Sortir à Lyon
Partager cet article :

Iphi­gé­nie pour les nuls de Tiago Rodrigues, un beau spec­tacle d’Avi­gnon bien­tôt aux Céles­tins

Iphigénie de Tiago Rodrigues au festival d'Avignon.
Philippe Morier-Genoud (au centre) dans l'Iphigénie de Tiago Rodrigues.

C’est une mélo­pée. Un ballet tragique en clair-obscur d’où surgissent peut à peu les person­nages comme des ombres et et peu à peu la mer dans uns superbe créa­tion vidéo de Nico­las Comte. La première qualité de cette relec­ture du mythe d’Iphi­gé­nie par Tiago Rodrigues (metteur en scène et nouveau direc­teur du festi­val d’Avi­gnon, ici en auteur singu­lier), c’est de rendre lisible l’his­toire d’Iphi­gé­nie. Au prix parfois de quelques redon­dances : « il n’y a pas de vent » et « les femmes sont en colère« , on l’aura compris…). La scéno­gra­phie hiéra­tique de Barbara Kraft rappelle celles de Richard Peduzzi pour Chéreau et épouse parfai­te­ment les mises en abîme du récit, décliné comme un souve­nir qui se trans­met d’un person­nage à l’autre. La mélo­pée se mérite, mais elle reste habi­tée par des comé­diens qui n’ou­blient pas de jouer le dilemme des situa­tions au lieu de décla­mer. Mentions spéciales à Vincent Dissez en Agamem­non “brisé de l’in­té­rieur” et à Philippe Morier-Genoud en vieillard puis messa­ger, détour­nant la tragé­die vers des person­nages repre­nant peu à peu leurs destins en main, notam­ment lors d’une dernière séquence qui ouvre les chemins de l’es­pé­rance moderne au détri­ment de l”ancienne tragé­die.

Iphigénie de Tiago Rodrigues mis en scène par Anne Théron.
Caro­line Amaral en jeune Iphi­gé­nie.

D’une guerre l’autre

Ce n’est pas sans écho aux Dieux, “armée de l’iné­vi­table”, à l’aube d’une guerre qui était celle de Troie mais qui est encore plus réelle aujourd’­hui, à quelques dizaines de kilo­mètres de là… Anne Théron ne surligne pas le paral­lèle, elle se contente d’ou­vrir le spec­tacle sur des fais­ceaux d’hé­li­co­ptère. Mais le mono­logue de l’Iphi­gé­nie de Caro­lina Amaral (jusqu’à chan­ter en portu­gais) a tout du dilemme de la jeunesse d’aujourd’­hui. Celle qui ne veut plus mourir… pour rien. “Je n’ai d’autres armes que ma jeunesse je ne veux mourir pour personne. Je n’ap­par­tiens pas à vos souve­nirs…” D’un petit nappe­ron imma­culé sur ses épaules, elle se défait du joug fami­lial qui consti­tue le tragique pour récla­mer son libre arbitre de femme et son goût de vivre. Tiago Rodrigues impose sa lecture du mythe, ayant renoncé au tragique. Ce beau spec­tacle qui se mérite est tout sauf désin­carné.

Iphi­gé­nie de Tiago Rodrigues. Mise en scène Anne Théron. Au théâtre des Céles­tins du 18 au 22 janvier 2023, Lyon 2e.

La scénographie splendide de l'Iphigénie vue par Anne Théron.

Japan Touch, le plus grand festi­val de cuisine japo­naise

C'est le rendez-vous incontournable des fous de culture japonaise, et on peut dire que l'événement leur rend bien. Pendant deux jours, Eurexpo se pare des lumières des rues de Tokyo, de bonsaï et de céramiques, de lingerie kawaii et des cosplay les plus impressionnants. L'immersi...

Brigitte Giraud, notre favo­rite pour le prix Goncourt, lauréate 2022

[mis à jour] Elle l'a eu ! Brigitte Giraud obtient le prix Goncourt ! Peu de livres nous auront autant touché que Vivre vite (Flammarion), livre de contre-deuil qui conjure la fatalité d'un accident de moto dans des hypothèses rock'n'roll égrenées en courts chapitres intitulés...

Tim Burton, le prix Lumière le plus émou­vant

Ce vendredi 21 octobre, Tim Burton, le réalisateur d’œuvres culte comme Batman, Edward aux mains d’argent ou Ed Wood, a reçu à Lyon le 14ème Prix Lumière au cours d’une soirée riche en émotions. Si tous les invités sont arrivés sur l’habituel Estasi Dell'oro d’Ennio Morricone,...