Sortir à Lyon
Partager cet article :

Faites-vous livrer un bon polar !


On n’avoue ne pas trop comprendre comment on auto­rise encore Amazon à livrer son indus­trie cultu­relle et pas les nombreuses librai­ries indé­pen­dantes lyon­nai­ses… La culture, c’est comme l’ali­men­ta­rion, favo­ri­sons le local, les arti­sans et le circuit court. De notre point de vue, il n’y aurait pas plus de risque pour un libraire d’ou­vrir son petit commerce que pour mon froma­ger (la laite­rie Gilbert, 87 rue de la Part-Dieu, que je vous conseille chau­de­ment si vous êtes du quar­tier !), en limi­tant la jauge et en respec­tant les gestes barrières bien entendu. Alors en atten­dant le 11 mai qui ne sera pas un grand soir mais un début de respi­ra­tion, la « résis­tance virale » des librai­ries, commence à s’or­ga­ni­ser, notam­ment celle du « Petit noir », la librai­rie polar de la Montée de la Grande Côte. Vous pouvez d’ores et déjà contac­ter Jean-Pierre Barrel pour récu­pé­rer ou vous faire livrer des livres, sous certaines condi­tions bien sûr, notam­ment que le livre que vous choi­si­rez soit en stock dans la librai­rie, ainsi que d’être un voisin du 1er ou du 4e pour vous faire livrer… Mais c’est déjà une belle façon de vous garan­tir un bon moment de lecture choisi par votre libraire, et de faire travailler le commerce local comme on le fait (autant que possible) pour l’ali­men­ta­tion. Vous pouvez direc­te­ment passer commande sur le site ci-dessous, ou récu­pé­rer votre sésame litté­raire aux horaires de perma­nence. Restons confi­nés mais curieux, et entre­te­nons l’en­vie mutuelle de lire et de se culti­ver.

Horaires de perma­nence assu­rés :

  • mardi de 11h à 13h
  • jeudi de 17h à 19h
  • samedi de 15h à 17h

Le site de la librai­rie du petit noir : www.unpe­tit­noir.fr 

Quais du polar sur les berges

"Décoiffant », « sanglantissime », « incontournable », « un vaccinodrome pour lutter contre la mauvaise littérature »… Quais du polar a attendu bien trop longtemps, après deux confinements qui lui sont tombés sur le dos, pour ne pas revenir encore plus saignant. Décalé, reporté, ...

Plaire, aimer et courir vite

Le beau film de Christophe Honoré Plaire, aimer et courir vite, devait initialement s’appeler Plaire, baiser et courir vite, ce qui aurait pu être aussi le titre de cet imposant Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui de 2300 pages (!), comme une radiographie autobiographique de...

Pier­ric Bailly : mon père, cet anti-héros

A la place du père, il avait dressé le plus beau des tombeaux dans L’Homme des bois en 2017, chronique de la disparition paternelle dans son Jura natal à la suite d’une mort accidentelle restée inexpliquée. Depuis, cet écrivain amateur de rap et détracteur d’Alain Souchon (une al...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...