Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le vernis, c’est kitsch !

Cet automne, la nouvelle expo­si­tion de la Fonda­tion Bullu­kian frôle le mauvais goût en expo­sant des artistes qui jouent avec l’or­ne­men­tal et l’os­ten­ta­toire, jusqu’à l’écœu­re­ment. Habi­tué à travailler à quatre mains, le duo Bache­lot et Caron présente ses céra­miques dégou­li­nantes de détails et de couleurs. Les Céra­miques gour­mandes évoquent des grands festins, telle que cette table recou­verte de mille-feuilles inspi­rés par La Ricotta de Paso­lini.

C’est kitsch, impres­sion­nant comme cette porte des enfers version mari­time ou cette chemi­née ornée de singes, et diable­ment sensuelle. Aux côtés du duo, Nata­cha Lesueur expose ses photos et ses sculp­tures qui font voler en éclats l’idéal fémi­nin avec ses clichés de coif­fure à manger ou ses vases-bustes mettant en scène les cari­ca­tures de la femme exotique. Ne partez pas sans avoir fait un tour dans le second espace d’ex­po­si­tion de la Fonda­tion: vous y décou­vri­rez les céra­miques tradi­tion­nelles de jeunes artistes armé­niens formés grâce à l’as­so­cia­tion Muscari.

Par-delà le vernis, jusqu’au jeudi 23 octobre à la Fonda­tion Bullu­kian, Lyon 2e. Du mardi au vendredi, de 14h à 18h, le samedi de 10h à 12h et de 14h à 19h. Entrée libre. bullu­kian.com

Les 5 plus beaux lieux de la Fête des Lumières

Lyon 1er : un conte aztèque place des Terreaux Photo : Rento Gonzalez. La place des Terreaux est un des sites incontournables de la Fête des Lumières avec des animations toujours XXL et familiales. Cette année, on embarque pour le Mexique avec une légende aztèque racontant ...

Scan­dale, le 1er film holly­woo­dien #MeToo gratuit sur France 2

Osons la comparaison. Scandale est un peu le pendant U.S. de Grâce à Dieu de François Ozon : un film qui surfe sur un fait de société (la pédophilie dans l’Église contre le harcèlement des femmes au travail) en s’emparant de l’éclatement d’une affaire taboue, portée par des victi...

Jusqu’à la garde, le thril­ler sur les violences conju­gales

L'électricité est palpable dès les premières scènes, chez la juge, presque craintive. Construisant d'abord son film à travers le regard de l'enfant peu à peu terrorisé par le retour potentiel de la violence du père, Xavier Legrand (lire notre entretien avec le réalisateur) instal...