Sortir à Lyon
Partager cet article :

On a vu le nouveau spec­tacle de Florence Foresti

Avant-première. Elle joue encore deux dates à Paris début octobre et c’est fini : Florence Foresti a terminé le « rodage » de son nouveau spec­tacle, Epilogue (qui ne sera pas le dernier), auquel on a pu assis­ter samedi dernier dans une Bourse du travail pleine à craquer. Elle débarque sur scène sur fond de paillettes la bouche grande ouverte et le son à fond pour faire un play­back de… Tina Turner ! Après avoir cham­bré son public (« statis­tique­ment, il devrait y avoir 10 % de connards dans la salle »), elle entame ses thèmes de prédi­lec­tion comme les rapports homme-femme, à travers un sketch sur la balade en famille chez Ikea le dimanche qui consti­tue déjà à lui seul une antho­lo­gie. Mais voir la Foresti sur scène, c’est comme voir Char­lot au cinéma : dotée d’un jeu de scène excep­tion­nel, elle se lance dans une compa­rai­son entre les douches française et améri­caine en prenant son pied à deux mains dans un moment de pur burlesque, capable de soule­ver la salle unique­ment par ses mimiques et son sens du timing. Mais ce qu’on aime aussi chez Florence Foresti, c’est d’être une star popu­laire qui n’a jamais eu peur d’être mal pensante. En prenant ses précau­tions face aux fémi­nistes du poli­tique­ment correct qui ne manque­ront pas de lui tomber dessus, elle règle son compte avec son physique dans un sketch hila­rant : « moi ça fait 45 ans que je ne suis pas harce­lable, c’est pas hash­tag #metoo c’est plutôt hash­tag #notme »… Après s’être rêvée la plus belle en robe de mariée en faisant un doigt d’hon­neur à chaque pas, elle se lance dans une compa­rai­son entre le « charme » qu’on prête aux hommes d’un certain âge, surtout les barbus (« on ne sait pas si dessous ils sont moches ou s’ils sont beaux ») et qu’on refuse aux femmes de son âge. Elle finira même par mettre en scène son propre enter­re­ment au Panthéon en bis en mimant les frères Bogda­nov en train de sonner les cloches en Quasi­modo. Juste avant, elle aura parlé « du seul endroit où les juifs et les arabes s’en­tendent très bien » : l’hô­pi­tal améri­cain de Neuilly, où la nouve­lel pari­sienne a accou­ché de sa fille, « avec une Rollex au bout de la perf, mais le cancer quand même ». Elle n’a rien perdu de son humour, noir à l’oc­ca­sion, avant de lâcher un dernier scud : « Je vous laisse devi­ner des Juifs et des Arabes qui sont les malades et qui sont les méde­cins ! ». Elle a beau mettre en scène son « Epilogue », Foresti n’en finit pas de nous faire rire, clown burlesque doublé d’une obser­va­tion sociale qui fait toujours mouche… A part pour la séquence sur son télé­phone portable, dispen­sable dans un spec­tacle sans fausse note. Péché véniel sans doute dû au rodage dont elle pourra large­ment se passer lors de la repri­se… qu’on attend avec impa­tience. Pour le moment, aucune date n’est encore annon­cée, mais ça ne devrait pas tarder… L.H.

Ecou­tez Kaame­lott avant de le voir !

Cette fois, ça devrait être la bonne ! Après avoir été repoussé deux fois en 2020, Kaamelott premier volet - le film le plus attendu de la région (et au-delà) - devrait sortir comme le prochain James Bond au printemps 2021, même s'il n'est toujours pas daté. En attendant, vous po...

L’Ombre de Staline, à voir en Vod

Un dernier film en Vod avant la réouverture des cinémas ? Puisqu'il fait froid, autant partir pour les grands froids soviétiques avec L'Ombre de Staline, thriller historique levant le voile sur l'Holomodor, l'extermination par la faim décidée par le régime stalinien. Haletant et ...

Philippe Decou­flé fait le show en ligne

C’est un des spectacles les plus époustouflants qu’on avait vu à la Maison de la danse ces dernières années. Créé en 2016, Contact est désormais disponible en intégralité gratuitement sur Numeridanse, le site de référence qui permet d'entrer dans la ronde chorégraphique et qui vi...

Le charme à la Lyon­naise

C'est le parc de la Métropole qui allie le mieux nature, patrimoine et botanique. Situé dans l'ouest lyonnais, le domaine de Lacroix-Laval plaît autant aux amoureux de la nature avec ses bois et clairière qu'aux sportifs avec son parcours santé ou encore aux enfants qui peuvent f...

Portrait de la jeune fille en feu

Après Neruda et Jackie sur Jackie Kennedy, Pablo Larrain devient encore plus abstrait et radical avec cette Ema, étrange objet hallucinatoire. Tempérament de feu, Mariana Di Girolamo y incarne Ema, danseuse en plein affranchissement de son mentor de chorégraphe (Gael Garcia Berna...

Pelly fait rapper Rossini !

C’est le plus verveux et le plus coquin des compositeurs classiques. L’Opéra de Lyon avait la bonne idée de confier à Laurent Pelly, le roi de la comédie lyrique, une nouvelle production d’un des plus joyeux joyaux de Rossini : Le Comte Ory, en français dans le texte. Libertinage...
 
  • Qui sommes-nous ?
  • S'inscrire à la newsletter
    En m’inscrivant, j’accepte de recevoir l’actualité et les offres d’Exit Mag par email. Vous pourrez choisir de vous désinscrire à tout moment en utilisant le lien en pied de mail.