Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le fémi­nisme fait son entrée au musée de l’Im­pri­me­rie

Gérard Paris-Clavel est un magni­fique lanceur de pavés graphiques, dont l’œuvre poli­tique, à bâbord de la gauche, a des consé­quences parfois inat­ten­dues. Son expo­si­tion/mani­fes­ta­tion portée par le Musée de l’im­pri­me­rie a eu des réper­cus­sions au Mexique. Le président Obra­dor a, en effet,  illus­tré une récente allo­cu­tion par une des affiches expo­sée dans Lyon (un petit débor­de­ment hors-les-murs devenu viral sur les réseaux sociaux hispa­no­phones), pour défendre son idée du service public : « Quand tout sera privé, nous serons privés de tout. Vive la fonc­tion publique !  ». Ce slogan, Gérard Paris-Clavel, ne l’a pas inventé, il l’a repéré dans une mani­fes­ta­tion, puis trans­formé en œuvre graphique, percu­tante, en blanc, rouge et noir. Elle a ensuite été reprise sous cette forme, par des mili­tants, lors d’autres manif’. Son travail agit dans les deux sens, comme une marée inlas­sable, depuis les années 70 et le mouve­ment artis­tique de ses compa­gnons de Grapus, juste après le tsunami de 68. Ainsi, cette affiche réali­sée pour la Jour­née inter­na­tio­nale des femmes à Ivry… Signée au crayon bleu « mon corps, mon choix », elle repré­sente un clito­ris stylisé. Mais, il n’est point besoin d’être un grand sémio­logue de l’image pour recon­naître, aussi, sous ce rapide et élégant coup de pinceau proche de l’idéo­gramme, le bonnet phry­gien de la Répu­blique.

Sous les pavés, la plage

Cette image, au double sens évident, a été reprise par les mouve­ments fémi­nistes. La réali­sa­tion de cette rétros­pec­tive excep­tion­nelle a été rendue possible grâce à de nombreuses réunions autour d’un café avec les équipes du musée, d’un appri­voi­se­ment avec l’ar­tiste qui ne signe pas ses œuvres, n’aime pas se montrer, reven­diquant avant tout d’être un arti­san inscrit dans une démarche collec­tive. D’où le titre de l’ex­po­si­tion : « Avec ». Malgré cette volonté de se cacher derrière l’af­fiche, son talent éclate sur une sélec­tion de près de 150 œuvres foison­nantes, où s’en­tre­mêlent diffé­rentes tech­niques, goût pour le jeu de mot complice (« en chan­tier de vous connaître », « rêve géné­rale », « coin de vue »), soutenu par un voca­bu­laire graphique en évolu­tion (un même dessin peut être recy­clé sous formes diffé­rentes suivant le sujet). Mais sous les pavés, il y a toujours la plage. Gérard Paris-Clavel ne se réfu­gie pas dans une radi­ca­lité dépri­mée. Au contraire,  il prône un nouvel imagi­naire, une utopie joyeuse : « soyons respon­sables, amusons-nous« .

Avec Gérard Paris-Clavel. Jusqu’au 27 février 2022 au Musée de l’im­pri­me­rie et de la commu­ni­ca­tion graphique. Lyon 1er. Du mercredi au dimanche de 10h30 à 18h. 8 €.

La nuit des musées fait son tapage nocturne gratuit

Pour la nuit de samedi, tout est gratuit ! Le musée des Confluences met en place une programmation spéciale autour de dons exposition Magique ! . Magiciens et illusionnistes interviendront dans une mystérieuse forêt plantée pour l’occasion. On pourra assister aux hologrammes fant...

L’Ukraine comme vous ne l’avez jamais vue par Philippe Schul­ler

C’est un simple hasard, ou un signe surgi du passé, qui fait « hello, souvenez-vous ». Va savoir. Le début de l’exposition de Philippe Schuller percute de plein front l’actualité. On entame en effet la visite par un reportage réalisé il y a 30 ans en Ukraine. Le pays venait de qu...

Quand Susan Kare réin­ven­tait le Macin­tosh avec Steve Jobs

L'expo démarre par une petite photo d'elle qui en dit long : des cheveux blonds, des yeux rieurs, et un large sourire sur un visage lumineux. Ce portrait de Susan Kare date de 2014 et en ouvre un autre, celui de son travail. Pensée comme un kaléidoscope, la première rétrospective...

Magique, la nouvelle expo des vacances à voir à Confluences

Lyon serait-elle le berceau de la magie ? La notion est si vaste qu'elle dépasse bien largement la confluence entre Rhône et Saône, mais Hippolyte Léon Denizard Rivail - plus connu sous le nom d'Allan Kardec (mais pas de tout le monde) - y a tout de même fondé le spiritisme en 18...