Sortir à Lyon
Partager cet article :

Comment filmer la danse avec Cédric Klapisch

Il est le parrain des 10 ans de Nume­ri­danse, le site ressource de toutes les choré­gra­phies pour tout connaître de la danse d’hier et d’aujourd’­hui. Cédric Klapisch nous raconte son rapport à la danse comme cinéaste et comme spec­ta­teur, en nous dévoi­lant même la nouvelle série qu’il est en train de tour­ner.

Comment êtes-vous devenu parrain de Nume­ri­danse ?

Cédric Klapisch : “Je faisais un film sur la danse avec François Civil, Pio Marmaï, En corps, qui va sortir le 30 mars, et je venais de termi­ner un portrait de quatre choré­graphes à l’Opéra de Paris pour la télé­vi­sion, Thiér­rée, Schech­ter, Perez et Pite. Je suis spec­ta­teur de danse depuis tout jeune. A 14 ans, j’al­lais déjà voir la danse au théâtre de la Ville à Paris, j’ai vu tous les spec­tacles de Pina Bausch pendant 20 ans et de beau­coup d’autres, comme Trisha Brown ou Merce Cunnin­gham. Je me suis rendu compte que j’avais une culture de la danse que d’autres n’avaient pas pu avoir, je voulais lui rendre un peu ce qu’elle m’a donné. Il y a une dizaine d’an­nées, j’avais pu réali­ser un portrait d’Auré­lie Dupont, danseuse étoile de l’Opéra de Paris, et j’avais pu vrai­ment appro­cher son travail au quoti­dien, voir la façon dont le clas­sique et le contem­po­rain se mêlent, et l’ex­tra­or­di­naire variété de la danse contem­po­raine, même à l’Opéra de Paris. Il y a un va-et-vient perma­nent entre les formes de danse, c’est une richesse extra­or­di­naire.

La musique est très présente dans vos films, tout comme les corps jeunes… Aviez-vous l’im­pres­sion parfois de filmer des corps comme un choré­graphe sans le savoir ?

Ce n’était pas conscient chez moi au début, mais je m’en suis parti­cu­liè­re­ment rendu compte avec François (Civil, ndlr) sur Deux moi (photo ci-dessus, lire aussi notre critique), dans la façon de filmer des corps en mouve­ments et en musique. Mais je pense aussi que ça vient du fait que dès mes premiers films comme Riens du tout, je filmais souvent beau­coup de person­nages. Il y a néces­sai­re­ment quelque chose de l’ordre de la choré­gra­phie quand on doit mettre en scène un portrait de groupe. C’est l’hé­ri­tage de la comé­die musi­cale qui à l’ori­gine est améri­caine même si les choses ont beau­coup évolué aujourd’­hui. On parle de “choré­gra­phie d’ac­teurs” aux Etats-Unis, il y a vrai­ment une même façon d’abor­der le mouve­ment. Au cinéma comme en danse, il s’agit de “ryth­mer la vie”.

Vous parti­ci­pez à une master class “cadrer l’in­ca­drable”. Est-ce plus diffi­cile pour un cinéaste de réali­ser un film de fiction ou de filmer la danse comme vous aviez pu le faire dans un portrait consa­cré à Auré­lie Dupont ?

Cédric Klapisch (photo José­phine Brue­der).

C’est plus facile de filmer la danse à condi­tion de s’avouer vaincu ! La danse est faite pour être vue donc il y a quelque chose de très natu­rel qui se passe entre images et choré­gra­phie. Mais il est très impor­tant de partir vaincu, parce qu’une capta­tion est toujours moins bien qu’un spec­tacle live. Il faut donc partir battu pour non pas filmer un spec­tacle, mais trou­ver un supplé­ment d’âme pour en faire un film. C’est passion­nant d’ailleurs.

Après la sortie d’En corps, quel sera votre prochain film de fiction ?

Je suis à Athènes pour tour­ner la suite de L’Au­berge espa­gnole et Casse-tête chinois, avec les enfants de Romain Duris qui ont 20 et 22 ans. ça me permet de boucler la boucle, tout en conti­nuant de filmer des corps jeunes et des nouveaux acteurs. Ce sera une série en huit fois 52mn pour Amazon avec Mégane Mortane et Alio­cha Schnei­der, de nouveaux jeunes acteurs !

Propos recueillis par Luc Hernan­dez

Nume­ri­danse fait son festi­val pour les 10 ans de Nume­ri­danse. En ligne du 10 au 17 novembre en écho à la program­ma­tion de la Maison de la danse. nume­ri­danse.tv

Master­class Cédric Klapisch “cadrer l’in­ca­drable”. Mardi 16 novembre à 14h30 en ligne sur Numé­ri­danse. Gratuit.

MBou­gar Sarr, le grand écri­vain du prix Goncourt à Lyon

Ce n’est pas tous les jours qu’on lit un roman de l’ampleur de La Plus Secrète Mémoire des hommes. Un roman touffu, foisonnant, composé lui-même de trois livres aux titres de chapitres souvent étonnants, dont le plus beau, Nuits de tango par marée haute, est dédiée à l’érotisme d...

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...

Les secrets de l’af­faire du Grêlé et du petit Grégory

C’est la grande enquêtrice française depuis l’affaire Grégory jusqu’à celle du Grêlé aujourd’hui. Patricia Tourancheau évoque les deux pour nous, à l’occasion de la sortie de son livre et de sa venue à Quais du polar. Le Grêlé représente-t-il votre plus grand code case, à part...