Sortir à Lyon
Partager cet article :

Et si Biolay chan­tait sans paroles ?

Bon, soyons franc, en plein été, on se senti­rait plutôt d’hu­meur cœur grena­dine à siro­ter en terrasse en atten­dant d’al­ler voir Souchon sur la scène de Four­vière, que de tacler je ne sais quel artiste en pleine reprise des acti­vi­tés cultu­rel­les… Et notre Benja­min Biolay natio­nal est bien un véri­table musi­cien-artiste, self-made-man issu du Conser­va­toire d’ici, pour deve­nir un des plus beaux repré­sen­tants de la pop française d’aujourd’­hui, là. Mais il en a quand même convenu lui-même en se reti­rant de Twit­ter comme Lionel Jospin de la poli­tique : parfois, il vaut mieux qu’il se taise. Beau gosse et boudeur, la mèche tombante et l’œil noir, les initiales de B.B. avaient commencé par un malen­tendu, celui d’un néo-Gains­bourg pour midi­nettes qui lui aussi faisait chan­ter les filles (Keren Ann, Juliette Gréco, Françoise Hardy ou feue Carla Bruni). La clope, l’al­cool, l’hu­meur parfois maus­sade et le verbe volon­tiers dégueu dans les inter­views avaient fini d’en faire un Gains­bourg à la petite semaine aux tour­ments préfa­briqués par l’am­bi­tion de la jeunesse. Le style inof­fen­sif et genti­ment anglo-saxon de son premier opus, Rose Kennedy, en faisait le gendre idéal et poli au style par trop policé, avec des jeux de mots assez foireux en guise d’hom­mage : “à mesure que le temps passe, je mesure le temps qui passe, tandis que l’eau s’étend jusqu’à l’autre bout de l’étang”.

Cali­méro de l’amour

Depuis, son art s’est effec­ti­ve­ment étendu, boudeur devenu plus rockeur, moins poseur et plus direct, avec Néga­tif – sans doute son titre mani­feste – et le succès de La Superbe. Son dernier Grand Prix au concept assez prétexte (il regar­dait la formule 1 quand il était petit…) survit une nouvelle fois davan­tage grâce à son talent de musi­cien que par la préca­rité des textes : “J’ai lâché le télé­phone, comme ça, j’ai fait le bilan carbone, trois fois”. L’his­toire ne dit pas si c’est au volant d’une Formule 1 ou de sa Marco Benz vintage, mais si la rengaine refrain de cet éter­nel Cali­méro de l’amour nous accroche dans Comment est ta peine, on se dit que c’est comme avec la pop anglo-saxonne : il vaut mieux parfois, écou­ter d’une seule oreille, celle de la musique. Alors vive­ment qu’on le retrouve sur scène, c’est là qu’il est le meilleur. 

Benja­min Biolay (+ La Féline). Mardi 6 et mercredi 7 juillet à 21h30 aux Nuits de Four­vière, grand théâtre, Lyon 5e. 49 €. nuits­de­four­viere.com

Arran­geur hors pair, Benja­min Biolay sera aussi en concert sympho­nique avec l’ONL à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e, vendredi 18 et samedi 19 février 2022 à 20h à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e. De 34 à 48 €. audi­to­rium-lyon.com

Les Consé­quences de Paolo Sorren­tino

Ce serait presque un prix Lumière dans le prix Lumière. En plus de l’avant-première de son dernier film réalisé pour Netflix, La Main de Dieu (photo) - qu'on a hâte de découvrir - le pape du cinéma italien contemporain Paolo Sorrentino viendra présenter cinq de ses plus beaux fil...

Un nouveau festi­val baroque à Lyon

L’Institution des Chartreux a toujours fait venir des musiciens en cours de saison, et souvent de grande qualité, comme le ténor Cyrille Dubois. Plutôt que de les présenter au coup par coup au long de la saison, elle a décidé de les regrouper cette année le temps d’un week-end, a...

Preljo­caj fait danser Hendrix

En attendant son Lac des cygnes qui faisait la Une de notre numéro de rentrée (en décembre à la Maison de la danse), toujours là où on ne l'attend pas, Angelin Preljocaj ouvre le festival Chaos Danse au théâtre Astrée à Villeurbanne avec sa dernière création alternative, Deleuze ...

East­wood, Sorren­tino et Jane Campion au festi­val Lumière

Principal rescapé de la crise de production liée au Covid, le cinéma français devient majoritaire partout dans les festivals (Cannes, Venise ou Deauville). Le festival Lumière ne fait pas exception, avec une avalanche de films français de toutes époques. Que ce soit à travers le ...