Sortir à Lyon
Partager cet article :

Wood­sto­wer pour clore l’été en beauté

Woodstower 2018 vendredi

Depuis 22 ans, l’éco-festi­val est syno­nyme de dernier week-end d’été joyeux et festif, où l’on retrouve les copains avant de retrou­ver le turbin. Un ultime moment de lâcher-prise avant la rentrée, dans le cadre idyl­lique du Grand Parc de Miri­bel-Jonage avec géné­ra­le­ment la part belle aux musiques rap et élec­tro (mais pas que) et un bel équi­libre entre têtes d’af­fiches et jeunes artistes émer­gents. Après une année blanche forcée, voilà le Wood­sto­wer de retour en « édition limi­tée ». Une édition limi­tée en jauge mais pas en sensa­tions promettent les orga­ni­sa­teurs, qui l’ont étirée pour l’oc­ca­sion sur une semaine entière.

En pleine nature
De vraies sensa­tions de festi­val, malgré le contexte ? C’est possible ! Car à défaut de pouvoir y camper, les festi­va­liers pour­ront tout de même profi­ter copieu­se­ment de l’écrin de nature du Grand Parc Miri­bel-Jonage, en allant par exemple plon­ger une tête au lac des Eaux bleues avant les concerts. Et qui dit format 18 heures – minuit dit évidem­ment couchers de soleil, avec leur lumière rasante de fin août… Alors oubliez votre inter­mi­nable before qui vous faisait arri­ver sur site à 23 heures ; cette année on débarque à Wood­sto­wer de jour. Le week-end, un programme supplé­men­taire d’ani­ma­tions et spec­tacles est proposé gratui­te­ment toute la jour­née au bord de la plage et il y a même du nouveau avec « Woods Town », l’éco-village du festi­val avec son cycle de confé­rences, d’ate­liers parti­ci­pa­tifs et mises en valeur de projets citoyens.

Woodstower 2017
©Brice Robert. Wood­sto­wer 2017


Feu! Chat­ter­ton et les autres
Côté musique, la program­ma­tion est évidem­ment adap­tée au contexte et au nouveau format qui en découle. Moins de rap et d’élec­tro (sans atteindre l’ex­tinc­tion pour autant) pour plus de variété et de pop et même une pointe de rock. Un programme de haut vol qui n’a rien à envier à celui des Nuits de Four­vière ! La soirée d’ou­ver­ture nous accroche d’en­trée de jeu avec l’ul­tra-pop perchée du jeune quatuor lyon­nais Arche, la disco léchée de l’Im­pé­ra­trice et le rock lettré de Feu! Chat­ter­ton, rien que ça ! Le quin­tet pari­sien, que l’on meurt d’en­vie de retrou­ver sur scène, a tout simple­ment livré avec Palais d’ar­gile le meilleur disque de 2020 selon nous. Notre cœur se sert déjà un peu, à chaque fois que l’on pense à l’émo­tion qui parcourra le festi­val lorsque réson­nera le tube Monde nouveau et son pont « se prendre dans les bras, s’at­tra­per dans les bras, ça on le pouvait… ». On ne promet pas de résis­ter à l’en­vie de se lever de notre chaise, danser un peu, reprendre le refrain à tue-tête et… embras­ser nos voisins un bon coup. Thug life 2021.

Abd AL Malik ©DR



Festi­val Wood­sto­wer, du 24 au 29 août, de 18 h à minuit au Parc Miri­bel-Jonage. Avec Feu! Chat­ter­ton, PLK, La Femme, Cara­van Palace, Abd Al Malik, Yseult… De 26 à 32 €.

Ambro­nay, le baroque au fémi­nin

“Nouvelles suites”, tel est le thème de la nouvelle édition d’Ambronay et de sa toute nouvelle directrice, Isabelle Battioni, avec de la suite dans les idées : prolonger le passé avec de nouvelles formes, faire la part belle aux jeunes talents, aux formes hybrides et aux femmes. ...

Les Inter­ga­lac­tiques, rencontres du Troi­sième type

Les amateurs de science-fiction pourront se réunir le week-end prochain pour des rencontres du troisième type. Le festival Les Intergalactiques s’ouvrira avec pour thématique "La forme de l’Autre". Quoi de plus étranger, après tout, qu’un extra-terrestre ? À travers trois volets ...

Le festi­val famille pour la fin des vacances

Si vous passez vos vacances en famille en Haute-Savoie, pas loin du Grand-Bornand, ne ratez pas Au Bonheur des Mômes, évènement incontournable et international du spectacle vivant pour le jeune public. Contraints par la crise sanitaire à réduire la voilure de sa programmation, le...

Terrasse en musique à l’Opéra de Lyon

LUNCH ET APÉRO FESTIFC’est le dernier endroit où l’on cause, en sirotant, mais surtout en écoutant de la musique, la plupart du temps interprétée par des groupes locaux, programmés par le tout nouveau directeur de l'Opéra Underground, Richard Robert, venu des Nuits de Fourvière.C...