Sortir à Lyon
Partager cet article :

Supers­pec­tives sur la colline de Four­vière

De la musique, une terrasse avec une vue impre­nable sur Lyon, et encore de la musique. Pour­tant, le festi­val Supers­pec­tives a cette année pour thème le silence. Les histoires de ceux pour qui le silence n’était pas un choix ou de ceux pour qui il est béné­fique. Dans Ludi, l’ar­tiste Chas­sol (photo) utilise les bruits du quoti­dien, ceux que l’on n’en­tend plus par habi­tude, pour leur donner une dimen­sion artis­tique. Des vidéos de grand huit ou de cour de récréa­tion deviennent des œuvres musi­cales brèves et décon­cer­tantes par la reprise des sons qui les composent. Cette année, la terrasse nord accueillera des événe­ments gratuits comme les siestes musi­cales du violon­cel­liste Olivier Gailly ou les danses enga­gées de la compa­gnie Anoe­sis sur le thème du soulè­ve­ment.

Festi­val Supers­pec­tives, du 18 juin au 11 juillet à la Maison de Lorette (42 montée Saint Barthé­lémy, Lyon 5ème). Entre 25 et 18 euros, repré­sen­ta­tions gratuites sur la terrasse nord. Programme complet et réser­va­tions sur le site super­spec­tives.fr

Le festi­val de la colline de Four­vière

De la musique, une terrasse avec une vue imprenable sur Lyon, et encore de la musique. Pourtant, le festival Superspectives a cette année pour thème le silence. Les histoires de ceux pour qui le silence n’était pas un choix ou de ceux pour qui il est bénéfique. Dans Ludi, l’artis...

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Papaioan­nou, 1er choc de la Bien­nale de la danse

Corps allongés, têtes en mini-boules et chaussures noires en claquettes… une bande d’hommes désarticulés et pourtant humains, bien humains, font leur entrée en nuée par la petite porte de l’immense scène du TNP. C’est le début magique, quelque part entre Giacometti et la comédie ...