Sortir à Lyon
Partager cet article :

Exclu­sif : le Netflix Film club aura bien lieu à l’Ins­ti­tut Lumière

On pour­rait presque pu croire que l’Ins­ti­tut Lumière se mette aux ventes privées ! Le festi­val Netflix de 9 films inédits qu’on nous annonçait il y a déjà plusieurs semaines (lire notre article précé­dent) aura bien lieu dans l’au­guste maison des frères Lumière, même si… il n’ap­pa­raît nulle part sur le site de l’Ins­ti­tut, pas plus qu’il n’a fait l’objet du moindre commu­niqué offi­ciel. Pour­tant, si vous vous rendez direc­te­ment sur la billet­te­rie du site, vous pouvez parfai­te­ment ache­ter vos places pour les 9 films en ques­tion. Voilà qui s’ap­pelle une commu­ni­ca­tion en sous-marin, pour ne pas frois­ser les salles art et essai ou encore le réseau UGC qui se sont fendus depuis respec­ti­ve­ment d’une lettre ouverte à la ministre de la culture pour lui deman­der d’an­nu­ler l’évé­ne­ment, et dénon­cer “la confu­sion entre diffu­sion audio­vi­suelle et diffu­sion ciné­ma­to­gra­phique” (Alain Suss­feld, patron d’UGC, “radi­ca­le­ment scan­da­lisé par la posi­tion de la Ciné­ma­thèque et de l’Ins­ti­tut Lumière”).

Une alliance de circons­tance ?

Car c’est bien la chro­no­lo­gie des médias (l’ar­ti­cu­la­tion des sorties de films entre les salles, la VOD et les diffu­sions à la télé­vi­sion) qui est aujourd’­hui en plein boule­ver­se­ment. Et c’est d’ailleurs bien au nom de la protec­tion du réseau des salles de cinéma que le festi­val de Cannes s’est toujours inter­dit jusqu’ici de sélec­tion­ner en compé­ti­tion des films produits par Netflix. L’Ins­ti­tut Lumière en a bien conscience, qui a pris toutes les précau­tions d’usage en infor­mant à la mi-novembre ses abon­nés de la tenue de ce festi­val public mais encore secret : “Les plate­formes dont les oeuvres sont desti­nées au petit écran veulent les magni­fier sur le grand, et qu’elles soient vues de la meilleure manière par un public ciné­phile” peut-on lire dans ce cour­rier adressé aux abon­nés. “La Ciné­ma­thèque (qui accueille aussi cette program­ma­tion) et l’Ins­ti­tut Lumière sont des labo­ra­toires qui entendent mener toute expé­rience desti­née au cinéma de demain, autant qu’elles valo­risent le cinéma d’hier, pour que ni l’un ni l’autre ne dispa­raisse.” En ajou­tant avec une prudence de Sioux : “On féli­ci­tera ou on désap­prou­vera ce type d’ini­tia­tives”. D’où sans doute l’ex­tra­or­di­naire discré­tion de l’ins­ti­tu­tion jusqu’ici, alors que la Ciné­ma­thèque annonce et assume l’évé­ne­ment sur son site depuis déjà plusieurs semai­nes…

The Power of the dog de Jane Campion, prix Lumière 2021.

Une chro­no­lo­gie des médias en muta­tion

Si le public lyon­nais aura donc la chance de voir sur un grand écran les nouveaux films de Jane Campion ou Paolo Sorren­tino (déjà proje­tés en séances spéciales au festi­val Lumière), aux côtés d’une batte­rie de films fran­che­ment dispen­sables comme souvent sur la plate­forme, reste à savoir comment le milieu du cinéma et les salles en parti­cu­lier réagi­ront à ce coup d’es­sai vers la néces­saire évolu­tion de la produc­tion et de la diffu­sion des films, et ce qui reste de fait malgré tout une opéra­tion de promo­tion pour la marque d’un seul et unique produc­teur privé, masto­donte devenu incon­tour­nable. On n’est d’ailleurs sans doute qu’au milieu du gué d’une recom­po­si­tion globale, Netflix finançant par ailleurs la restau­ra­tion de certains films de patri­moine, comme par exemple le Napo­léon d’Abel Gance. L’al­liance oppor­tune entre la plate­forme et l’Ins­ti­tut ne fait peut-être donc que commen­cer…

Netflix film club, 9 films inédits du 7 au 14 décembre à l’Insti­tut Lumière, Lyon 8e.

Rétro Paso­lini à l’Ins­ti­tut Lumière : le sexe et la mort

A côté de Mamma Roma, son chef d’œuvre, la rétro Pasolini à l’Institut Lumière permet de revoir les trois volets du projet le plus fou de Pasolini : la Trilogie de la Vie. Une utopie sexuelle débridée, plus sombre qu’il n’y paraît, qui reste une intrusion sans équivalent de la po...

Le festi­val Ecrans mixtes fait redé­cou­vrir le cinéma LGBT

Engagement politique, cinéphilie, fiesta et découvertes, Exit Mag est toujours aussi heureux d’être partenaire du festival Ecrans mixtes, le festival cinéma le plus quali et le plus queer de la Métropole. Avec cette année la venue d’un grand cinéaste britannique, Terence Davies, ...

Redé­cou­vrez les films de Damien Chazelle sur grand écran !

Pour préparer la sortie de son nouveau film Babylon, le Pathé Vaise propose une rétrospective sur le réalisateur franco-américain Damien Chazelle. Une belle occasion de (re)découvrir ses trois premiers films sur grand écran ! Whiplash (2014) Répétition mouvementée avec Mile...