Sortir à Lyon
Partager cet article :

Moro­zov, la plus belle expo à aller voir pour les vacances

La Mer aux Saintes-Maries de Van Gogh dans la collection Morozov.
Van Gogh, La Mer aux Saintes-Maries (1888).

Les hyper-riches n’ont pas vrai­ment bonne presse par les temps qui courent. Certains ont cepen­dant quelques circons­tances atté­nuantes. Ainsi les frères Moro­zov, Mikhaïl Abra­mo­vitch (1870–1903) et Ivan Abra­mo­vitch (1871–1921), de fastueux indus­triels mosco­vites qu’on pour­rait croire sortis d’un roman de Dostoievski, et dont on peut admi­rer la formi­dable collec­tion. Deux cent toiles d’art moderne : à peu près autant d’œuvres majeures et de chefs d’œuvres. Sans oublier Bernard Arnaud, qui a donné les moyens de les voir, à la Fonda­tion Vuit­ton, dans des condi­tions bien supé­rieures qu’à l’époque pendant laquelle les Moro­zov les accu­mu­laient.

Van Gogh, Matisse, Monet, Renoir, Cézanne, Picas­so… Une collec­tion d’ex­cep­tion disper­sée par Lénine

En effet à la fin du XIXe siècle, la vie cultu­relle russe s’ouvre à la moder­nité et certains bour­geois comme Chtchou­kine et les Moro­zov commencent à collec­tion­ner des œuvres d’art. Dès 1890, Mikhaïl achète des toiles de Manet, Corot, Monet, Toulouse-Lautrec, Degas, Bonnard, Gauguin ou encore Van Gogh. Ouf ! Il meurt en 1903. Son frère pour­suit la collec­tion qui va enfler, enfler, enfler avec Cézanne, Matisse, Derain, Rodin, Pissarro, Renoir, Sisley, Cézanne,  Van Gogh, Bonnard, Denis, Maillol, Matisse, Vlaminck, Derain et Picasso aux côtés de Koro­vine, Golo­vine, Sérov, Malé­vitch, Kont­cha­lovski...

Edvard Munch, Nuit blanche (filles sur le pont), Osgars­trand, 1903.

N’en jetez plus. En 1918, avant que la collec­tion soit disper­sée par Lénine, elle comp­tait plus de 650 œuvres conser­vées dans l’hô­tel parti­cu­lier d’Ivan, collées les unes contre les autres, accu­mu­lées à tel point qu’on pour­rait se deman­der si le collec­tion­neur n’avait pas le syndrome de Diogène. Et pour­tant, à l’évi­dence les deux frères avaient un goût sûr, du pif et du coup d’oeil, avec une propen­sion à aimer les paysages et la couleur (et un peu aussi les femmes nues). On se surprend à consta­ter que chaque toile est une œuvre majeure de l’ar­tiste. Même les Renoir sont de beaux Renoir et pas ses nunu­che­ries pour boîtes à gâteaux… L’ex­po­si­tion a été prolon­gée jusqu’au 2 avril, il n’y a plus aucun prétexte pour la rater.

La collec­tion Moro­zov. Icônes de l’art moderne. Jusqu’au 2 avril 2022 à la Fonda­tion Vuit­ton. Paris 16e. Du lun au ven de 10h à 20h, ven et sam 9h-21h. 16 €.

Van Gogh, La Ronde des prison­niers, Saint-Rémy, 1890.

La nuit des musées fait son tapage nocturne gratuit

Pour la nuit de samedi, tout est gratuit ! Le musée des Confluences met en place une programmation spéciale autour de dons exposition Magique ! . Magiciens et illusionnistes interviendront dans une mystérieuse forêt plantée pour l’occasion. On pourra assister aux hologrammes fant...

L’Ukraine comme vous ne l’avez jamais vue par Philippe Schul­ler

C’est un simple hasard, ou un signe surgi du passé, qui fait « hello, souvenez-vous ». Va savoir. Le début de l’exposition de Philippe Schuller percute de plein front l’actualité. On entame en effet la visite par un reportage réalisé il y a 30 ans en Ukraine. Le pays venait de qu...

Quand Susan Kare réin­ven­tait le Macin­tosh avec Steve Jobs

L'expo démarre par une petite photo d'elle qui en dit long : des cheveux blonds, des yeux rieurs, et un large sourire sur un visage lumineux. Ce portrait de Susan Kare date de 2014 et en ouvre un autre, celui de son travail. Pensée comme un kaléidoscope, la première rétrospective...

Magique, la nouvelle expo des vacances à voir à Confluences

Lyon serait-elle le berceau de la magie ? La notion est si vaste qu'elle dépasse bien largement la confluence entre Rhône et Saône, mais Hippolyte Léon Denizard Rivail - plus connu sous le nom d'Allan Kardec (mais pas de tout le monde) - y a tout de même fondé le spiritisme en 18...