Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le nouveau Palmade est arrivé !

Il fait partie des rares comiques qui peut nous donner des ordres. Son mal être (de génie) trans­pire telle­ment à chaque seconde que l’im­pé­ra­tif du titre de son dernier spec­tacle, Aimez-moi, sonnait autant comme un appel auquel on a répondu volon­tiers présente lorsqu’on l’avait décou­vert au Radiant-Belle­vue, encore en rodage, et c’était déjà beau. Vous avez de la chance : il passe pour la première fois à la télé histoire de rire un peu pendant le confi­ne­ment, et en plus c’est gratuit, grâce à France 5 qui lui consacre en prime une soirée spéciale. On lui doit à peu près tout de ce qui fait le comique popu­laire français aujourd’­hui ; il a inspiré Muriel Robin qui a inspiré Florence Foresti : moins de vannes que dans le stand up, un art sans pareil pour croquer la vie quoti­dienne et une fine dose d’ob­ser­va­tion sociale pour conver­tir les névroses de ses contem­po­rains en rires. C’est d’ailleurs ce qu’il réus­sit parti­cu­liè­re­ment bien dans Aimez-moi, son « spec­tacle le plus person­nel » selon ses propres dires. Il n’épargne ni son physique de rapace hébété ni ses problèmes de couple avec des jeunes hommes un peu trop jeunes pour lui… Avec dans cette gale­rie de soli­tudes le portrait d’un dépres­sif qui laisse des messages sur les répon­deurs des chan­teurs en citant les paroles des chan­sons tristes dans lesquelles il se recon­naît tant (La Mala­die d’amour ou Je suis malade). C’est aussi drôle qu’é­mou­vant. L’écri­ture de Palmade a toujours débordé de la petite confes­sion sur soi-même, contrai­re­ment à nombre de comiques d’aujourd’­hui. En prime, sa silhouette dégin­gan­dée, la détresse de l’homme et sa soli­tude en font, en vieillis­sant, un acteur encore plus émou­vant. Modeste (dans ses sujets), on ne peut plus popu­laire (dans ses approches), c’est ce qui s’ap­pelle un grand monsieur qu’on est prêt à aimer jusqu’au bout. En espé­rant qu’il revienne rapi­de­ment sur une scène lyon­naise comme c’était prévu (la Comé­die Odéon ?), qu’on lui fasse le triomphe qu’il mérite.

Aimez-moi de Pierre Palmade vendredi 20 novembre à 22h15 sur France 5, précédé d’une soirée spéciale, puis dispo­nible sur le replay France Tv.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Noir, c’est noir

Roman graphique. Rien ne va plus, sauf dans la BD. Ulysse et Gaspard Gry mettent le Monde en pièces dans un deuxième tome intitulé « Noir comme neige ». Un roman graphique visuellement impressionnant, dans lequel on voit passer quelques parodies médiatiques comme « Médiapartie »,...

Bello Bello­rini

« Je respecte beaucoup le réel, mais je n’y ai jamais cru ». Pour sa première création au TNP, le directeur Jean Bellorini adapte le grand auteur lyonnais, Valèra Novarina, avec un texte inédit, Le Jeu des ombres, faisant la nique comme à son habitude à toute forme de narration r...