Sortir à Lyon
Partager cet article :

Pous­sin et l’amour, l’expo la plus atten­due de l’au­tomne

Renaud et Armide de Nicolas Poussin pour l'exposition Poussin et l'amour.
DPG18467 Rinaldo and Armida, 1628-30 (oil on canvas) by Poussin, Nicolas (1594-1665); 82.2x109.2 cm; Dulwich Picture Gallery, London, UK; (add.info.: Rinaldo and Armida from 'Gerusalemme Liberta' by Torquato Tasso (1544-95);); © Dulwich Picture Gallery .

[mis à jour]

On en sait déjà un peu plus sur la grande expo­si­tion orga­ni­sée par le musée des Beaux-Arts cet hiver. Il s’agit de faire décou­vrir un Pous­sin méconnu – souvent réputé, à tort, austère – grâce au thème de l’amour qui traverse l’en­semble de son oeuvre. Deux tableaux sont à l’ori­gine de cette expo­si­tion pilo­tée par l’ins­ti­tu­tion lyon­naise et le musée du Louvre : La Mort de Chione, oeuvre de jeunesse pré-romaine et commande d’un soyeux lyon­nais désor­mais établie à Lyon grâce à une acqui­si­tion du musée en 2016 ; ainsi qu’Apol­lon amou­reux de Daphné, testa­ment artis­tique du maître resté inachevé et prêté excep­tion­nel­le­ment pour l’oc­ca­sion par le musée du Louvre. Un groupe de dessins consé­quents vien­dront mettre en valeur ces deux tableaux repré­sen­ta­tifs de la première et de la dernière période du maître. Avant qu’une cinquan­taine d’oeuvres en tout ne décline l’amour à la française en plusieurs thèmes : le corps désiré et l’im­por­tance de la figure fémi­nine,  la folie dyoni­siaque et la figure de Bacchus ensuite, évoquant la fréné­sie amou­reuse ou la fécon­dité, le triomphe du senti­ment et sa toute puis­sance, et enfin la mort souvent brutale présen­tée comme un double funeste de l’amour, comme dans La Mort de Chione

La Triomphe de Pan, litho­gra­phie de Picasso inspi­rée de Nico­las Pous­sin. (Collec­tion du Musée GRANET d’Aix-en-Provence)

Picasso et ses baccha­nales en invité érotique

Allé­go­ries, satyres concu­pis­cents qui faisaient l’objet des plus prudes répro­ba­tions au XVIIe siècle, exal­ta­tion des courbes fémi­nines et commu­nion avec la nature, la pein­ture de Pous­sin sera érotique ou ne sera pas. Avec en prime une expo­si­tion paral­lèle Picasso / Pous­sin / Bachan­nales, consa­crées aux Baccha­nales à l’hé­ri­tage érotique du peintre de la Renais­sance. On en reparle avec notre critique ici.


Pous­sin et l’amour. Du 26 novembre 2022 au 5 mars 2023 au musée des Beaux-Arts, Lyon 1er. Commis­saires de l’ex­po­si­tion : Nico­las Milo­va­no­vic (musée du Louvre), Mickaël Szanto (univer­sité Paris IV) et Ludmila Viras­sa­my­naï­ken (musée des Beaux-Arts de Lyon). Nocturne vendredi 2 décembre.

L’Ho­ri­zon de Khéops, un voyage immer­sif au coeur des pyra­mides

L’Egypte et ses pharaons sont tendance en ce moment à Lyon. Apres l’expo Toutan­kha­mon à la découverte du pharaon oublié à La Sucrière, place à l’exploration immersive des pyramides avec l’Horizon de Khéops au Pôle de Commerces et de Loisirs Confluence. A peine débarrassé de ...

Spec­ta­cu­laire, l’expo grand spec­tacle au temps des Romains

Théâtre de pantomimes, courses de chars et combats de gladiateurs… Dans l’Empire romain, le spectacle ne se prend pas à la légère ! Grandiose et populaire, il occupe une place centrale dans la vie de la Cité, dont rend compte la nouvelle exposition du musée Lugdunum qui plonge le...

Entre­tien en hommage à Pierre Soulages, un géant de la pein­ture

Nous avions rencontré Pierre Soulages en 2012 pour son exposition au musée des Beaux-Arts de Lyon, qui a depuis acquis plusieurs de ces toiles. Conversation avec un maître de la lumière, grand gaillard en Reebok noires qui "n'avait rien contre le fait d'être populaire". Il avait ...

Les plus belles expos sur l’Egypte à voir pour les vacances

[mis à jour] Toutankhamon et le pharaon oublié à La Sucrière, les hiéroglyphes de Champollion au musée des Beaux-Arts ou bientôt L'Horizon de Khéops au centre commercial Confluences, trois expositions à découvrir pendant les vacances. Les pyramides de l'Egypte ancienne n'auro...