Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’im­por­tant, c’est d’en rire

Si on ne peut plus danser à des concerts ou aller sculp­ter son corps à sa salle de sport, heureu­se­ment, on peut encore rire. Ou presque. L’Es­pace Gerson a dû annu­ler son tradi­tion­nel festi­val d’hu­mour, mais bien déci­dée à chou­chou­ter nos zygo­ma­tiques et récon­for­ter nos esprits chagrins, la salle l’a remplacé par une Drôle de semaine.

Au programme, de la chan­son qui fait sourire (Evelyne Gallet, Biscotte), du stand-up, du mime avec Le Voisin, notre mister Bean français, et même de la magie. Et pour débu­ter les festi­vi­tés, Gerson nous sert un plateau d’hu­mo­ristes, parmi lesquels Jean-Rémi Chaize, ironique­ment baptisé en hommage à notre ministre de la culture, le Rose­lyne Comedy Club. Tout un programme!

La Drôle de semaine, du lundi 5 au samedi 10 octobre, à 20h30 (samedi à 18h15 et 21h15) à l’Es­pace Gerson, Lyon 5e. De 14 à 16€ (lundi 8€ et mardi 12€). espa­ce­ger­son.com

Les Consé­quences de Paolo Sorren­tino

Ce serait presque un prix Lumière dans le prix Lumière. En plus de l’avant-première de son dernier film réalisé pour Netflix, La Main de Dieu (photo) - qu'on a hâte de découvrir - le pape du cinéma italien contemporain Paolo Sorrentino viendra présenter cinq de ses plus beaux fil...

Un nouveau festi­val baroque à Lyon

L’Institution des Chartreux a toujours fait venir des musiciens en cours de saison, et souvent de grande qualité, comme le ténor Cyrille Dubois. Plutôt que de les présenter au coup par coup au long de la saison, elle a décidé de les regrouper cette année le temps d’un week-end, a...

Preljo­caj fait danser Hendrix

En attendant son Lac des cygnes qui faisait la Une de notre numéro de rentrée (en décembre à la Maison de la danse), toujours là où on ne l'attend pas, Angelin Preljocaj ouvre le festival Chaos Danse au théâtre Astrée à Villeurbanne avec sa dernière création alternative, Deleuze ...

East­wood, Sorren­tino et Jane Campion au festi­val Lumière

Principal rescapé de la crise de production liée au Covid, le cinéma français devient majoritaire partout dans les festivals (Cannes, Venise ou Deauville). Le festival Lumière ne fait pas exception, avec une avalanche de films français de toutes époques. Que ce soit à travers le ...