Sortir à Lyon
Partager cet article :

Monsieur Fraize, comique mutique

Il pratique le comique du type qui ne sait pas quoi dire, le polo rouge en haut et le panta­lon vert trop court, comme son nom l’in­dique. Il débarque sur scène tout étonné, avec la maladresse d’un Peter Sellers égaré dans la Party. Il prend tous les risques, faisant des gestes gênés jusqu’à imagi­ner un spec­tacle en entier qui tourne au fiasco, en se payant le luxe des faux saluts au début du spec­tacle comme un type qui ne pour­rait pas conti­nuer… Gonflé. Aussi bon mime, impro­vi­sa­teur que sachant jouer des silences et des regards complices, c’est une sorte de Jerry Lewis au ralenti. C’est un sale gosse naïf, aussi enfan­tin quand il s’agit de jouer avec le public que poli­tique quand il s’agit de servir d’un système média­tique dont il se méfie comme une anguille : il s’était servi de feu Laurent Ruquier dans On n’de­mande qu’à en rire pour remplir ses salles avant de program­mer lui-même son départ de l’émis­sion : le jury lui repro­chant de ne pas parler, alors que c’est beau­coup plus dur pour faire rire, il avait imiter un vrai-faux Jean-Luc Dela­rue débi­tant un texte au kilo­mètre, pour mieux se moquer de leur attente. Depuis, il a conti­nué de creu­ser son sillon à sa façon, limi­tant les dates à Paris pour mieux rester dans sa campagne avec sa famille. Le sale gosse sur scène est aussi un papa gâteau qui est resté un grand enfant avec sa progé­ni­ture.

Chauf­feur de Godard

Il n’aime pas le terme de travail. Son travail, il l’a quitté lorsqu’il était encore dans l’hô­tel­le­rie de luxe, notam­ment au Sofi­tel, certain de vouloir « faire rire ». Pour­tant, il prépare beau­coup, même s’il aime à se lais­ser des espaces de liberté. « Je ne saurais pas monter sur scène avec un spec­tacle huilé, formaté, que je joue­rais indé­fi­ni­ment chaque soir pareil. » Rien ne lui fait aussi peur que la routine. Il aime jouer de l’ef­fet de surprise. Il n’aime rien tant que les comiques jusque-boutistes qui prennent tous les risques. Coluche d’abord, à qui il doit sa dégaine de clown, mais surtout Andy Kauf­mann, le comé­dien qui a inspiré Man on the Moon à Milos Forman, dont les sommets de naïveté le ravissent. « J’aime ce moment où le spec­tacle se retourne et où les spec­ta­teurs se rendent compte qu’ils ont été dupes.  » Conduire les illu­sions jusqu’à leur terme insoupçonné, voilà un beau programme. « J’ai une forme de comique assez déca­lée, pas forcé­ment actuelle » explique-t-il tranquille­ment. Vintage avant l’heure, il est main­te­nant devenu à la mode, jouant les seconds rôles au cinéma avec Eric Judor et Blanche Gardin dans Proble­mos tourné en Ardèche, conduc­teur de la 2CV de Godard dans Le Redou­table, portrait du cinéaste avec Louis Garrel, ou encore en burlesque borgne dans Au poste de Quen­tin Dupieux, avec Poel­voorde. Un cinéma bran­ché qui doit bien le faire marrer, et lui permette de garder son indé­pen­dan­ce… pour conti­nuer de faire la sale gosse sur scène. Marc Fraize de son vrai nom veut main­te­nant « trou­ver une forme d’écri­ture sur la vie quoti­dienne d’aujourd’­hui. Il y a beau­coup de choses de la vie moderne qui nous place face à nos contra­dic­tions les plus intimes. C’est ce que je voudrais explo­rer.  » En fait, il doit être un bosseur. En tout cas un mec bien, unique en son genre, et certai­ne­ment un des grands bonhomme de l’hu­mour aujourd’­hui, même en Kickers. Après sa date à la salle Molière en décembre, le revoilà sur les terres d’Ecully. Avec son nouveau produc­teur et la grande salle de l’Eu­ro­péen en mars à Paris, on ne devrait pas tarder de le revoir bien­tôt en tour­née. Santé ! L.H.

Monsieur Fraize dans sa posi­tion préfé­rée (photos BOBY).

Monsieur Fraize au centre cultu­rel d’Ecully. Vendredi 10 avril à 20h30. 20 €. Réser­ver

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Le Top 5 du cinéma sur grand écran

C'est la reprise ! Les salles de cinéma réouvrent, et vous pouvez même y aller à plusieurs, côte-à-côte, en amoureux, en famille ou entre amis. Pour cette première semaine pas comme les autres, avec plus de reprises que de nouveautés, voici notre sélection des meilleurs films à v...

John Waters, dandy du mauvais goût

Après James Ivory, c'est le « pape du trash », John Waters, qui traverse l'Atlantique pour venir en personne assister à la rétrospective du festival Ecrans mixtes. L'occasion de replonger dans la filmo toujours futée et affutée du plus indépendant des cinéastes américains, pionni...