Sortir à Lyon
Partager cet article :

La pein­ture en circuit-court, c’est encore plus beau !

De l’his­toire de la pein­ture lyon­naise, on retient souvent l’idée d’une certaine somno­lence, d’une succes­sion de petits maîtres, d’un art bour­geois un peu labo­rieux et un peu trop installé au coin de la chemi­née. Certes, ce n’est pas tota­le­ment faux, mais la visite du musée Paul Dini, et notam­ment ce deuxième volet du nouveau parcours nommé Un regard sur la créa­tion en Auvergne et Rhône-Alpes, de 1800 à nos jours, remet les pendules à l’heure, même si elles sont un peu molles… ajou­te­rait Salva­dor Dali. Car cette dégus­ta­tion verti­cale des artistes régio­naux est prin­ci­pa­le­ment le fait d’un couple de collec­tion­neurs, Paul et Muguette Dini. Et donc, plus une histoire de goût et de coups de cœur que d’in­ven­taire. Le couple de mécènes (Paul Dini a fait fortune en créant la Coma­reg, l’an­cêtre papier du Bon coin, pour faire court), a fait don d’un millier d’œuvres, consti­tuant l’es­sen­tiel du fond du musée.

Daniel Firman, Mono­chrome, 2020. (photo : Martial Coude­rette, Musée muni­ci­pal Paul-Dini ©
Adagp, Paris, 2021).

Les 20 ans du musée Paul Dini, vol. 2

L’ex­po­si­tion perma­nente réinjec­tée, reboo­tée et reboos­tée, est réor­ga­ni­sée jusqu’à fin février autour de la dernière dona­tion d’avril 2021, la dixième (!), compor­tant 216 œuvres. Pour un néophyte, la présen­ta­tion à la fois chro­no­lo­gique et théma­tique, la qualité des œuvres, apporte une heureuse clarté sur les genres et styles artis­tiques courant sur deux siècles, au final très divers : la mode des fleurs inspi­rées du dessin textile, le symbo­lisme, le postim­pres­sion­nisme, les cubistes (Roger de la Fres­naye et Albert Gleizes), les Ziniards, Truphé­mus, les femmes artis­tes… On ne manquera pas au cours de ce voyage dans le temps la sœur jumelle de la « Joconde » lyon­naise (La Fleur des champs de Janmot), ainsi que l’es­pace contem­po­rain et les trou­blantes sculp­tures hyper­réa­listes de Daniel Firman.

Fleur des champs de Louis Janmot (1845, musée des Beaux-Arts de Lyon).

Les 20 ans du musée Paul Dini. Un regard sur la créa­tion en Auvergne et Rhône-Alpes, de 1800 à nos jours. Volet 2. Jusqu’au 27 février au musée Paul Dini à Ville­franche-sur-Saône. 2 place Marcel Michaud. Mer 13h30–18h. Jeu et ven 10h30–12h30 / 13h30–18h. Sam et dim 13h30–18h. 6 € (4 € si vous êtes venu par le train).

En haut : Pins et sapins, vallée de Saône, dit Pins à Moulin Favre (2001). (photo Musée muni­ci­pal Paul Dini @Didier Micha­let)

Une salle du musée Paul Dini. (photo Nico­las Fran­chit)

Les Secrets de la terre, l’expo de la rentrée à Confluences

Si l’on n’est pas spécialiste ou collectionneur, les collections de minéraux évoquent l’ennui et les dimanches après-midi pluvieux. Le Musée des confluences en possède plus de 10 000 ! Seulement, le temps n’est plus au musée Guimet et aux cabinets de curiosités… Cette exposition ...

Un château pour 22 artistes en Beaujo­lais

La galerie Jean-Louis Mandon prend ses quartiers d’été au château de Rochebonne dans le Beaujolais pour présenter une exposition collective d’artistes défendus par la galerie de la rue Vaubecour. Celle-ci était un peu trop étroite pour l’événement, cela va sans dire. Voilà une be...

Eric Poite­vin, la plus belle expo de l’été

Il fait des photos à partir des oeuvres du musée des Beaux-arts de Lyon : portrait, paysages, natures jamais mortes, Eric Poitevin est un grand photographe qui entre au musée. Comme il existe des peintres d’atelier, qui ne peignent pas en plein air, Eric Poitevin est avant tou...

Rencon­trez Jean Piton, le peintre qui vous accueille dans son atelier

On pourrait dire de façon emphatique que l’oeuvre récente de Jean Piton commence là où s’est arrêté Mondrian. L‘idée ne conviendrait probablement ni à l’un ni à l’autre, mais permet d’expliquer le travail de recherche du plasticien. Sur des toiles disposées en losanges, il domest...