Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vise-moi Wiesel

Il a une tête de premier de la classe et l’in­so­lence d’un cancre. Le genre de sale gosse à racon­ter sans sour­ciller qu’on peut tuer une femme en souf­flant dans son vagin ou à faire rire avec un sketch sur les assu­rances mala­dies… Le Suisse Thomas Wiesel s’est même fait une belle place dans le paysage humo­ris­tique fran­co­phone, où il a snipé à loisir tous les poli­ti­ciens et person­nages publics helvé­tiques. Après être venu se roder à l’Es­pace Gerson en septembre, l’hu­mo­riste présen­tera en mars son nouveau spec­tacle sur la grande scène de la Bourse du Travail, où il essaiera cette fois de se rache­ter des bons points de karma en visant une cible de premier choix : lui-même. En espé­rant qu’il soit toujours aussi grinçant et sans pitié. C.S. et N.P.

Thomas Wiesel, ça va. Samedi 14 mars, à 20h30, à la Bourse du Travail, Lyon 3e. De 22 à 32€. bourse-du-travail.com

Les Faux British, le spec­tacle le plus drôle de l’au­tomne

C'est aussi fou que les Monty Python ou qu'un Agatha Christie qui partirait en impro totale. Absurde et jubilatoire, Les Faux British est la comédie la plus drôle de cette fin d'année. Imaginez sept comédiens amateurs qui détruisent une intrigue. Ou plutôt sept-comédiens-profe...

Jérôme Niel, le nouveau phéno­mène du one man show

L’itinéraire de Jérôme Niel est jalonné par la gastronomie. Autant dire que quand l’humoriste aux 1,5 millions d’abonnés sur Instagram s’apprête à lancer sa tournée à Lyon, sur ce point, ça ne rigole pas. « Il est hors de question que je mange un tacos, c’est dégueulasse, et puis...

Luca Colucci, le fan de Kaame­lott était un homme en robe

Son nom renvoie inévitablement à une autre bête de scène, pourtant Luca Bertogiati Colucci n'a pas grand chose à voir avec le fondateur des Restos du Coeur. Si ce n'est la délicatesse de son jeu derrière ses gros bras, peut-être. Dans son tout premier one-man-show, l'étudiant en ...

Le nouveau spec­tacle de Vincent Dedienne au Radiant

Il avait dédié son premier Molière avec une infinie tendresse à « ceux qui désespèrent d'amour », racontant qu'il avait justement écrit son premier one man show, S'il se passe quelque chose, parce qu'il était désespéré d'amour. C'est bien ce qu'il a apporté à la scène du café-thé...