Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bonnard, la plus belle expo de janvier

Bonnard Pierre (1867-1947). Paris, musÈe d'Orsay. RF1985-8.

Bon, d’ac­cord, on ne peut pas forcé­ment bouger autant qu’on voudrait, mais ce n’est quand même plus le vieux temps des confi­ne­ments : vous pouvez toujours profi­ter des vacances pour faire un saut à Grenoble, pour voir la plus belles expo de l’hi­ver (avec celle des Vani­tés, mais ça c’est plus facile, c’est à Lyon). Il est para­doxal que ce peintre en quête de para­dis terrestres qu’é­tait Pierre Bonnard (1867–1947), fût long­temps relé­gué au purga­toire. S’il a parti­cipé briè­ve­ment au mouve­ment post-impres­sion­niste des nabis, n’a jamais pris la tête d’une école. Il n’en a fait qu’à sa tête, se tenant à l’écart des révo­lu­tions diverses : fauvisme, cubisme, surréa­lis­me… Picasso lui-même avait du mal à enca­drer ce peintre « bour­geois » (Pierre Bonnard a multi­plié les scènes d’in­té­rieurs exigus, mais magni­fiés, la repré­sen­ta­tion de scènes fami­liales en forme de para­dis perdus, et de ses amantes nues au foyer ). L’après-guerre (la deuxième) l’a laissé dans un semi oubli, teinté de dédain. Il faut dire que Bonnard ne flat­tait pas l’in­tel­lec­tua­lisme engagé en décla­rant que « la pein­ture doit avant tout être déco­ra­tive » (1891).

L’Ate­lier du mimosa (1939–1946) de Pierre Bonnard (photo MAM Centre Pompi­dou).

Du beau, du bon, du Bonnard

L’im­por­tante expo­si­tion, quasi rétros­pec­tive, qui se déroule actuel­le­ment au Musée de Grenoble en colla­bo­ra­tion avec le musée d’Or­say, juste­ment inti­tu­lée Les Couleurs de la lumière, démontre par l’évi­dence de plus de 70 pein­tures expo­sées (plus 50 œuvres sur papier), succes­sion de chefs d’œuvres, que nous avons affaire à un géant. Bonnard, peintre d’ate­lier, même pour ses nombreuses vues d’ex­té­rieur et de plein air, a délaissé l’idée de repré­sen­ter la réalité pour se noyer dans une lumière et des couleurs d’une moder­nité flam­boyante. « Certes la couleur m’avait entraîné, je lui sacri­fiais presque incons­ciem­ment la forme  », avouait-il. Son « chien » sur la terrasse, n’est qu’une tâche marron, indé­fi­nis­sable, son « atelier au mimosa », est plus proche de l’abs­trac­tion que de la repré­sen­ta­tion florale. Le jaune d’or, le bleu riviera, le rose pivoine, le blanc neigeux, leurs vibra­tions, relèguent le sujet au rang de prétexte. Sans le nier pour autant. En témoigne Le Boxeur, auto­por­trait poignant d’un Bonnard vieillis­sant (1931), impuis­sant, mélan­co­lique, face à l’obs­cu­rité d’une fin de vie qui s’an­nonçait. A visi­ter d’ur­gence. François Mailhes

La Jeune Fille aux bas noirs (1893) de Pierre Bonnard (musée d’Or­say).


Bonnard. Les couleurs de la lumière. Jusqu’au 30 janvier. Musée de Grenoble. 5 place de Lava­lette. De 5 à 8 euros. Gratuit pour les moins de 26 ans. Visites guidées les same­dis et dimanches à 14h30.

Le Boxeur, portrait de l’ar­tiste (1931, musée d’Or­say).

La pein­ture en circuit-court, c’est encore plus beau !

De l’histoire de la peinture lyonnaise, on retient souvent l’idée d’une certaine somnolence, d’une succession de petits maîtres, d’un art bourgeois un peu laborieux et un peu trop installé au coin de la cheminée. Certes, ce n’est pas totalement faux, mais la visite du musée Paul ...

Zoo Art show revient avec un nouveau concept immer­sif

Le Zoo Art Show est déjà de retour. Après avoir investi l’ancien siège social de Panzani dans une exposition impressionnante, le collectif de street-art lyonnais revient pour une nouvelle démonstration. Terminé la friche urbaine, les graffeurs ont investi les 300 mètres carrées s...

La beauté des vani­tés ou comment célé­brer la vie

Entrez dans la danse, macabre : c’est une horde de squelettes d’époque, encore très souriants, qui vous accueillent dans la première salle d’A la mort, à la vie, relecture du thème des vanités à travers les siècles. Déjà, ces charmants morts d’antan font face à des relectures con...

Les Vani­tés, ou comment célé­brer la vie à travers la mort

La commissaire de la nouvelle exposition du musée des Beaux-Arts, Ludmila Virassamynaïken,  nous présente la façon dont elle a abordé le thème des vanités à travers les siècles et les esthétiques, "à la mort à la vie". A quelle époque débute le thème des vanités en histoire de...