Sortir à Lyon
Partager cet article :

Eric Poite­vin, la plus belle expo de l’été

Exposition Eric Poitevin au Musée des Beaux-Arts.
Paysage d'Ecosse par Eric Poitevin.

Il fait des photos à partir des oeuvres du musée des Beaux-arts de Lyon : portrait, paysages, natures jamais mortes, Eric Poite­vin est un grand photo­graphe qui entre au musée.

Comme il existe des peintres d’ate­lier, qui ne peignent pas en plein air, Eric Poite­vin est avant tout un photo­graphe d’ate­lier. Il travaille à la chambre, instru­ment de prises de vues qui est au compact numé­rique ce que le camion grue est à la trot­ti­nette. D’où un travail anti­cipé, construit, immo­bile, qui prend son temps et ne répugne pas aux grands formats… Très chiadé, pour­rait-on ajou­ter de façon triviale. Ce photo­graphe du temps long a été invité par le Musée des Beaux-Arts à mettre en rela­tion son travail et des œuvres du fonds. Plusieurs photos ont été produites spécia­le­ment pour l’ex­po­si­tion.

Réin­ter­pré­ta­tion de l’art du portrait : Sans-titre, 2012, par Eric Poite­vin. © ADAGP, Paris, 2022

Un grand photo­graphe au musée Saint-Pierre

Le résul­tat est inat­tendu. Eric Poite­vin a créé des passe­relles qu’on n’au­rait pas imagi­nées d’em­blée. Ainsi, il a photo­gra­phié les chants de toiles dépour­vues d’en­ca­dre­ment. Le chant étant la tranche du tableau. C’est la partie qu’on ne montre jamais, pour­tant elle existe, faite de couleurs et de coulures, habi­tuel­le­ment dissi­mu­lées au spec­ta­teur. Les tableaux, des œuvres de la seconde moitié du XXème siècle tirées des collec­tions perma­nentes (Olivier Debré. Bleu pâle de Loire, Eugène Leroy. Grand Adam et Eve etc. ) vus de profil sont diffi­ci­le­ment iden­ti­fiables. Photo­gra­phiés à plat, à l’ho­ri­zon­tale sur un support blanc, devant un fond blanc, ils ne dessinent plus qu’une ligne abstraite, très esthé­tique, radi­ca­le­ment mini­ma­liste. Cela paraît être simple au départ, mais il fallait y penser.

Eric Poite­vin, Sans titre, 2005. © ADAGP, Paris, 2022

Viande froide pour se mettre au frais

La perfec­tion formelle des sujets abor­dés se teinte parfois d’hu­mour, quand le thème, très clas­sique, des vani­tés (ces crânes qui nous rappellent notre statut de mortels) est abordé. Le photo­graphe dédra­ma­tise l’os­suaire en acco­lant à l’ex cibou­lot des ballons de foot et de basket. En revanche, en regard des scènes de gibier de Jean Pierre Xavier Bidault (XIXe) et Franck Snyders (XVIe) montrant l’opu­lence et les joies de la chasse, il adopte une atti­tude radi­ca­le­ment oppo­sée. A la surcharge des tableaux il oppose des fonds blancs, mettant cruel­le­ment en valeur d’au­then­tiques natures mortes, vrai­ment mortes : de jolis petits oiseaux décé­dés pendus par la patte à un fil, un cerf pesant sur le sol de tout son poids de défunt, ou un autre encore, pendu au dessus d’une mare de sang. Dans ce dialogue, riche et intel­li­gent, Eric Poite­vin aborde des sujets aussi variés que le voile dans la statuaire, le portrait, le nu, la plante (nue, elle aussi, débar­ras­sée de son pot de fleur), les roseaux, Zurba­ran ou les paysages d’Écosse. Cette expo­si­tion, para­doxa­le­ment aussi hété­ro­gène que cohé­rente, remet la photo­gra­phie au cœur de l’his­toire de l’art. Vous avez jusqu’à fin août, et c’est clima­tisé. François Mailhes

Eric Poite­vin. Invité. Jusqu’au 28 août 2022 au Musée des Beaux-arts. 20, place des Terreaux, Lyon 1er. 8 €.

Eric Poite­vin, Sans titre. © ADAGP, Paris, 2022

Rencon­trez Jean Piton, le peintre qui vous accueille dans son atelier

On pourrait dire de façon emphatique que l’oeuvre récente de Jean Piton commence là où s’est arrêté Mondrian. L‘idée ne conviendrait probablement ni à l’un ni à l’autre, mais permet d’expliquer le travail de recherche du plasticien. Sur des toiles disposées en losanges, il domest...

Portraits de stars du cinéma à voir gratui­te­ment

Le photographe Jean-Paul Bajard est allé plonger dans ses nombreuses archives argentiques (entre 1980 et 2000) pour en extraire une vingtaine de portraits de personnages célèbres liés au cinéma. Une part a disparu du monde réel : Jean-Luc Godard, étonnamment souriant, mal rasé, e...

Le musée de Four­vière fait peau neuve avec Pauline Jari­cot

Fin décembre 2021, la Fondation de Fourvière lançait une grande tombola pour achever la réhabilitation de l’un des emblèmes du patrimoine lyonnais, à laquelle il manquait encore 7 millions d’euros pour aboutir. À ce jour 70 000€ ont été récoltés, et la tombola a été prolongée jus...

La nuit des musées fait son tapage nocturne gratuit

Pour la nuit de samedi, tout est gratuit ! Le musée des Confluences met en place une programmation spéciale autour de dons exposition Magique ! . Magiciens et illusionnistes interviendront dans une mystérieuse forêt plantée pour l’occasion. On pourra assister aux hologrammes fant...