Sortir à Lyon
Partager cet article :

Nuits sonores 2022 : le meilleur de l’elec­tro est arrivé !

Les jours sont parfois encore plus beaux que leurs nuits. On savait déjà que la 19e édition de Nuits sonores allait “renfor­cer sa program­ma­tion et son ancrage diurnes” selon les termes toujours euro­péo-tech­no­crato-compa­tibles du festi­val pour 4 grandes jour­nées aux usines Fagor du 25 au 29 mai prochains.

Photo : Anne Simon­not.

Mais on connaît en prime désor­mais les quatre “cura­tors” (validé par la commis­sion euro­péenne) des quatre nuits phares du festi­val au Sucre et à la Sucrière : la jeune géné­ra­tion locale avec Lala & Ace le premier soir (ça c’est le côté EELV de la prog avec en prime plein de choses à dire sur la société qui va mal) ; ensuite DJ Harvey hype et cali­for­nien, dance music supra-stylée top niveau y a qu’à s’in­cli­ner ; Honey­dijon pour la dernière nuit façon House music en mode espoir pour le monde d’après, un gros morceau de joie çe ne se refuse pas ; et enfin notre chou­choute qu’aon avait déjà adou­bée lors de son précé­dent passage au Sucre, Helena Hauff, rouleau compres­seur de dark house mini­ma­liste et obses­sion­nelle, tota­le­ment hypno­tique. Bref, les Nuits Sonores survolent toujours la planète elec­tro ès qualité.

19e édition des Nuits Sonores. Du 25 au 29 mai 2022. (photo Brice Robert en haut)

Helena Hauff, notre chou­choute pour la nuit 3 au Sucre.

Le (petit) monde de la culture mani­feste à la Région

Suite à la coupe budgétaire de près de 3,7 millions annoncée par la Région Auvergne-Rhône Alpes, une mobilisation était organisée ce mardi 7 juin devant l’Hotel de Région à Confluences. Quelque 50 personnes devenues environ 200 en fin de course étaient rassemblées sous les bander...

La pure splen­deur du nouveau Park Chan-Wook, Deci­sion to leave

Notre critique enamourée de Decision to leave, le nouveau film du réalisateur acclamé de Old Boy. Un polar romantique inattendu et somptueux, prix de la mise en scène à Cannes cette année. Ne cherchez pas le réalisateur d’Old Boy - défonçant les dents au marteau et déchiqu...

Les plus beaux films de Cannes à décou­vrir avant tout le monde

Grâce à la liaison Lyon-Cannes en ligne directe (merci monsieur Frémaux), on est gâtés : après une douzaine d'avant-premières au Pathé Bellecour dont la jouissive Palme d'Or - Sans filtre de Ruben Östlund - le Lumière Terreaux nous gratifie d'une dizaine de films supplémentaires ...