Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Secrets de la terre, l’expo de la rentrée à Confluences

Les Secrets de la terre, l'expos ru les minéraux au musée des Confluences.
Pyrite du Pérou à découvrir dans l'exposition Secrets de la terre à Confluences.

Si l’on n’est pas spécia­liste ou collec­tion­neur, les collec­tions de miné­raux évoquent l’en­nui et les dimanches après-midi pluvieux. Le Musée des confluences en possède plus de 10 000 ! Seule­ment, le temps n’est plus au musée Guimet et aux cabi­nets de curio­si­tés… Cette expo­si­tion passion­nante retrace l’his­toire des miné­raux et de leur exploi­ta­tion par l’homme depuis les premiers coups de pioche (en silex ou en bois de cerf) jusqu’à l’ex­ploi­ta­tion des terres rares que l’on retrouve à l’in­té­rieur de nos smart­phones. Si l’eau et le climat sont immé­dia­te­ment cités comme les enjeux fonda­men­taux de l’ave­nir de l’hu­ma­nité, les cailloux qui sont sous nos pieds ne sont pas un sujet mineur. L’en­trée met en condi­tion : elle repro­duit un couloir de mine, les rails pour les chariots et les étais. La déam­bu­la­tion chro­no­lo­gique rappelle que, dès les débuts de l’hu­ma­nité, nous n’avons eu de cesse de grat­ter et de creu­ser. Les utili­sa­tions des miné­raux sont diverses : alimen­taire pour le sel et les pointes de flèches en silex desti­nées à la chasse, déco­ra­tive et artis­tique pour les pigments.

Vue de l’ex­po­si­tion Secrets de la terre au musée des Confluences
(photo Philippe Somno­let ; en haut photo François Vigou­roux)

Une mine de beau­tés et d’hor­reur

L’âge de bronze, puis l’âge de fer, ont permis de déve­lop­per des outils mais aussi des armes plus effi­caces. Les vitraux de Chartres n’exis­te­raient pas sans la maîtrise du sable. On découvre comment les arti­sans du Moyen-Âge arri­vaient à fabriquer du verre plat sans utili­ser de rouleau à pâtis­se­rie. Une fois le verre souf­flé en sphère, ils coupaient une partie pour former une cloche puis la faisaient tour­ner, comme on le voit pratiquer par les pizzaio­los, afin de réali­ser un disque parfait. En 1450, Guten­berg a dû inven­ter un alliage de plomb, d’étain et d’an­ti­moine pour fabriquer les carac­tères mobiles d’im­pri­me­rie, mettant les moines copistes au chômage. Les monnaies en métal avaient déve­loppé le commerce. Le char­bon nour­ris­sant la machine à vapeur a alimenté la révo­lu­tion indus­trielle. Aujourd’­hui, les ressources miné­rales du sol se retrouvent au quoti­dien dans nos ordi­na­teurs, la santé, l’au­to­mo­bile, l’avia­tion et même les éoliennes. Plusieurs extraits de docu­men­taires insistent sur la part sombre de cette exploi­ta­tion. Il existe un lien entre les télé­phones portables et la guerre du Congo. Les mine­rais servant aux mobiles finan­ce­raient une guerre qui a engen­dré 5 millions de morts. L’ex­trac­tion des terres rares se fait au prix d’une pollu­tion sans précé­dent. La radio­ac­ti­vité près de la mine de Baotou (Mongo­lie) serait 32 fois supé­rieure à la normale (contre 14 fois à Tcher­no­byl). Nauru, île perdue du paci­fique, s’est « mangée elle-même » en surex­ploi­tant ses ressources en phos­phate . Cela n’en­lève pas le plai­sir des yeux. Certains miné­raux sont stupé­fiants de beauté, et l’on peut même cares­ser une météo­rite.

Secrets de la terre. Jusqu’au 22 octobre 2023 au Musée des confluences, du mardi au dimanche de 10h30 à 18h30, Lyon 2e. De 6 à 9 €.

Frag­ment de météo­rite ferreuse retrou­vée dans l’Aube.

Que faut-il voir à la Bien­nale de Lyon ?

[mis à jour] Doucement les basses, la Biennale d'art contemporain, ça dure trois mois ! On l'a visitée et on a choisi nos dix oeuvres préférées depuis, mais on vous dressait auparavant un premier top général pour y comprendre quelque chose et vous mettre l'eau à la bouche. Que vo...

Un château pour 22 artistes en Beaujo­lais

La galerie Jean-Louis Mandon prend ses quartiers d’été au château de Rochebonne dans le Beaujolais pour présenter une exposition collective d’artistes défendus par la galerie de la rue Vaubecour. Celle-ci était un peu trop étroite pour l’événement, cela va sans dire. Voilà une be...

Eric Poite­vin, la plus belle expo de l’été

Il fait des photos à partir des oeuvres du musée des Beaux-arts de Lyon : portrait, paysages, natures jamais mortes, Eric Poitevin est un grand photographe qui entre au musée. Comme il existe des peintres d’atelier, qui ne peignent pas en plein air, Eric Poitevin est avant tou...

Rencon­trez Jean Piton, le peintre qui vous accueille dans son atelier

On pourrait dire de façon emphatique que l’oeuvre récente de Jean Piton commence là où s’est arrêté Mondrian. L‘idée ne conviendrait probablement ni à l’un ni à l’autre, mais permet d’expliquer le travail de recherche du plasticien. Sur des toiles disposées en losanges, il domest...