Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le beau bizarre de Louis Bouquet

STUDIO BASSET alain Basset 12 rue de la Blanchisserie 69250 Neuville sur Saone 0607535207 [#Beginning of Shooting Data Section] Nikon D800E 2015/06/09 11:08:57.50 Fuseau horaire/date : UTC+1, Heure d'été:Activée RAW (14 bits) Taille d'image : L (7360 x 4912), FX Objectif : 85mm f/1.8D Photographe : ALAIN BASSET 0607535207 Copyright : BASSET0607525307 Focale : 85mm Mode d'exposition : Manuel Mesure : Matricielle Vitesse d'obturation : 2s Ouverture : f/11 Correction expo. : 0IL Régl. précis expo. : Sensibilité : ISO 125 Optimisation image : Balance des blancs : Incandescent, 0, 0 Mode mise au point : Manuel (MF) Mode de zone AF : Point sélectif Réglage précis AF : Désactivé VR : Réduction du bruit : Désactivée Réduc. bruit ISO : Désactivée Mode couleur : Espace colorimétrique : Adobe RVB Correction des tons : Réglage des teintes : Saturation : Accentuation : D-Lighting actif : Désactivé Contrôle du vignetage : Désactivé Contrôle auto de la distorsion : Désactivé Picture Control : NEUTRAL-POLA Fondé sur : [NL] Neutre Réglage rapide : Accentuation : 4 Contraste : -1 Luminosité : 0 Saturation : -1 Teinte : -1 Effets de filtres : Virage : Sys coord : Nettoyage du capteur d'image : 2013/10/07 17:42:52 Légende image : ALAIN BASSET 0607535207 [#End of Shooting Data Section]

Modeste en nombre d’œuvres, l’ex­po­si­tion du musée des Beaux-Arts consa­crée à Louis Bouquet, le peintre de la fresque de la Grande poste place Belle­cour, n’en est pas moins une révé­la­tion. Rétros­pec­ti­ve­ment, ce peintre qui n’aura vécu que de commandes publiques à travers des œuvres monu­men­tales peut être consi­déré comme un “street artiste” avant l’heure. Ses œuvres de cheva­let, restées dans le cercle privé de la famille et échap­pant ainsi au marché de l’art, sont expo­sées pour la première fois, sans vernis sur la toile, juste­ment pour garder la texture rèche des pein­tures murales. Leur style art déco peut être vu aujourd’­hui comme d’une singu­lière moder­nité, que ce soit à travers les Animaux d’Or­phée qu’on jure­rait sortis d’un roman graphique ou le diptyque d’Adam et Eve, reli­sant les rapports homme-femme à l’aune d’un réalisme clinique inspiré par la tradi­tion alle­mande : Adam au pied-bot et varices est dépassé par la puis­sance d’Eve, incar­née par la propre femme du peintre (psycha­na­lystes, à vos divans).

L’Afrique noire de Louis Bouquet, étude, 1931.
(Adagp, musées de la ville de Boulogne Billan­court, Philippe Fuzeau)

Street artiste lyon­nais avant l’heure

Les auto­por­traits de ce peintre mort à l’Île-Barbe (l’en­semble de ses œuvres y sont aujourd’­hui regrou­pées) traduisent toute son inquié­tude. Mais c’est surtout l’ex­tra­or­di­naire salle consa­crée à l’Afrique noire qui montre toute l’ori­gi­na­lité du peintre, régé­né­rant son art occi­den­tal au contact de figures afri­caines, à commen­cer par une Vénus noire inso­lente trônant en majesté au-dessus de la lyre d’Or­phée. Vous n’irez plus jamais à la poste comme avant… Commen­cez déjà par aller au musée des Beaux-Arts tout l’été, Flan­drin et deux autres expo­si­tions aussi vous y attendent.


L’Odys­sée moderne de Louis Bouquet, au musée des Beaux-Arts, Lyon 1er, jusqu’au 29 août 2021. Du mercredi au lundi de 10h à 18h, le vendredi de 10h30 à 18h. De 4 à 8€. mba-lyon.fr

Auto­por­trait de Louis Bouquet sur papier peint vers 1918. (photo Louis Coude­rette)

Rencon­trez Jean Piton, le peintre qui vous accueille dans son atelier

On pourrait dire de façon emphatique que l’oeuvre récente de Jean Piton commence là où s’est arrêté Mondrian. L‘idée ne conviendrait probablement ni à l’un ni à l’autre, mais permet d’expliquer le travail de recherche du plasticien. Sur des toiles disposées en losanges, il domest...

Portraits de stars du cinéma à voir gratui­te­ment

Le photographe Jean-Paul Bajard est allé plonger dans ses nombreuses archives argentiques (entre 1980 et 2000) pour en extraire une vingtaine de portraits de personnages célèbres liés au cinéma. Une part a disparu du monde réel : Jean-Luc Godard, étonnamment souriant, mal rasé, e...

Le musée de Four­vière fait peau neuve avec Pauline Jari­cot

Fin décembre 2021, la Fondation de Fourvière lançait une grande tombola pour achever la réhabilitation de l’un des emblèmes du patrimoine lyonnais, à laquelle il manquait encore 7 millions d’euros pour aboutir. À ce jour 70 000€ ont été récoltés, et la tombola a été prolongée jus...

La nuit des musées fait son tapage nocturne gratuit

Pour la nuit de samedi, tout est gratuit ! Le musée des Confluences met en place une programmation spéciale autour de dons exposition Magique ! . Magiciens et illusionnistes interviendront dans une mystérieuse forêt plantée pour l’occasion. On pourra assister aux hologrammes fant...