Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le beau bizarre de Louis Bouquet

Modeste en nombre d’œuvres, l’ex­po­si­tion du musée des Beaux-Arts consa­crée à Louis Bouquet, le peintre de la fresque de la Grande poste place Belle­cour, n’en est pas moins une révé­la­tion. Rétros­pec­ti­ve­ment, ce peintre qui n’aura vécu que de commandes publiques à travers des œuvres monu­men­tales peut être consi­déré comme un “street artiste” avant l’heure. Ses œuvres de cheva­let, restées dans le cercle privé de la famille et échap­pant ainsi au marché de l’art, sont expo­sées pour la première fois, sans vernis sur la toile, juste­ment pour garder la texture rèche des pein­tures murales. Leur style art déco peut être vu aujourd’­hui comme d’une singu­lière moder­nité, que ce soit à travers les Animaux d’Or­phée qu’on jure­rait sortis d’un roman graphique ou le diptyque d’Adam et Eve, reli­sant les rapports homme-femme à l’aune d’un réalisme clinique inspiré par la tradi­tion alle­mande : Adam au pied-bot et varices est dépassé par la puis­sance d’Eve, incar­née par la propre femme du peintre (psycha­na­lystes, à vos divans).

L’Afrique noire de Louis Bouquet, étude, 1931.
(Adagp, musées de la ville de Boulogne Billan­court, Philippe Fuzeau)

Street artiste lyon­nais avant l’heure

Les auto­por­traits de ce peintre mort à l’Île-Barbe (l’en­semble de ses œuvres y sont aujourd’­hui regrou­pées) traduisent toute son inquié­tude. Mais c’est surtout l’ex­tra­or­di­naire salle consa­crée à l’Afrique noire qui montre toute l’ori­gi­na­lité du peintre, régé­né­rant son art occi­den­tal au contact de figures afri­caines, à commen­cer par une Vénus noire inso­lente trônant en majesté au-dessus de la lyre d’Or­phée. Vous n’irez plus jamais à la poste comme avant… Commen­cez déjà par aller au musée des Beaux-Arts tout l’été, Flan­drin et deux autres expo­si­tions aussi vous y attendent.


L’Odys­sée moderne de Louis Bouquet, au musée des Beaux-Arts, Lyon 1er, jusqu’au 29 août 2021. Du mercredi au lundi de 10h à 18h, le vendredi de 10h30 à 18h. De 4 à 8€. mba-lyon.fr

Auto­por­trait de Louis Bouquet sur papier peint vers 1918. (photo Louis Coude­rette)

Just an illu­sion, le nouveau musée de Lyon 2

Ce n’est pas un effet d’optique : après Paris, le musée de l’Illusion vient d’ouvrir ses portes à Lyon, au Grand Hôtel-Dieu. Et les effets d’optique justement, il en est question tout du long. Vase de Rubin, illusion de Ponzo, anamorphose, double miroir… Dans un espace jaune e...

Le grand parcours du street art dans Lyon l’été

Vous restez à Lyon cet été et vous voulez en prendre plein les mirettes pour pas un kopeck ? On vous a concocté un parcours street art XXL, de la Rive gauche à la Croix-Rousse avec les plus belles œuvres du Lyon d'aujourd'hui. Lyon Rive gauche, des halles de Lyon à la halle De...

L’expo de l’été : le laby­rinthe des songes à Villeur­banne

C’est l’exposition événement de cet été qui se prolongera jusqu’à l’automne. En plus de réaliser les films les plus contemplatifs du cinéma (lire notre critique de Cemetery of splendour), errant à la lisière du royaume des morts et de celui des vivants, Apichatpong Weerasethakul ...

La chapelle de l’Île Barbe s’ex­pose

Profitez-en, c’est l’une des rares fois où vous pourrez visiter l’intérieur rénové de la chapelle de l’île Barbe. Depuis 2019, celle-ci ouvre deux fois par an ses portes au public avec des expositions organisées par Françoise Souchaud. Rien de subversif nous apprend cette dernièr...