Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le plus beau film d’amour avec Nata­lie Wood

La Fièvre dans le sang, Prod DB © Warner Bros

C’est le chef-d’œuvre absolu de Kazan. A la fois pamphlet social bidon­nant contre l’Amé­rique puri­taine et mélo flam­boyant sur l’amour fou avec une Nata­lie Wood touchée par la grâce. C’est sans doute l’œuvre du réali­sa­teur qui croise le mieux la rage des senti­ments indi­vi­duels et l’écra­se­ment de la conscience collec­tive, dans un Tech­ni­co­lor inso­lent. Maître d’œuvre de l’Ac­tor’s Studio, Kazan reste l’in­car­na­tion de points de vue assu­més, de conflits drama­tiques qui vibrent sous nos yeux, pas de ces drames mous démis­sion­naires qui prétendent ne rien juger et se dévi­ta­lisent en voulant ména­ger chaque person­nage (le père, ici passa­ble­ment effrayant). Ce qui n’em­pêche ni la complexité, ni le dépas­se­ment ou la compas­sion. Nata­lie Wood devien­dra l’icône de toute une géné­ra­tion, en plus de tour­ner La Fureur de vivre avec James Dean visible aussi dans la rétros­pec­tive. Dans une des plus belles séquences de l’his­toire du cinéma –  la plus belle fin qu’ait tour­née Kazan selon lui et il était intran­si­geant avec lui-même – il faut avoir vu Nata­lie Wood regar­der l’homme qu’elle a désiré jusqu’à la folie avoir un enfant avec une autre, et repar­tir digne, rassé­ré­née, pour savoir ce qu’ai­mer veut dire. Sublime, forcé­ment sublime.

La Fièvre dans le sang d’Elia Kazan (Splen­dor in the grass, EU, 1961, 2h04) avec Nata­lie Wood, Warren Beatty, Barbara Loden… Jeudi 21 janvier à 21h puis jeudi 10 février à 18h30. Dans la cadre de la rétros­pec­tive Nata­lie Wood à l’Ins­ti­tut Lumière, Lyon 8e. Tarif habi­tuels.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...

Les secrets de l’af­faire du Grêlé et du petit Grégory

C’est la grande enquêtrice française depuis l’affaire Grégory jusqu’à celle du Grêlé aujourd’hui. Patricia Tourancheau évoque les deux pour nous, à l’occasion de la sortie de son livre et de sa venue à Quais du polar. Le Grêlé représente-t-il votre plus grand code case, à part...

Irre­lohe, premier choc au festi­val de l’Opéra de Lyon

Tout débute par un générique d'un film muet en noir et blanc : "L'Opéra de Lyon présente une histoire d'amour, de vengeance et de malédiction !" David Bösch avait déjà mis en scène les fantômes dans le Simon Boccanegra de Verdi à Lyon - premier opéra dirigé par Daniele Rustioni, ...