Sortir à Lyon
Partager cet article :

Wood­sto­wer pour clore l’été en beauté

Woodstower 2018 vendredi
woodstower

Depuis 22 ans, l’éco-festi­val est syno­nyme de dernier week-end d’été joyeux et festif, où l’on retrouve les copains avant de retrou­ver le turbin. Un ultime moment de lâcher-prise avant la rentrée, dans le cadre idyl­lique du Grand Parc de Miri­bel-Jonage avec géné­ra­le­ment la part belle aux musiques rap et élec­tro (mais pas que) et un bel équi­libre entre têtes d’af­fiches et jeunes artistes émer­gents. Après une année blanche forcée, voilà le Wood­sto­wer de retour en « édition limi­tée ». Une édition limi­tée en jauge mais pas en sensa­tions promettent les orga­ni­sa­teurs, qui l’ont étirée pour l’oc­ca­sion sur une semaine entière.

En pleine nature
De vraies sensa­tions de festi­val, malgré le contexte ? C’est possible ! Car à défaut de pouvoir y camper, les festi­va­liers pour­ront tout de même profi­ter copieu­se­ment de l’écrin de nature du Grand Parc Miri­bel-Jonage, en allant par exemple plon­ger une tête au lac des Eaux bleues avant les concerts. Et qui dit format 18 heures – minuit dit évidem­ment couchers de soleil, avec leur lumière rasante de fin août… Alors oubliez votre inter­mi­nable before qui vous faisait arri­ver sur site à 23 heures ; cette année on débarque à Wood­sto­wer de jour. Le week-end, un programme supplé­men­taire d’ani­ma­tions et spec­tacles est proposé gratui­te­ment toute la jour­née au bord de la plage et il y a même du nouveau avec « Woods Town », l’éco-village du festi­val avec son cycle de confé­rences, d’ate­liers parti­ci­pa­tifs et mises en valeur de projets citoyens.

Woodstower 2017
©Brice Robert. Wood­sto­wer 2017


Feu! Chat­ter­ton et les autres
Côté musique, la program­ma­tion est évidem­ment adap­tée au contexte et au nouveau format qui en découle. Moins de rap et d’élec­tro (sans atteindre l’ex­tinc­tion pour autant) pour plus de variété et de pop et même une pointe de rock. Un programme de haut vol qui n’a rien à envier à celui des Nuits de Four­vière ! La soirée d’ou­ver­ture nous accroche d’en­trée de jeu avec l’ul­tra-pop perchée du jeune quatuor lyon­nais Arche, la disco léchée de l’Im­pé­ra­trice et le rock lettré de Feu! Chat­ter­ton, rien que ça ! Le quin­tet pari­sien, que l’on meurt d’en­vie de retrou­ver sur scène, a tout simple­ment livré avec Palais d’ar­gile le meilleur disque de 2020 selon nous. Notre cœur se sert déjà un peu, à chaque fois que l’on pense à l’émo­tion qui parcourra le festi­val lorsque réson­nera le tube Monde nouveau et son pont « se prendre dans les bras, s’at­tra­per dans les bras, ça on le pouvait… ». On ne promet pas de résis­ter à l’en­vie de se lever de notre chaise, danser un peu, reprendre le refrain à tue-tête et… embras­ser nos voisins un bon coup. Thug life 2021.

Abd AL Malik ©DR



Festi­val Wood­sto­wer, du 24 au 29 août, de 18 h à minuit au Parc Miri­bel-Jonage. Avec Feu! Chat­ter­ton, PLK, La Femme, Cara­van Palace, Abd Al Malik, Yseult… De 26 à 32 €.

Le nouveau Tartuffe de la Comé­die Française pour ouvrir Four­vière

En plus de Nick Cave, M, Juliette Armanet ou encore Jacques et Thomas Dutronc côté musique, on connaît désormais le spectacle d'ouverture des Nuits de Fourvière : c'est Le Tartuffe de la Comédie Française, conçu par le très contemporain Ivo Van Hove, qui célébrera les 400 ans de ...

Rattra­page 2021 : nos 10 plus beaux films pour 3,50 €

UGC ou Télérama, à vous de choisir. A partir du mercredi 12 pour les Incontournables UGC, et mercredi 19 janvier pour le festival Télérama, vous pourrez revoir ou rattraper une bonne partie des meilleurs films de 2021, pour 3,50 € dans les deux cas. Même s'il manque à nos yeux We...

Nuits sonores 2022 : le meilleur de l’elec­tro est arrivé !

Les jours sont parfois encore plus beaux que leurs nuits. On savait déjà que la 19e édition de Nuits sonores allait “renforcer sa programmation et son ancrage diurnes” selon les termes toujours européo-technocrato-compatibles du festival pour 4 grandes journées aux usines Fagor d...

Avant-première : Pérouges fait la fête avec Tayc, Sting et Vian­ney

Il était annoncé l'année dernière. On l'a vu entretemps à l'affiche de Kaamelott, le film d'Alexandre Astier lui qui vit désormais en partie en France. Il n'y aura pas de brexit qui tienne avec Sting, l'immense musicien britannique sera bien sur la scène du printemps de Pérouges ...