Sortir à Lyon
Partager cet article :

Un nouveau festi­val de théâtre de folie

À trois, on y va ! C’est ce que se sont dit le Théâtre de l’Ély­sée, les Subs et le Théâtre du Point-du-Jour pour élabo­rer ce qui s’an­nonce être un week-end de folie. Quoi de plus natu­rel que de voir ces trois lieux d’ex­pé­ri­men­ta­tion et de créa­tions origi­nales s’as­so­cier pour mettre en lumière de nouvelles pépites artis­tiques ? Inti­tulé Azimuts, ce tout nouveau festi­val est orga­nisé sur trois jours, respec­tant les carac­té­ris­tiques de chaque lieu, tout en offrant une réflexion commune autour des nouvelles formes de langage et des enjeux du récit. Au programme, tout ce qu’on aime : des créa­tions inédites, des formats inno­vants et des jeunes compa­gnies promet­teuses.

Que se répètent les heures de Pierre Bidard, dim 23 janvier à 13h30 au théâtre de l’Ely­sée.

Du Velay à la Montagne magique

Au total, ces trois lieux accueillent une quin­zaine d’évé­ne­ments, tous plus attrayants les uns que les autres. On attend parti­cu­liè­re­ment La Trève aux Subs, une créa­tion perfor­ma­tive et ciné­ma­to­gra­phique qui augure un « voyage hallu­ci­na­toire au cœur du plateau volca­nique du Velay » par le collec­tif La Nòvia ; le spec­tacle Mort d’une montagne de Jérôme Cochet et l’in­con­tour­nable François Hien, ascen­sion poétique au Théâtre du Point- du-Jour ; et enfin deux pièces du formi­dable Pierre Bidard au toujours stimu­lant théâtre de l’Ely­sée : Que se répètent les heures, qu’on avait pu voir pendant les confi­ne­ments, épopée intime tragi-comique dans un asile psychia­trique, donnant lieu à un subtil travail de plateau, et son nouveau spec­tacle, Il faut tenter de vivre, adap­ta­tion du livre La Montagne magique de Thomas Mann. Que du neuf, que du bon. C’est le moment de ressor­tir.

Festi­val Azimuts, 15 expé­riences artis­tiques du ven 21 au dim 23 janvier au Théâtre de l’Ély­sée (Lyon 7e), aux Subs (Lyon 1er) et au Théâtre du Point-du-Jour (Lyon 5e).  De 5 à 16 € selon les lieux. 30 € le pass 3 spec­tacles.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...

Les secrets de l’af­faire du Grêlé et du petit Grégory

C’est la grande enquêtrice française depuis l’affaire Grégory jusqu’à celle du Grêlé aujourd’hui. Patricia Tourancheau évoque les deux pour nous, à l’occasion de la sortie de son livre et de sa venue à Quais du polar. Le Grêlé représente-t-il votre plus grand code case, à part...

Irre­lohe, premier choc au festi­val de l’Opéra de Lyon

Tout débute par un générique d'un film muet en noir et blanc : "L'Opéra de Lyon présente une histoire d'amour, de vengeance et de malédiction !" David Bösch avait déjà mis en scène les fantômes dans le Simon Boccanegra de Verdi à Lyon - premier opéra dirigé par Daniele Rustioni, ...