Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Vani­tés, ou comment célé­brer la vie à travers la mort

La commis­saire de la nouvelle expo­si­tion du musée des Beaux-Arts, Ludmila Viras­sa­my­naï­ken,  nous présente la façon dont elle a abordé le thème des vani­tés à travers les siècles et les esthé­tiques, « à la mort à la vie ».

A quelle époque débute le thème des vani­tés en histoire de l’art ?

Ludmila Viras­sa­my­naï­ken : « C’est toujours complexe mais on iden­ti­fie les premières icono­gra­phies avec les danses macabres sur les murs des monas­tères et des cime­tières à la fin du Moyen-Âge. Ce qui ne manque pas de faire écho à notre actua­lité pandé­mique puisqu’elles sont nées au moment de la grande peste. Elles seront ensuite diffu­sées notam­ment à travers la gravure d’em­blèmes. L’autre motif qui émerge alors, ce sont les “Triomphes de la mort”, d’abord en Italie. Le lien entre litté­ra­ture et arts visuels est aussi très fort et Pétrarque y a beau­coup contri­bué. Ensuite la vanité peut se décli­ner sous des formes très variées entre natures mortes, scènes de genre, pein­ture d’his­toire, bouquets de fleurs ou pein­ture anima­liè­re…

« Dans les vani­tés, on sent le plai­sir des peintres à décrire un vivant fragile. »

Ludmila Viras­sa­my­naï­ken

Vous asso­ciez les collec­tions du Mac pour abor­der les vani­tés jusqu’à aujourd’­hui ?

Oui, on termine l’ex­po­si­tion avec des œuvres photo­gra­phiques de Delphine Ballet, actuel­le­ment expo­sée au Mac, et d’Eric Poite­vin, qui sera ensuite asso­cié au musée des Beaux-Arts pour une carte blanche. ll s’agit de redé­cou­vrir les collec­tions de nos deux musées sous un angle qu’on ne soupçon­nait pas forcé­ment. Une quaran­taine d’œuvres seront restau­rées pour l’oc­ca­sion sur les 155 présen­tées, en mettant en avant notre fond d’es­tampes ou des œuvres majeures du Mac comme le Ceme­tery of youth de Gilbert and George ou une instal­la­tion de Bill Viola de 80m2, plus une collec­tion parti­cu­lière et un prêt du musée des Confluences. Il ne s’agit pas d’être exhaus­tif, on ne prétend pas épui­ser le sujet, mais de faire dialo­guer des époques et des médias diffé­rents, de la pein­ture à la vidéo en passant par le dessin, les sculp­tures ou les objets d’art, en faisant fi des périodes.

Charles William de Hamil­ton, Plantes, insectes et reptiles dans un sous-bois. (milieu du XVIIIe, Lyon MBA Martial Coude­rette).

La vanité est-elle néces­sai­re­ment liée au thème de la mort ou peut-elle recé­ler d’autres approches plus ou moins morbides ?

Elle n’est pas forcé­ment morbide juste­ment et d’ailleurs, à part les sque­lettes des danses macabres qui ouvrent l’ex­po­si­tion, nos collec­tions n’en recèlent pas. Il y a toujours une forme de détour ou de déca­lage par rapport à la mort elle-même, ce qui risque de provoquer de belles surprises. Ce sont des œuvres avec beau­coup de vie que nous allons présen­ter, avec des tables précieuses ou des bouquets somp­tueux. On sent tout le plai­sir des peintres à décrire ce vivant fragile et précaire. Il ne s’agit pas d’une célé­bra­tion de la mort, mais bien davan­tage d’un rappel du cycle natu­rel qui nous est promis et qui nous incite à mettre à bon escient le temps de l’exis­tence qui nous est imparti. C’est pour ça que nous avons inversé la formu­la­tion “à la vie, à la mort” pour le titre.”

Propos recueillis par Luc Hernan­dez

A la mort, à la vie ! Vani­tés d’hier et d’aujourd’­hui (lire notre critique de l’ex­po­si­tion en avant-première. A partir du samedi 27 novembre et jusqu’au 7 mai 2022 au musée des Beaux-Arts de Lyon, Lyon 1er. De 7 à 12 €.

Photo haut de page : Les Mangeurs de ricotta de Vincenzo Campi (vers 1580, Lyon MBA Martial Coude­rette).

Obey, la plus grande expo street art de Fairey

Obama en a fait un succès viral. La nouvelle expo Obey, 1001 reasons to (Dis)Obey de Frank Shepard Fairey en impose au musée Guimet. Même si elle pose aussi quelques problème politiques autant qu'elle séduit par ses codes graphiques. Obey, c’est Obama. Frank Shepard Fairey, al...

A pleins poumons, la plus belle expo à décou­vrir gratui­te­ment

Cette nouvelle exposition de la fondation Bullukian, rassemblant douze artistes sur la thématique du souffle, est dans l’air du temps : on nous annonce que la planète est sur le point d’étouffer. A tel point que “A pleins poumons » a failli s’intituler « A bout de souffle ». Seul...

Derniers jours pour voir l’ex­po­si­tion Pous­sin et l’amour

[mis à jour] Conçue avec le Musée du Louvre, l'exposition Poussin et l'amour au musée des Beaux-Arts de Lyon jette un regard neuf sur l'œuvre de Poussin, à travers une quarantaine d'œuvres rares ou inédites, en plus des chefs-d'œuvre du corps féminin érotisé du XVIIe siècle. I...