Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Sioux ou comment chan­ger notre regard à Confluences

Détrom­pez-vous : Sur la piste des Sioux, la nouvelle grande expo­si­tion du musée des Confluences, n’a rien d’un parcours ethno­lo­gique clas­sique où l’on décou­vri­rait le B.a.-ba des mœurs et coutumes des indiens d’Amé­rique. L’ins­ti­tu­tion fait un pas de côté en analy­sant comment les occi­den­taux ont construit une image erro­née de l’in­dien à travers la figure du Sioux, une déno­mi­na­tion fourre-tout regrou­pant trois nations indiennes poches cultu­rel­le­ment et inven­tée par les enne­mis de ceux-ci. Le superbe diorama à l’en­trée du parcours met les pieds dans le plat en présen­tant l’image d’épi­nal de l’in­dien, entouré de tous les attri­buts dont l’ima­gi­naire collec­tif l’a paré: bisons, tipis, calu­met et bien-sûr plumes. Mais il suffit de faire quelques pas pour décou­vrir que cette vision est tota­le­ment fantas­mée. Au XVIe siècle par exemple, les coutumes des natifs améri­cains sont aussi variées que le nombre de leurs tribus. Tous ne vivent pas dans des tipis, mais certains occupent des maisons en bois quand d’autres construisent des wigam, sorte de cahutes en écorces de bois. 

Collec­tion Didier Lévêque.

Bison Futé.

Tout le parcours fonc­tionne ainsi, en tension entre des scéno­gra­phies spec­ta­cu­laires, mettant en avant nos préju­gés sur les indiens, et la réalité. On traverse ainsi les siècles, depuis les premiers contacts avec les colons jusqu’aux XXe siècle et la pop culture qui récu­père cette figure, trans­for­mant l’in­dien en grand sage comme avec Bison Futé ou en guer­rier agres­sif dans Tintin. Vous pour­rez même revoir des extraits de film tout aussi cari­ca­tu­raux dans un vrai faux cinéma. Le clou de l’ex­po­si­tion reste bien-sûr le Buffalo Bill’s Wild West, le grand show qui a sillonné le monde pour vanter la conquête des colons face aux agres­sifs Sioux. Dans une scéno dont on vous lais­sera la surprise, trône l’im­pres­sion­nante collec­tion du Belge François Chla­diuk, consti­tuée des magni­fiques costumes utili­sés pour le spec­tacle. Une façon de rendre hommage à l’ar­ti­sa­nat indien. Une expo­si­tion qui sort des sentiers battus et qui vous fera consi­dé­rer d’un autre œil vos jeux d’en­fant autour des cow-boys et des indiens. Caro­line Sicard

Sur la piste des sioux, jusqu’au 28 août 2022 au musée des Confluences, Lyon 2e. Du mardi au dimanche, de 10h30 à 18h30 (en période de vacances scolaires, ouvert le lundi égale­ment). De 6 à 9€.

Nos 10 oeuvres préfé­rées pour une Bien­nale de Lyon grand cru

Une édition exceptionnelle et foisonnante à la Biennale de Lyon, dont on n'a pas fini de faire le tour à Fagor, au Mac ou au musée Guimet. Suivez le guide pour les dix premières oeuvres à nous avoir marqués sur le beau thème de la "fragilité". Paradoxalement, cela faisait troi...

Que faut-il voir à la Bien­nale de Lyon ?

[mis à jour] Doucement les basses, la Biennale d'art contemporain, ça dure trois mois ! On l'a visitée et on a choisi nos dix oeuvres préférées depuis, mais on vous dressait auparavant un premier top général pour y comprendre quelque chose et vous mettre l'eau à la bouche. Que vo...

Les Secrets de la terre, l’expo de la rentrée à Confluences

Si l’on n’est pas spécialiste ou collectionneur, les collections de minéraux évoquent l’ennui et les dimanches après-midi pluvieux. Le Musée des confluences en possède plus de 10 000 ! Seulement, le temps n’est plus au musée Guimet et aux cabinets de curiosités… Cette exposition ...

Un château pour 22 artistes en Beaujo­lais

La galerie Jean-Louis Mandon prend ses quartiers d’été au château de Rochebonne dans le Beaujolais pour présenter une exposition collective d’artistes défendus par la galerie de la rue Vaubecour. Celle-ci était un peu trop étroite pour l’événement, cela va sans dire. Voilà une be...