Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dieu que c’est beau Younes Baba-Ali !

Ce mois-ci la BF15 essaie de vous redon­ner la foi en invi­tant Younes Baba-Ali. Cet artiste pluri­dis­ci­pli­naire origi­naire du Maroc a été élevé en France avant de démé­na­ger en Belgique. Un détail biogra­phique qui pour­rait paraître anec­do­tique, mais qui ne l’est pas puisque c’est sous sa double casquette de “migrant franco-maro­cain installé en Belgique”, comme il se décrit lui-même, que Younes Baba-Ali regarde le monde, s’in­té­res­sant aussi bien à la ques­tion des migra­tions, qu’à l’éco­no­mie ou à l’en­vi­ron­ne­ment. Pour cette expo­si­tion créée en rési­dence cet été à la BF15, il aborde la spiri­tua­lité, un thème qui lui a été souf­flé par les clochers lyon­nais et la riche histoire reli­gieuse de la ville. Mais point de guerre de chapelle chez cet artiste qui travaille de façon contex­tuelle: il nous parle aussi bien de super­sti­tions qu’il détourne les symboles de la reli­gion musul­mane, juive ou chré­tienne, toujours dans un équi­libre déli­cat entre ironie et bien­veillance. 

Lyon­naises voilées en kit mains libres

La série Kit mains libres de Younes Baba-Ali.

Avec sa série Sebbat par exemple, il s’in­té­resse aux super­sti­tions Nord-afri­caines liées à la posi­tion des chaus­sures lorsqu’on les enlève: deux chaus­sures qui se chevauchent par l’avant prédisent un voyage proche alors qu’une chaus­sure retour­née, c’est la porte ouverte au shei­tan. On retrouve ainsi à la BF15 des chaus­sures placées dans diffé­rentes posi­tions, comme un petit lexique de leur signi­fi­ca­tion. Avec la série photo Kit main libre, il immor­ta­lise des Lyon­naises qui détournent leur voile pour y coin­cer leur télé­phone portable, dans de belles photo­gra­phies emprun­tant à l’ico­no­gra­phie reli­gieuses. Enfin, à l’oc­ca­sion du week-end Opéra­tion corrup­tion & dilu­tion à la Villa Gillet, Younes Baba-Ali orga­nise une perfor­mance avec l’ar­tiste congo­lais Androa Mindre Kolo : le perfor­meur sera instal­lée sur une croix styli­sée posée sur une dépan­neuse pour une proces­sion entre le BF15 et la Villa Gillet. Une façon de parler de la perte de foi en son travail quand on est artiste.

Dégri­se­ments, expo­si­tion de Younes Baba-Ali jusqu’au samedi 6 novembre à la BF15, Lyon 1er. Du mercredi au samedi, de 14h à 19h. Entrée libre. 

Perfor­mance avec Androa Mindre Kolo samedi 2 octobre, à 16h dans le cadre du week-end d’ou­ver­ture de la Villa Gillet.

Lire aussi notre entre­tien avec l’ar­tiste dans le numéro 91 d’Exit Mag en ligne et à paraître le 30 septembre.

L’expo de l’été : le laby­rinthe des songes à Villeur­banne

C’est l’exposition événement de cet été qui se prolongera jusqu’à l’automne. En plus de réaliser les films les plus contemplatifs du cinéma (lire notre critique de Cemetery of splendour), errant à la lisière du royaume des morts et de celui des vivants, Apichatpong Weerasethakul ...

Dubien, 1er artiste trans­genre au musée

C’était notre article coup de coeur de la rentrée en septembre dernier. Peintre et sculpteur transgenre, Edi Dubien place les questions d’identité au coeur de ces délicats portraits d’adolescents. Malheureusement, son exposition ne pourra pas rouvrir. Nous publions donc en dernie...

La BF 15 en zen trip

« Zen, soyons zen », chantait la Zazie adorée. Feuilles de thé, minimalisme, arte povera et matières eco-responsables, Océane Bruel (rien à voir avec Patrick) lui emboîte le pas pour sa première expo à la BF15. N'ayez pas peur, pas trop de poses arty, mais une démarche sincère ve...