Sortir à Lyon
Partager cet article :

Irre­lohe, premier choc au festi­val de l’Opéra de Lyon

Irrelohe de Franz Schreker, création française de l'Opéra de Lyon.
Irrelohe de Franz Schreker, mise en scène David Bösch.

Tout débute par un géné­rique d’un film muet en noir et blanc : « L’Opéra de Lyon présente une histoire d’amour, de vengeance et de malé­dic­tion ! » David Bösch avait déjà mis en scène les fantômes dans le Simon Bocca­ne­gra de Verdi à Lyon – premier opéra dirigé par Daniele Rustioni, le direc­teur musi­cal actuel – et surtout Les Stig­ma­ti­sés en 2015, très belle produc­tion d’un compo­si­teur qu’on décou­vrait alors, Franz Schre­ker. Il réci­dive aujourd’­hui avec cette première française d’Irre­lohe, sur une parti­tion qu’on pour­rait quali­fier de « Wagner comes­tible ». Jouant des leit­mo­tive et de l’im­pres­sion­nisme d’un orchestre central et presque ciné­ma­to­gra­phique (on songe parfois à John Williams, en plus teuton), la musique de Schre­ker est plus indé­cise mais aussi plus narra­tive que celle de Wagner, toujours au service de l’ac­tion.

Château ardent et soprano de feu

Et de l’ac­tion, il n’en manque pas avec David Bösch : le duo mère-fils initial, super­be­ment inter­prété, va rapi­de­ment être perturbé par le retour du père comme un fantôme, jusqu’à ce que le passé fami­lial ne refasse surface, comme ces visages de fantômes à la Shining qui prennent posses­sion de la scène en même temps que l’or­chestre s’em­brase dans un duo d’amour fiévreux, en fin de deuxième acte (l’opéra ne dure que trois actes de 40 minutes, pas de quoi se priver de le décou­vrir). Bösch a le bon goût de lais­ser le désir et le sexe évoqué dans le livret à la voix d’Am­bur Braid et sa ribe affrio­lante, soprano de feu dont le rôle fait figure ici de femme de substi­tu­tion du compo­si­teur, qui écri­vit l’opéra pour elle. Le « château ardent » d’Ir­re­lohe reste en pers­pec­tive en fond de scène dans une scéno­gra­phie splen­dide aux lumières rasantes. Il finira par s’em­bra­ser litté­ra­le­ment au finale en même temps que ces person­nages chao­tiques se libèrent enfin de leurs fantômes, enfin en route vers la « joie ». L’uni­vers braque et fanto­ma­tique de David Bösch convient à merveille à cette musique de l’entre-deux qui cherche son lyrisme en plein chaos, avec même un drôle de prêtre et un groupe de rock qui passe, dans une atmo­sphère entre Murnau et Kubrick. Grand chef spécia­liste de la musique alle­mande, Bern­hard Kontarsky rend constam­ment justice à cette musique incroya­ble­ment expres­sion­nistes, dont on ne comprend pas qu’elle soit restée sur les étagères des opéras français depuis sa créa­tion il y a un siècle. Raison de plus pour courir la décou­vrir à Lyon.

Irre­lohe de Franz Schre­ker (Le Feu follet). Mise en scène David Bösch. Direc­tion musi­cale Bern­hard Kontarsky. Jusqu’au samedi 2 avril à 20h à l’Opéra de Lyon (dim 16h), Lyon 1er. De 10 à 85 €. Lire aussi notre critique de Rigo­letto de Verdi présenté en paral­lèle pendant le festi­val, et la nouvelle saison 2022–23 de l’Opéra de Lyon.

Rétro Paso­lini à l’Ins­ti­tut Lumière : le sexe et la mort

A côté de Mamma Roma, son chef d’œuvre, la rétro Pasolini à l’Institut Lumière permet de revoir les trois volets du projet le plus fou de Pasolini : la Trilogie de la Vie. Une utopie sexuelle débridée, plus sombre qu’il n’y paraît, qui reste une intrusion sans équivalent de la po...

Le festi­val Ecrans mixtes fait redé­cou­vrir le cinéma LGBT

Engagement politique, cinéphilie, fiesta et découvertes, Exit Mag est toujours aussi heureux d’être partenaire du festival Ecrans mixtes, le festival cinéma le plus quali et le plus queer de la Métropole. Avec cette année la venue d’un grand cinéaste britannique, Terence Davies, ...

Redé­cou­vrez les films de Damien Chazelle sur grand écran !

Pour préparer la sortie de son nouveau film Babylon, le Pathé Vaise propose une rétrospective sur le réalisateur franco-américain Damien Chazelle. Une belle occasion de (re)découvrir ses trois premiers films sur grand écran ! Whiplash (2014) Répétition mouvementée avec Mile...

Rattra­page 2022 : nos 10 plus beaux films pour 4 €

Avec UGC ou Télérama (ou les deux), vous avez le choix pour rattraper en janvier les meilleurs films de 2022 pour 4 € la place. On vous a sélectionné nos dix préférés. 1. Elvis de Baz Lurh­mann (Aus-EU, 2h39) avec Austin Butler, Tom Hanks, Olivia De Jong… (festival UGC)...