, meubles ou tableaux issus des collec­tions du musée, comme ces dessins de marque­te­rie qu’elle a repro­duits sur un corset ou le pour­point de Charles de Blois, trésor du musée datant du XIVe siècle, et dont les emman­chures en assiettes l’ins­pi­re­ront pour plusieurs de ses vestes.

Féti­chiste.

Armure, par Vivienne West­wood (photo Pierre Verrier, musée des Tissus)

Car à n’im­porte quelle époque de sa carrière, la coutu­rière s’est inspi­rée du vestiaire du passé pour mieux le subver­tir, comme les habits tradi­tion­nels anglais, dont le tartan, qu’elle n’aura de cesse de détour­ner. Lisible et claire avec son parcours chro­no­lo­gique, cette nouvelle expo­si­tion se veut un brin pop avec la recons­ti­tu­tion de la devan­ture du maga­sin Sex ou l’ac­cro­chage de photos de défilé qui se parcourt sur un podium. Si l’as­pect tech­nique du tweed ou des mailles de jean ne vous passionne pas, cette plon­gée dans l’uni­vers de la créa­trice la plus atypique de la planète mode vaut le détour de par sa démarche toujours enga­gée de reine de la récup’. Quant à la dernière salle consa­crée aux chaus­sures les plus folles, elle ravira les appé­tits féti­chistes.

Vivienne West­wood, Art, mode et subver­sion – collec­tion Lee Price. Jusqu’au dimanche 17 janvier au musée des Tissus, Lyon 2e. Du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. De 10 à 12 €. tous les rensei­gne­ments << ici >>.

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

Mon père, ce bandit au regard si doux…

On aime bien Pio Marmaï quand il tourne dans des films fantaisistes, comme En Liberté! de Pierre Salavadori, ou le premier film de Ronan Le Page, Je Promets d'être sage, avec l'irrésistible Lea Drucker. Il faut dire qu’il a la tête de l'emploi pour jouer les bandits repentis ave...

Sabine Azéma au festi­val Lumière

Espiègle, mutine, fantaisiste comme aucune actrice dans le cinéma français, Sabine Azéma est aussi à l'aise dans la comédie populaire façon Tanguy, que dans le théâtre d'ombres d'Alain Resnais, dont elle reste la muse éternelle. Elle viendra d'ailleurs présenter jeudi Mélo, décla...