Sortir à Lyon
Partager cet article :

Régis Jauf­fret cherche papa déses­pé­ré­ment


Entre­tien Radio. Régis Jauf­fret a étan­ché sa soif de fiction depuis des lustres, avec un génie litté­raire qui nous a souvent laissé pantois. Dans Sévère, il inven­tait une langue sexuelle à la première personne du fémi­nin écrite à partir de l’af­faire du banquier Stern, aux tendances SM affir­mées jusqu’à l’ex­trême. Ayant travaillé autre­fois pour un maga­zine de faits divers, il a réci­divé avec Claus­tria, inspiré par l’af­faire Josef Fritzl qui enferma et fit cinq enfants à sa fille dans la cave de sa maison en Autriche. À chaque fois, jusqu’à La Ballade de Ryker’s Island, roman fémi­niste sur l’af­faire DSK, il ne s’agit surtout pas pour lui d’écrire un mauvais épisode de Faites entrer l’ac­cusé, en mode voyeu­riste, fasciné par un fait divers sordide. Au contraire, Jauf­fret utili­sait le fait divers comme une matière première, avant tout comme le récep­tacle de la société qui le regarde. Mais le réalisme chez Jauf­fret a toujours gardé une part fantas­ma­tique. Avec ses Micro­fic­tions 2018, il déployait un foison­ne­ment de narra­tion prodi­gieux, chaque récit d’une page et demie conte­nant à lui seul un roman en minia­ture. Avec Papa, il surgit comme toujours où on ne l’at­tend pas, évoquant la figure pater­nelle à partir d’un docu­ment authen­tique : un extrait vidéo surpris par inad­ver­tance devant son poste de télé­vi­sion, dans lequel son propre sort d’un immeuble escorté par deux nazis. « J’ai toujours détesté cette manie très française de débal­ler sur sa famille » confiait-il d’ailleurs dans le grand entre­tien que lui avait consa­cré la Fête du livre de Bron en février dernier. Mais ici, son père devient juste­ment un « person­nage de roman » parce qu’on ne sait rien sur lui, alors même qu’il a été arrêté, puis relâ­ché, dans une rue que toute la famille Jauf­fret connais­sait… Sans que personne n’en ait jamais parlé… Comment être le fils de personne ? Voilà le véri­table cœur du livre, que Jauf­fret respecte avec infi­ni­ment de déli­ca­tesse. « On ne doit dire de ses parents que le vrai. Nous appa­rais­sons en creux, c’est eux qui nous ont moulé. » Inven­teur de formes, Jauf­fret finit par créer un dialogue post-mortem, tour­nant à une décla­ra­tion d’amour poignante. « Les enfants viennent-ils au onde pour servir à leurs parents de médi­ca­ment ? Les humains comme des funam­bules ont besoin du balan­cier de la paren­ta­lité pour ne pas tomber dans le ravin.  » Dans le grand entre­tien que vous pouvez écou­ter dans son inté­gra­lité sur le site de la Fête du livre u sur Arte radio, Jauf­fret a un mot magni­fique : « « C’était un homme esca­moté, on aurait dit qu’il était passé par là, et disparu dans le loin­tain. » Aussi à cause de ses diffé­rents handi­caps et de sa surdi­té… « Peu à peu, je lui ai fait gagner sa place de papa  », explique le roman­cier, magni­fique­ment inter­viewé. « Pour que la litté­ra­ture fasse quelque chose pour lui, dans sa mémoire et dans son esprit. » D’où le titre, « Papa » et non pas « mon père », pour lui redon­ner cette exis­tence intime qu’il n’a toujours eu qu’en miroir. 1h avec un grand écri­vain, ça ne se refuse pas.

Grand entre­tien avec Régis Jauf­fret à la fête du livre du Bron à écou­ter << ici >>.

Toutes les tables rondes et les entre­tiens de la fête du livre de Bron 2020 sont dispo­nibles sur Arte Radio << ici >>.

Vous pouvez lire Papa de Régis Jauf­fret (éditions du Seuil) en le réser­vant chez votre libraire ou en format numé­rique ; et trou­ver votre librai­rie << ici >>.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Sabine fait danser la Carioca

Clip. Il n'y a qu'elle pour réussir à faire swinguer un orchestre de 104 musiciens ! Sabine Quindou (ex « C'est pas sorcier »sur France 3) a déjà su inventer plein de formes ludiques pour apprendre les instruments aux enfants, voire leur raconter le Petit guide illustré de la gra...

Despe­rate house­wife

A force de répéter toujours les mêmes gestes - donner la tété au bébé, habiller l’aîné, faire le café du mari- Suzy Storck a fini par dérailler. Raconté comme un thriller social sur fond de fait divers, le texte de Magali Mougel aborde sans concessions des sujets tabou : l'épuise...