Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vise-moi Wiesel

Il a une tête de premier de la classe et l’in­so­lence d’un cancre. Le genre de sale gosse à racon­ter sans sour­ciller qu’on peut tuer une femme en souf­flant dans son vagin ou à faire rire avec un sketch sur les assu­rances mala­dies… Le Suisse Thomas Wiesel s’est même fait une belle place dans le paysage humo­ris­tique fran­co­phone, où il a snipé à loisir tous les poli­ti­ciens et person­nages publics helvé­tiques. Après être venu se roder à l’Es­pace Gerson en septembre, l’hu­mo­riste présen­tera en mars son nouveau spec­tacle sur la grande scène de la Bourse du Travail, où il essaiera cette fois de se rache­ter des bons points de karma en visant une cible de premier choix : lui-même. En espé­rant qu’il soit toujours aussi grinçant et sans pitié. C.S. et N.P.

Thomas Wiesel, ça va. Samedi 14 mars, à 20h30, à la Bourse du Travail, Lyon 3e. De 22 à 32€. bourse-du-travail.com

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Taver­nier, la vie et rien d’autre

Il y a des titres qui résonnent plus que d’autres, comme celui d’un des grands films de Tavernier, après un an que nous voilà cloîtrés par la pandémie... Dans un de ses derniers entretiens, accordé à Arte il y a à peine quelques semaines pour parler du western qu’il aime, Bertran...

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d'auteur. Après des derniers films décevants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’inspirant de la vie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refusa de prêter allégeance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni b...