Sortir à Lyon

La comé­die humaine, cama­rade

Elles ne sont pas légion les comé­dies poli­tiques au café-théâtre. Elles sont encore moins nombreuses à éviter l’écueil du pouja­disme (tous pour­ris), comme du bashing de circons­tance (gilets jaunes, anti-Macron ou désor­mais anti-Verts primaires). C’est ce que réus­sissent Antoine Demor et Victor Rossi : montrer l’as­cen­sion de deux potes de promo dans les coulisses des cabi­nets poli­tiques, jusqu’à y lais­ser des plumes… Parfai­te­ment docu­menté quand il s’agit de se farcir le cynisme bon teint des commu­ni­cants ou les finan­ce­ments astro­no­miques du plus parfait entre-soi, cette comé­die grinçante et soignée (superbes éclai­rages) n’en oublie pas de construire des person­nages.

Antoine Demor et Victor Rossi dans L’As­cen­sion.

C’est là toute la force de cette satire poli­tique douce-amère : montrer ce qu’il en coûte de faire semblant d’être soi-même, jusque dans les scènes les plus intimes, trai­tées elles aussi loin des clichés, avec deux comé­diens aussi précis dans la méca­nique comique que touchants pour lais­ser trans­pa­raître le vide affec­tif que leur appé­tit de pouvoir, déri­soire, a laissé derrière eux. C’est gonflé, origi­nal et parfai­te­ment incarné. De quoi vous donner une bonne raison de retour­ner au théâtre.

Le Prix de l’as­cen­sion de et avec Antoine Demor et Victor Rossi. Samedi 4 et samedi 11 juillet à 18h à la Comé­die Odéon, Lyon 2e. Merci de venir avec un masque au théâtre. Un fauteuil de distance est laissé entre les groupes de spec­ta­teurs et du gel hydro-alcoo­lique est à dispo­si­tion à l’en­trée de la salle. Rensei­gne­ments et réser­va­tions << ici >>.

Amour et rock’n’­roll en Russie

On a un instant l'impression d'assister à un film de beatnik de l'Est avec caméra en steadycam qui suit ses personnages en train de s’ennuyer. On s'aperçoit qu'il s'agit d'une fausse piste lorsqu'apparaissent les griffonnages eighties sur l’image elle-même, comme une mini-comédie...

24 ans, toujours prolo…

Passé par la réalisation TV depuis 2015 et son Crazy Amy,, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépassant désormais les personnages d'inadaptés régressifs auxquels se limitaient un peu trop ses premiers films. Co-scénariste dans son propre rôle, Pe...

Dardenne éden

Ils ont révolutionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l'épaule collée à la nuque de ses personnages, utilisée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beaucoup à Rosetta (1999), Palme d'or qui sonnait comme une déflagration dans le cinéma contemporain. Il...

Char­cu­te­rie show !

Un barbecue-spectacle, voilà la bonne idée des « Nuits du canal » en lieu et place des Puces du même nom : des spectacles en plein air, des shows en tout genre sur le modèle du « Saturday night live » à l'américaine ou à la façon des anciens « Numéro Un » « Maritie et Gilbert Car...

Plat de résis­tance

Théâtre politique. C’était le spectacle d’ouverture du festival d’Avignon, avec un rôle de patriarche créé sur mesure pour Jacques Weber qui n’avait jamais joué dans le Cour d’honneur. On ne sait pas comment le grand plateau au mobilier blanc étalé sur des dizaines de mètres à Av...