Sortir à Lyon

L’art de la récup’ subver­sive

De la styliste britan­nique Vivienne West­wood, on retient surtout la période punk, quand elle habillait les Sex Pistols et impri­mait des T-shirts à message qui faisaient scan­dale. Ce qu’on sait moins, c’est que cette auto­di­dacte s’est forgé une connais­sance ency­clo­pé­dique de l’his­toire de la mode à force de fréquen­ter les musées, n’ayant de cesse de puiser son inspi­ra­tion dans les siècles passés. C’est cet angle qu’a choisi le musée des Tissus pour porter un regard origi­nal sur Vivienne West­wood, d’au­tant plus que les pièces sont issues de la collec­tion privée d’un ancien colla­bo­ra­teur de la créa­trice, Lee Price, Londo­nien installé à Lyon. Bien plus grande que la précé­dente expo­si­tion Yves Saint Laurent, la visite se déroule sur tout le rez-de-chaus­sée du musée des Tissus, avec une scéno­gra­phie recréant pour chaque collec­tion l’uni­vers d’une époque qui a inspiré la Britan­nique. Les vête­ments sont mis en regard avec des costumes, meubles ou tableaux issus des collec­tions du musée, comme ces dessins de marque­te­rie qu’elle a repro­duits sur un corset ou le pour­point de Charles de Blois, trésor du musée datant du XIVe siècle, et dont les emman­chures en assiettes l’ins­pi­re­ront pour plusieurs de ses vestes.

Féti­chiste.

Armure, par Vivienne West­wood (photo Pierre Verrier, musée des Tissus)

Car à n’im­porte quelle époque de sa carrière, la coutu­rière s’est inspi­rée du vestiaire du passé pour mieux le subver­tir, comme les habits tradi­tion­nels anglais, dont le tartan, qu’elle n’aura de cesse de détour­ner. Lisible et claire avec son parcours chro­no­lo­gique, cette nouvelle expo­si­tion se veut un brin pop avec la recons­ti­tu­tion de la devan­ture du maga­sin Sex ou l’ac­cro­chage de photos de défilé qui se parcourt sur un podium. Si l’as­pect tech­nique du tweed ou des mailles de jean ne vous passionne pas, cette plon­gée dans l’uni­vers de la créa­trice la plus atypique de la planète mode vaut le détour de par sa démarche toujours enga­gée de reine de la récup’. Quant à la dernière salle consa­crée aux chaus­sures les plus folles, elle ravira les appé­tits féti­chistes.

Vivienne West­wood, Art, mode et subver­sion – collec­tion Lee Price. Jusqu’au dimanche 17 janvier au musée des Tissus, Lyon 2e. Du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. De 10 à 12 €. tous les rensei­gne­ments << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

L’[édito] de Luc Hernan­dez

Il n'est plus temps de sortir et Exit Mag, avec tous les lieux de spectacles que nous vous conseillons toute l'année et dont il reste solidaire, se met bien évidemment lui aussi en quarantaine. Comme l'écrivait Shakespeare, "ce qu'on ne peut éviter, il faut l'embrasser". Alor...

N’al­lez pas à Tataouine !

Poussif. Il y a des premiers films qui mangent à tous les rateliers du malheur pour mieux se faire remarquer : terrorisme, enfant malade, guerre en Lybie et dons d'organe, ça fait beaucoup pour un seul « Fils ». Surtout quand l'essentiel du film consiste à enfermer un couple en p...