Sortir à Lyon
Partager cet article :

Quais du polar sur les berges

©Vincent Isore/IP3 press; Paris, France le 6 Janvier 2014 - Soiree exceptionnelle de soutien aux journalistes otages en Syrie enleves en juin 2013 organisee par Radio France et le comite otages en Syrie - Florence Aubenas (MaxPPP TagID: maxnewsworldthree403669.jpg) [Photo via MaxPPP]

« Décoif­fant  », « sanglan­tis­sime  », « incon­tour­nable  », « un vacci­no­drome pour lutter contre la mauvaise litté­ra­ture  »… Quais du polar a attendu bien trop long­temps, après deux confi­ne­ments qui lui sont tombés sur le dos, pour ne pas reve­nir encore plus saignant. Décalé, reporté, mais jamais annulé, le rendez-vous s’an­nonce plus proli­fique que jamais, avec 240 événe­ments, 86 rencontres et une centaine d’au­teurs invi­tés. Pour cette édition 2021, l’Eu­rope sera à l’hon­neur avec les plus grands auteurs issus du Vieux Continent : RJ Ellory, David Vann, Jean-Chris­tophe Rufin, Franck Thil­liez ; ou encore les derniers prix Goncourt : Nico­las Mathieu, auteur d’un polar phéno­mé­nal pour son premier livre, Aux animaux la guerre, et Hervé Le Tellier, qui vient de passer le million d’exem­plaires pour L’Ano­ma­lie (Galli­mard).

Florence Aube­nas et le fait divers


Autre axe fort de cette édition, la place des femmes et le trai­te­ment des faits divers dans le roman noir, avec une expo­si­tion au tribu­nal de Lyon, nouveau parte­naire du festi­val, et la venue excep­tion­nelle de Florence Aube­nas (photo) pour L’In­connu de la poste (L’Oli­vier), enquête autour d’un fait divers non élucidé dans un village de l’Ain. Les librai­ries tien­dront leurs stands quai Sarrail sur les berges et rece­vront des auteurs pour des séances de dédi­caces. Covid oblige, Quais du Polar 2021 propose un maxi­mum d’évé­ne­ments en exté­rieur, comme des rencontres sur les péniches des bords de Saône ou sur les terrasses des restau­rants. Des prome­nades litté­raires seront aussi orga­ni­sées à travers la ville, en plus de la grande enquête habi­tuelle, dont une autour de Bertrand Taver­nier et une autre sur les traces de Frédé­ric Dard. L’oc­ca­sion de ne pas oublier le cinéma pour ce festi­val pluri­dis­ci­pli­naire, avec 23 séances program­mées dans toute la métro­pole, une rencontre avec Rodrigo Soro­goyen, le réali­sa­teur de Madre (lire notre critique), et une avant-première du film de Yann Gozlan, Boîte Noire. Fris­sons garan­tis.

17e édition de Quais du Polar, Lyon 2e. Du 2 au 4 juillet. Lire aussi le film du samedi soir, J’ai rencon­tré le diable, film de vengeance ultime coréen.

Supers­pec­tives, le festi­val perché sur la colline de Four­vière

Pour sa quatrième édition, le festival s'empare du thème de l'environnement et continue de mettre à l'honneur la pluralité de la musique contemporaine. S'il s'annonce comme un festival « nouvelle génération », Superspectives se veut résolument alternatif, et met en avant la diver...

Les plus beaux films de Cannes à décou­vrir avant tout le monde

Grâce à la liaison Lyon-Cannes en ligne directe (merci monsieur Frémaux), on est gâtés : après une douzaine d'avant-premières au Pathé Bellecour dont la jouissive Palme d'Or - Sans filtre de Ruben Östlund - le Lumière Terreaux nous gratifie d'une dizaine de films supplémentaires ...

La house de Fola­mour, notre concert préféré des Nuits Sonores

On le disait depuis un moment : ces dernières années la programmation « de jour » des Nuits Sonores s’est étoffée à un tel point qu’elle était devenue pour nous l’attraction principale de l’événement. Eh bien c’est désormais entériné par les organisateurs eux-mêmes : dix éditions...