Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Nuits du Canal lancent le show!

Le salut sera donc venu de Villeur­banne et des puces du Canal : les Nuits du Canal, qui se lancent aujourd’­hui jeudi 11 juin, marquent donc la première véri­table reprise du spec­tacle vivant, adou­bée par la Région Rhône-Alpes et sa délé­ga­tion à la Culture. Le concept est simple : les portes des Puces du canal ouvrent à 19h30 sur une scène de 70m2 par un barbe­cue « offert », avant un show de 2h qui lui ne l’est pas (de 41 à 58 €). Mieux vaut ne pas avoir été trop victime du chômage partiel… Après le barbek et une bouteille de rosé pour filer droit, ce n’est que du bonheur : 2h de « Lulu Land » ou La La Land revi­sité par la troupe de Lulu sur la colline en hommage aux années 80. On est vintage où on ne l’est pas…

Les autres soirées d’été (jusqu’au 12 septembre !) se veulent entre le modèle du « Satur­day night live » à l’amé­ri­caine ou du « Mari­tie et Gilbert Carpen­tier » à la française que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaî­tre… Avec des guests de l’hu­mour de haute tenue : Merlin l’en­chan­teur Jacques Cham­bon pour son one La vie est une fête, plus que jamais de circons­tance, ou Damien Laquet, pour son superbe auto­por­trait de comé­dien dingue de scène, J’suis pas malade… co-écrit avec Jacques Cham­bon itou. Bref, du barbe­cue Sibi­lia des halles Bocuse jusqu’aux shows des ex-fans des eigh­ties, tout est bon dans le Cham­bon.

Les Nuits du Canal, du 11 juin au 12 septembre.

Jeudi 11 juin à 21h30 : Lulu Land spécial années 80.

Du 18 au 20 juin à 21h30 : Jacques Cham­bon dans son one man show La Vie est une fête.

Du 9 au 11 juillet à 21h30 : Damien Laquet dans J’suis pas malade, co-écrit avec Jacques Cham­bon.

De 41 à 58 € le barbe­cue-spec­tacle. Rensei­gne­ments et réser­va­tions << ici >>.

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Le Mans 66 : l’as des as

Biopic. Certes, il y a deux films en un : d'abord la guerre entre Ford et Ferrari qui donnent lieu à de bonnes vieilles scènes d'action ultra-réaliste comme si on était propulsés dans le siège des bolides cultes des années 60 ; ensuite un scénario assez balisé avec scènes de fami...

Nouvelle vague aux Subs

« Optimisme ambient »… Que le nom de ce nouvel événement est bien trouvé ! À contre-courant de tout ou presque, ce satané pessimisme ambiant, donc, mais aussi des esthétiques à la mode et même des façons de présenter du spectacle vivant aujourd’hui, les Subs lancent un alléchant ...