Sortir à Lyon
Partager cet article :

Un soir de gala, le nouveau one man show de Vincent Dedienne

Vincent Dedienne.

Il avait dédié son Molière avec une infi­nie tendresse à « ceux qui déses­pèrent d’amour », racon­tant qu’il avait juste­ment écrit son premier one man show, S’il se passe quelque chose, parce qu’il était déses­péré d’amour. C’est bien ce qu’il a apporté à la scène du café-théâtre : l’hu­mour et l’amu­se­ment pour conju­rer le sort le plus triste, n’hé­si­tant pas à créer des trouées de mélan­co­lie magni­fiques à l’in­té­rieur de ce qui reste – rappe­lons-le – un spec­tacle des plus amusants. Il débu­tait alors son spec­tacle dans le plus simple appa­reil – et pudique – en disant qu’il avait un physique “ni moche ni beau”. Objec­tion, mon seigneur : il inspire désor­mais la beauté, et on ne doute pas que ce soit avec la dernière élégance qu’il entame son nouveau seul en scène, Un soir de gala. On  a de la chance : c’est au Tobog­gan à Décines que vous pouvez en voir la toute première mouture, en même temps que Paris. Et on n’ira pas pour lancer des tomates sur sa chemise de gent­le­man de l’hu­mour. Immanquable.

Vincent Dedienne, Un soir de gala, mise en scène Juliette Chai­gneau. Mercredi 15 décembre à 20h30 au Tobog­gan à Décines. De 36 à 38 €. A 18h, Vincent Dedienne présen­tera un de ses films préfé­rés, Les Senti­ments de Noémie Lvovsky, au Ciné Tobog­gan.

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Les Faux British, le spec­tacle le plus drôle de l’au­tomne

C'est aussi fou que les Monty Python ou qu'un Agatha Christie qui partirait en impro totale. Absurde et jubilatoire, Les Faux British est la comédie la plus drôle de cette fin d'année. Imaginez sept comédiens amateurs qui détruisent une intrigue. Ou plutôt sept-comédiens-profe...

Jérôme Niel, le nouveau phéno­mène du one man show

L’itinéraire de Jérôme Niel est jalonné par la gastronomie. Autant dire que quand l’humoriste aux 1,5 millions d’abonnés sur Instagram s’apprête à lancer sa tournée à Lyon, sur ce point, ça ne rigole pas. « Il est hors de question que je mange un tacos, c’est dégueulasse, et puis...

Luca Colucci, le fan de Kaame­lott était un homme en robe

Son nom renvoie inévitablement à une autre bête de scène, pourtant Luca Bertogiati Colucci n'a pas grand chose à voir avec le fondateur des Restos du Coeur. Si ce n'est la délicatesse de son jeu derrière ses gros bras, peut-être. Dans son tout premier one-man-show, l'étudiant en ...