Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le musée des Confluences prend soin de la Terre

La terre en Héritage au musée Confluence
Agroécologie au Sahël.

Déci­dé­ment, le musée des Confluences prend de plus en plus le virage de l’éco­lo­gie pour convaincre de la néces­sité de proté­ger l’en­vi­ron­ne­ment. Après Makay, un refuge en terre malgache, consa­cré à l’un des derniers sanc­tuaires natu­rels de biodi­ver­sité de la planète, l’ins­ti­tu­tion met carré­ment les pieds dans le plat en s’at­taquant à un gros morceau: l’im­pact des socié­tés humaines sur la Terre depuis que l’Homme a troqué sa tenue de chas­seur-cueilleur pour des bottes de fermier. C’est tout le propos de la nouvelle expo­si­tion du musée La Terre en héri­tage, du Néoli­thique à nous. Un parcours tempo­raire dense comme une enquête d’Elise Lucet qui débute autour d’un gros globe terrestre suspendu. Ne partez pas en courant en enten­dant une voix aux accents de gourou psal­mo­dier qu’il faut sauver notre planète, mais passez à la suite du parcours: à défaut de rechar­ger vos batte­ries en opti­misme, vous appren­drez quelles sont les grandes limites de notre écosys­tème, comme l’aci­di­fi­ca­tion des océans ou le réchauf­fe­ment clima­tique, avec même un faux bulle­tin météo de 2050 présenté par une vraie Evelyne Dhéliat

Coût écolo­gique

Photos : Jérô­mine Deri­gny – Argos.

Le cœur de l’ex­po­si­tion prend la forme d’un gros camem­bert (le graphique, pas le fromage) dont chacune des tranches repré­sente une acti­vité humaine (manger, possé­der, habi­ter la Terre…) qui a fini par abîmer notre planète. On est surpris d’ap­prendre que dès le Néoli­thique, les bases de notre société étaient posées, comme la recherche du rende­ment agri­cole qui s’est trans­formé en agri­cul­ture inten­sive, ou le plai­sir de possé­der de beaux objets qui a débou­ché sur la société de consom­ma­tion. Si cette expo­si­tion didac­tique est très factuelle et comporte de nombreux chiffres, on peut comp­ter sur les habi­tuelles scéno­gra­phies inter­ac­tives du musée pour rendre ces infor­ma­tions un peu plus digestes, comme ces vidéos graphiques qui expliquent le coût écolo­gique d’un smart­phone ou de l’éle­vage inten­sif des porcs. Heureu­se­ment pour notre moral, le parcours présente aussi des solu­tions concrètes pour lutter contre ces fléaux et nous donner envie de faire un peu plus que le tri de nos déchets. La sortie parfaite pour convaincre votre grand-oncle climato-scep­tique, à condi­tion qu’il ait trois bonnes heures devant lui.

La Terre en héri­tage, du Néoli­thique à nous. Jusqu’au 30 janvier 2022 au musée des Confluences, Lyon 2e. Du mardi au dimanche de 10h30 à 18h30. De 5 à 9€.

Que faut-il voir à la Bien­nale de Lyon ?

[mis à jour] Doucement les basses, la Biennale d'art contemporain, ça dure trois mois ! On l'a visitée et on a choisi nos dix oeuvres préférées depuis, mais on vous dressait auparavant un premier top général pour y comprendre quelque chose et vous mettre l'eau à la bouche. Que vo...

Les Secrets de la terre, l’expo de la rentrée à Confluences

Si l’on n’est pas spécialiste ou collectionneur, les collections de minéraux évoquent l’ennui et les dimanches après-midi pluvieux. Le Musée des confluences en possède plus de 10 000 ! Seulement, le temps n’est plus au musée Guimet et aux cabinets de curiosités… Cette exposition ...

Un château pour 22 artistes en Beaujo­lais

La galerie Jean-Louis Mandon prend ses quartiers d’été au château de Rochebonne dans le Beaujolais pour présenter une exposition collective d’artistes défendus par la galerie de la rue Vaubecour. Celle-ci était un peu trop étroite pour l’événement, cela va sans dire. Voilà une be...

Eric Poite­vin, la plus belle expo de l’été

Il fait des photos à partir des oeuvres du musée des Beaux-arts de Lyon : portrait, paysages, natures jamais mortes, Eric Poitevin est un grand photographe qui entre au musée. Comme il existe des peintres d’atelier, qui ne peignent pas en plein air, Eric Poitevin est avant tou...