Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dernière visite pour Picasso

Prolon­gée initia­le­ment jusqu’en janvier 2021, l’expo-événe­ment consa­crée à Picasso au musée des Beaux-Arts avait tenu toutes ses promes­ses… contrai­re­ment à Rose­lyne Bache­lot, qui n’a jamais voulu rouvrir les musées. Mora­lité : les oeuvres prêtées ont dû être rendues et trop peu de gens l’au­ront vue; nouvelle absur­dité au pays de l’ex­cep­tion cultu­relle. Vous pouvez vous rattra­per avec la visite virtuelle de la commis­saire et direc­teur (c’est le titre avec lequel elle souhaite être dési­gnée), Sylvie Ramond.

Pablo Picasso, Les Baigneuses, Biar­ritz, été 1918.

Picasso passait tous ses étés au bord de la mer. Nous, on n’a eu qu’à plon­ger l’été dernier dans les 150 œuvres présen­tées au musée des Beaux-Arts de Lyon pour se retrou­ver au milieu des « baigneuses et baigneurs  », pour se retrou­ver dans les ciels bleus et les corps étranges du peintre le plus inven­tif du XXe siècle. En quelques clins d’oeil très bien choi­sis, l’ex­po­si­tion montre l’in­fluence majeure de Picasso sur la pein­ture : les débuts de Fran­cis Bacon et le baiser denté des Figures au bord de la mer (1931), annonçant les futures silhouettes déchar­nées du peintre britan­nique, comme le lien avec le primi­tif ou la compo­si­tion clas­sique de Manet, jusqu’aux influences contem­po­rai­nes… de 2019. Remon­tant le temps de façon chro­no­lo­gique en plusieurs séquences limpides réamé­na­gées pour accueillir des spec­ta­teurs dans le respect des nouvelles normes de distan­cia­tion sociale, l’ex­po­si­tion est surtout une formi­dable occa­sion de revi­si­ter l’oeuvre de Picasso à travers nombre d’oeuvres rares et pour­tant emblé­ma­tiques de l’in­ven­tion sans limite d’un peintre. Picasso a toujours su être vision­naire et expé­ri­men­tal, en restant popu­laire. La Baigneuse de la collec­tion Jacque­line Delu­bac du musée fait ici face à deux autres tableaux grand format en miroir dont l’ex­tra­or­di­naire Grande baigneuse au livre, qui vous donnera envie de lire dans les posi­tions les plus incon­grues cet été… ou la Baignade de 1937 (ci-dessous), dans laquelle on peut imagi­ner au second plan l’ar­tiste en voyeur des deux jeunes filles, comme en témoigne le reste de l’ex­po­si­tion, des photos de famille inédites, captu­rant la silhouette bovine et bron­zée de l’ar­tiste sur les plages, jusqu’aux nombreux dessins, véri­tables trésors de son imagi­na­tion sans limite.

La Baignade, 1937, avec au second plan l’ar­tiste en voyeur…

Picasso dans La Course

Crayon magique aux trois couleurs qui fera le bonheur des enfants petits et grands, fusain, encres et craie ou crayon graphite qu’on retrouve y compris sur ses grandes toiles, les « petits » formats de cette expo­si­tion en font aussi la richesse, comme Les Baigneuses de 1918 à Biar­ritz (en début de texte), toile d’été presque naïve assez atypique dans l’oeuvre du peintre, ou La Course (en haut de page), merveille de mouve­ment et de vita­lité sous un ciel radieux. Bref, une expo­si­tion aussi limpide que foison­nante, four­millant de décou­vertes en restant acces­sible à tous. La première d’en­ver­gure à Lyon consa­crée à Picasso depuis 1953, dont le musée rappelle en fin de parcours qu’elle fut la toute première en France consa­crée à un peintre encore large­ment contesté, devenu depuis le plus célèbre des peintres du XXe siècle.

Picasso, baigneuses et baigneurs, expo­si­tion présen­tée par Sylvie Ramond.

Crédits : Les Baigneuses, Biar­ritz, 1918 : Paris, Musée natio­nal Picasso – Paris. © Succes­sion Picasso 2020. Photo © RMN-Grand Palais (Musée natio­nal Picasso – Paris) / Sylvie Chan-Liat

La Baignade, 12 février 1937. Venise, Peggy Guggen­heim collec­tion, Venice ; The Solo­mon R. Guggen­heim Foun­da­tion, New York. © Succes­sion Picasso 2020. Image © Peggy Guggen­heim Museum

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Ensemble, c’est tout !

Pop rock. Nada Surf est un des rares groupes alternatifs à avoir écrit un tube, « Popular », et si vous aviez entre dix et vingt ans en 1996 vous l’avez forcément entendu, peut-être même joué à la fête de fin d’année avec votre groupe de lycée. Eux ont quitté le lycée depuis long...

4 idées de breaks nature en Savoie

1. Balade zen pour 20 € Première option : s’imprégner du calme de la nature préservée de la Giettaz, avec quelques pauses relaxantes de mouvements zen. Un break facile, accessible, pour les ados comme pour les adultes. La “balade zen et détente” vous attend tous les week-ends ...